MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > 74e Festival de Cannes : Bienvenue Monsieur le Président !

74e Festival de Cannes : Bienvenue Monsieur le Président !
Spike Lee, un artiste engagé !

C’est donc Spike Lee – réalisateur, producteur, scénariste et acteur américain – qui a été choisi pour présider le jury de cette 74e édition du Festival de Cannes. Ses réalisations se concentrent essentiellement sur la communauté afro-américaine et, de manière plus générale, sur les difficultés sociales et identitaires des minorités. Voici une sélection très subjective de sa filmographie, afin de mieux connaître son oeuvre.

L’histoire entre le Festival de Cannes et l’enfant de Brooklyn débute il y a plus de trente ans. En 1986, son premier long métrage, Nora Darling n’en fait qu’à sa tête qu’à sa tête, une comédie entrainante et branchée, reçoit le Prix de la jeunesse lors de l’édition cannoise de cette même année. D’ailleurs, petite anecdote autour de ce film, en 2017 Spike Lee adapte son premier film en série pour Netflix. Mais retournons au début de sa carrière avec deux films en particulier : Do the right thing (1989) et Jungle Fever (1991).

Le premier raconte une chaude journée d’été dans un quartier de Brooklyn où évoluent des pizzaioli italiens, épiciers coréens et jeunes afro-américains. La chaleur estivale va rapidement cristalliser les tensions raciales. Le deuxième, Jungle Fever (avec un certain Samuel L. Jackson), retrace la liaison extra-conjugale d’un architecte d’origine africaine et de sa secrétaire d’origine italienne, mise à mal par les préjugés racistes de leur entourage.

Ces deux films montrent les thèmes favoris de Spike Lee, que l’on retrouvera dans ses films suivants :  les difficultés identitaires que connaissent les minorités, l’injustice provoquée par les discriminations raciales, la culture afro-américaine ou bien encore la musique urbaine.

Jungle Fever, réalisé par Spike Lee. Avec Welsey Snipes, Samuel L. Jackson, Annabella Sciorra, Halle Berry, John Turturro, … Sorti dans nos salles le 5 juin 1991.

 

Après Jungle Fever, Spike Lee adapte l’autobiographie de Malcom Little, alias Malcom X, orateur et porte-parole de « Nation of Islam » mais aussi militant politique et défenseur des droits de l’Homme afro-américain. Son film évoque donc la vie de Malcolm X, incarné par un Denzel Washington exceptionnel, son enfance difficile à Omaha, son séjour en prison où il apprend à cultiver la fierté de ses origines, son entrée dans l’organisation « Nation of Islam », son mariage avec l’infirmière Betty Shabazz, jusqu’à son son assassinat le 21 février 1965 au cours d’un meeting.

malcom xEn 1995, Spike Lee réalise Clockers, produit par Martin Scorsese et avec Harvey Keitel et John Turturro en tête d’affiche. Strike est un « clocker », autrement dit un dealer de bas étage. Lorsque le chef de la bande locale lui offre une promotion, l’un de ses rivaux est retrouvé mort. L’inspecteur Mazilli (John Turturro) aimerait résoudre rapidement l’affaire, mais son partenaire Rocco (Harvey Keitel) se complique la tâche en recherchant la vérité. Clockers est un thriller percutant où la violence est montrée sans concession.

Passons ses films de la fin des années 90 (Girls 6, Get on the bus, He got game, Freak, Summer of Sam, The Very Black Show) pour aller directement au début des années 2000. Il y a deux films de Spike Lee qui m’ont marqué. D’abord La 25e heure (2002), un drame intense et touchant où l’on suit la dernière nuit de liberté de Monty (Edward Norton) un trafiquant de drogue, avant qu’il ne purge une peine de prison de sept ans au pénitencier d’Otisville. Autrefois l’un des rois de Manhattan, il s’apprête à dire adieu à une vie faste et pleine de plaisirs qui l’avait également éloigné de ses proches. Une soirée est organisée à cette occasion dans un night-club tenu par Oncle Nikolai, un mafieux russe…

L’autre film est She Hate Me (2004), une comédie critique sur la société américaine et les questions de l’homoparentalité. Jack Amstrong (Anthony Mackie) est un cadre supérieur dans une entreprise de biotechnologie. Il est licencié pour avoir dénoncé les malversations financières de ses patrons, et sans travail il est aux abois. Quand son ex-compagne Fatima (Kerry Washington), devenue lesbienne, lui propose d’être le père biologique de son enfant et de celui de sa nouvelle amie contre paiement, Jack entrevoir le moyen de se faire de l’argent facile. Une comédie qui parle de sexualité, d’argent et de politique, avec également Jamel Debbouze et Monica Bellucci

She Hate Me, réalisé par Spike Lee. Avec Anthony Mackie, Kerry Washington, Monica Belluci, Jamel Debbouze, Ellen Barkin, … Sorti dans nos salles le 17 novembre 2004.

 

Deux ans plus tard, Spike Lee réalise Inside Man – L’homme de l’intérieur. Denzel Washington, Clive Owen et Jodie Foster incarnent respectivement un flic pur et dur, un braqueur brillant et une négociatrice énigmatique qui vont se livrer une lutte sans merci au beau milieu d’un braquage de banque. Inside Man est un polar au suspense étonnant qui nous tient en haleine jusque dans les dernières minutes.

inside manAvant de terminer cette chronique avec l’un de ses derniers longs métrages, un petit mot pour le remake Old Boy qu’il réalise en 2013. Bien loin du chef d’œuvre de Park Chan-wook, la version de Spike Lee est pour moi une simple copie sans originalités. « Sorry » Spike, mais tu m’as habitué à mieux !

La preuve avec Blackkklansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan (sorti en 2018), un petit bijou plein d’humour inspiré de la vie de Ron Stallworth, le premier officier de police afro-américain à avoir infiltré le Ku Klux Klan. L’agent Stallworth (joué par John David Washington, le fils de Denzel) et son partenaire Flip Zimmerman (le prodigieusement génial Adam Driver) vont infiltrer les plus hautes sphères du Klan afin de l’empêcher de prendre le contrôle d’une petite ville du Colorado. Blackkklansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan est à la fois sublime et jubilatoire et a reçu notamment le Grand Prix au Festival de Cannes 2018.

Blackkklansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan, réalisé par Spike Lee. Avec Adam Driver, John David Washington, Topher Grace, Laura Harrier, … Sorti dans nos salles le 22 août 2018.

Voilà ! J’espère vous avoir donné l’envie de découvrir ou redécouvrir les œuvres du génial Spike Lee. À noter que son dernier long métrage – Da 5 Bloodsqui raconte l’histoire de quatre vétérans afro-américains retournant au Vietnam pour y retrouver la dépouille de leur chef et un hypothétique trésor – est sorti sur Netflix en juin 2020.


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...