MaXoE > KISSA > Dossiers > Manga > Dragon Quest The Adventure of Daï T1 de Riku Sanjo (Delcourt/Tonkam)

Dragon Quest The Adventure of Daï T1 de Riku Sanjo (Delcourt/Tonkam)

Comme chaque lundi, nous vous proposons de découvrir une nouvelle critique Manga. Aujourd’hui, il s’agit de la réédition de Dragon Quest The Adventure of Daï (paru le 2 mars), manga faisant partie de la célèbre série de jeux vidéo Dragon Quest. Une franchise très réputée qui par ailleurs sera agrémentée de trois nouveaux jeux vidéo « Daï » sur consoles et mobiles, ainsi que de deux spin-off. De plus, s’il y a déjà eu une adaptation en série télévisée de l’œuvre dans les années 1990 sous le nom de Fly, un nouvel animé est actuellement diffusé sur les plateformes Crunchyroll et ADN. Pour en revenir au manga du jour, précisons que cette nouvelle réédition a subi un nouveau découpage, c’est-à-dire que les 37 tomes d’origine ont été compilés en 25 tomes, tout en comportant des pages en couleurs. Voici donc la chronique sur le premier tome d’une épopée populaire et appréciée de « l’apprenti » héros Daï.

Dragon Quest The Adventure of Daï T1

4

Alors que la paix était de retour depuis l’extinction du Seigneur du Mal il y a de cela 15 ans, ce dernier est ressuscité ! De retour bien plus puissant qu’avant, il se rend sur l’île Dermline pour se venger du héros qui l’avait terrassé autrefois : Avan. Devenu « Précepteur », celui-ci est maintenant dans l’obligation d’affronter une nouvelle fois son adversaire, ceci afin de protéger ses disciples. Mais après avoir fourni un entraînement très intensif auprès de Daï, et alors qu’il n’a plus beaucoup d’énergie, sera-t-il à la hauteur pour terrasser Hadlar ?

Le début de l’ouvrage nous raconte la légende d’un héros ayant vaincu le Seigneur du Mal. Une aventure que Papi Brass, un monstre désormais pacifique, transmet à son petit fils adoptif, Daï. Ce dernier étant le seul humain vivant sur l’île déserte et isolée de Dermline, pourtant remplie de monstres. Aspirant lui aussi à devenir un héros, Daï s’entraîne régulièrement à manier les lames, mais n’apprécie guère les enseignements de sortilèges de magie que son grand-père lui enseigne. Pourtant Papi Brass souhaiterait que son petit-fils devienne simplement un magicien digne de ce nom. Mais un jour, de prétendus héros arrivent sur l’île et se servent du petit Daï pour assouvir leur soif de gain : vaincre les monstres et enlever le petit Gomé, un gluant volant de métal doré. Berné par cette ruse et n’écoutant que son courage, Daï part alors de son île pour tenter de sauver Gomé.

Même si le format utilisé présente une largeur légèrement moins confortable pour la lecture de doubles pages, j’ai littéralement dévoré ce premier tome. L’écriture de l’auteur permet de ne pas s’ennuyer un seul moment, de plus grâce à la supervision de Yūji Horii, le design des personnages et du bestiaire iconique (les Golems, les gluants, entre autres) de la saga Dragon Quest respectent totalement le chara-design d’Akira Toriyama. Un premier ouvrage avec de superbes illustrations en noir et blanc ou colorées, ainsi que des affrontements d’ores et déjà épiques. Si vous ne connaissez pas encore ce shônen ou si vous êtes fan des DQ, franchement, c’est un premier tome à ne pas rater. Très hâte d’en découvrir la suite !

Série en 25 tomes

Scénario : Riku Sanjo – Dessins : Koji Inada – Supervision : Yūji Horii – Delcourt / Tonkam – 336 pages – mars 2022 – prix 12,50 €


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...