MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > « La Conspiration des Poudres », ou la tentative de détruire Londres

« La Conspiration des Poudres », ou la tentative de détruire Londres
Du comics au film avec V for Vendetta, en passant par l'Histoire à travers le petit écran

« Souviens-toi, souviens-toi de ce cinq de novembre, de ses Poudres et sa Conspiration. Souviens-toi de ce jour, souviens-t’en, à l’oubli je ne peux me résoudre. »
Le 5 novembre 1605, un attentat organisé par des catholiques échoue de peu. Leur objectif ? Faire sauter le Parlement anglais afin que cessent les persécutions en Angleterre des catholiques par l’Eglise Protestante. Cet événement – appelé « Conspiration des Poudres » – a inspiré l’univers du roman graphique, avant de rejoindre le grand écran, puis le petit.

La première incursion de « La Conspiration des Poudres » dans le monde de l’art se fait par le biais du comics. De 1982 à 1988, une série de bande dessinée s’inspirant de ce complot naît sous la plume d’Alan Moore et l’encre de David Lloyd (qui sera aidé par Tony Weare pour illustrer certains chapitres). V for Vendetta voit le jour. Le « V » fait référence au principal personnage de ce roman graphique (qui existe en version intégrale). V est un anarchiste qui – à la fin des années 1990 – entame une campagne pour ébranler le pouvoir en place en Angleterre, en s’en prenant à ses divers symboles, à l’instar des instigateurs de la fameuse « Conspiration des Poudres ».

L’Angleterre décrite dans le comics n’est pas celle que nous connaissons aujourd’hui. Il s’agit d’une Angleterre tombée entre les mains du fascisme après avoir frôlé la destruction lors d’une guerre mondiale durant les années 80, guerre qui n’a par contre pas épargné l’Afrique, les Etats-Unis et le reste de l’Europe, réduits en cendre par des attaques nucléaires. Mais si l’Angleterre a résisté matériellement, ses habitants vivent depuis sous le régime d’une dictature imposant une surveillance absolue, un couvre-feu, et contrôlant totalement l’art et les médias, en imposant une vision unique et manichéenne des choses.

En 2006, le roman graphique fait l’objet d’une adaptation au cinéma, avec les Wachowski au scénario, James McTeigue derrière la caméra et Hugo Weaving, Natalie Portman, John Hurt, Stephen Rea et Stephen Fry à l’affiche. Si le propos de base reste le même, certains éléments diffèrent sensiblement du comics. L’Angleterre décrite dans le film n’est plus celle de 1997 mais de 2038. Le parti fasciste au pouvoir ne s’y est pas installé après une guerre mondiale mais un attentat biologique ayant touché le pays. Enfin, le personnage de V, impitoyable dans le roman graphique et n’hésitant aucunement à tuer pour assouvir sa vengeance, est beaucoup plus nuancé dans le film qui développe chez lui une dimension romantique.

Difficilement comparables, ces deux oeuvres sont finalement plutôt complémentaires. La première – le roman graphique – était voulue par ses auteurs comme une réponse au thatchérisme britannique, en mettant en exergue le conflit entre le fascisme d’un côté et l’anarchisme de l’autre. La seconde – le film – vient plutôt s’adapter au contexte politique de son époque, en opposant le néo-conservatisme à la vision libérale.

 

Avec V for Vendetta, que ce soit d’ailleurs par le biais du comics ou du film, le nom de Guy Fawkes est devenu populaire puisque identifié comme le protagoniste de la « Conspiration des Poudres ». D’ailleurs, depuis la sortie du film, le mouvement anarchiste Anonymous a adopté le masque de V, faisant lui-même référence à Guy Fawkes.

Pourtant, c’est en réalité Robert Catesby qui est le principal instigateur de ce complot. Et c’est seulement en 2017 que ses titres de noblesse lui sont restitués par Kit Harrington – The King in The North ! – à l’origine du projet et également devant la caméra dans le rôle titre, le tout au travers de la mini-série historique Gunpowder de la BBC. Composé de trois épisodes, Gundpowder (créé par Ronan Bennett, Kit Harington et Daniel West et avec Kit Harington, Peter Mullan, Mark Gatiss et Liv Tyler) relate en effet cet événement très court de l’Histoire anglaise en mettant l’accent sur les méthodes inquisitrices de l’Eglise protestante, qui n’ont rien à envier à celles des catholiques d’Espagne ou de France. Constituée de scènes de violences extrêmes afin de coller au plus juste de la réalité de l’époque, cette série interroge sur les folies commises au nom de la religion. Et a une résonance toute particulière à notre époque encore.


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...