MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > MaXoE Festival 2021 : La Sélection Cinéma – Catégorie Comédie/Comédie dra…

MaXoE Festival 2021 : La Sélection Cinéma – Catégorie Comédie/Comédie dramatique
« La jeunesse ? Un rêve. L’amour ? Ce rêve. »

Première des quatre catégories de la Sélection Cinéma proposée cette année dans le cadre du MaXoE Festival, la catégorie Comédie/Comédie dramatique ouvre une sélection meurtrie par la crise sanitaire qui touche l’ensemble de la planète depuis maintenant plus d’un an. Mais si cette sélection est réduite, elle reste de grande qualité. La catégorie Comédie/Comédie dramatique propose ainsi deux grands films français primés lors de la dernière cérémonie des César, un magnifique film d’animation sud-coréen mettant en scène les meilleurs amis de l’Homme, et surtout le chef-d’oeuvre du danois Thomas Vinterberg. Alors dansez, buvez… et vivez !

Nous, les chiens, de Oh Sung-yoon et Lee Chun-baek

Le synopsis officiel : Le chien est le meilleur ami de l’homme. Affectueux, fidèle… mais lorsqu’il vieillit ou se comporte mal, il est parfois abandonné comme un mouchoir souillé. Et lorsqu’il se retrouve seul face à la nature, l’instinct animal et l’esprit de meute reprennent le dessus. Solidaire, déterminée, notre petite bande de chiens errants va peu à peu réapprendre à se débrouiller seule. Et découvrir la liberté, au cours d’un extraordinaire voyage.

Les critiques de la presse : Violent, cruel et cependant lucide et honnête, Nous, les chiens n’est pas tendre avec les bêtes, encore moins avec les hommes. Ce film n’est pas pour autant manichéen puisque tous les hommes n’y ont finalement pas le mauvais rôle. Dynamique, habitée de personnages attachants qui ont tous leur singularité, avec leurs faiblesses et grandeurs, cette oeuvre sur la maltraitance animale n’est ni édulcorée, ni mièvre. Certaines séquences risquent de briser les petits cœurs sensibles, mais livre un message universel et indispensable.

Nous, les chiens, réalisé par Oh Sung-yoon et Lee Chun-baek. Avec les voix françaises de Claire Tefnin, Pierre Le Bec, Pierre Lognay, … Sorti en salles le 22 juin 2020.

 

Antoinette dans les Cévennes, de caroline vignal

Le synopsis officiel : Des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir – seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l’accompagner dans son singulier périple…

Les critiques de la presse : Voici une lumineuse fiction qui rompt nettement avec les codes de la comédie romantique, en insufflant une drôlerie et une légèreté rafraîchissantes au gré des rencontres fantasques de demoiselle Antoinette. Laure Calamy, révélation de la série Dix pour cent, vibre d’énergie et de fragilité dans ce rôle qui lui a récemment offert le César de la Meilleure actrice. Accompagnée de Jazou qui incarne l’âne Patrick, son adorable compagnon à quatre pattes qui partage ses réflexions sur la vie et les amours, elle dessine le portait d’une femme à la fois sensible et rocambolesque. Un film drôle, frais et qui développe un joli propos sur la recherche de l’amour.

Antoinette dans les Cévennes, réalisé par Caroline Vignal. Avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte, … Sorti en salles le 16 septembre 2020.

 

Drunk, de thomas vinterberg

Le synopsis made in MaXoE : Il existe une théorie – du psychologue norvégien Finn Skårderud – selon laquelle l’homme serait né avec un déficit d’alcool dans le sang de 0,5g par litre. Quinquagénaires légèrement désabusés par la monotonie d’une vie qui finit par leur peser, quatre enseignants en lycée décident d’éprouver cette théorie en la mettant en pratique avec toute la rigueur scientifique qu’elle impose. Hypothèses et analyses s’enchaînent aussi rapidement que les verres, au travail comme en privé. Avec pour finalité l’idée de retrouver une vie plus intense. Ou tout simplement de recommencer à vivre.

La critique made in MaXoE (en intégralité ici) : Drunk est un film immense, porté par cet immense acteur qu’est Mads Mikkelsen et qui représente à lui seul toute cette soif de vivre dont nous sommes en partie privés pour le bien commun. Attention, ce propos n’est en aucun cas un pamphlet contre les mesures prises actuellement, qui sont le mal nécessaire à la résolution, in fine, de cette crise. Il est toutefois normal – et même surtout tout à fait humain – de regretter cette euphorie à laquelle nous n’avons plus droit en ce moment. Et que Drunk n’a de cesse de rappeler.

Drunk est en effet bien plus qu’un film sur l’alcool, les bienfaits que quelques verres peuvent apporter et les abus que trop de verres peuvent provoquer. C’est un film sur l’envie de vivre. Plus encore, sur le besoin de vivre et surtout de se sentir vivant. Et j’ai pris conscience devant ce film que tout ce qui me permet de me sentir vivante sont les interactions sociales auxquelles j’ai été habituée toute ma vie, avec surtout le contact physique qu’elles impliquent. Dans Drunk, aucun geste barrière, aucune distanciation physique. Les êtres s’enlacent, s’embrassent, se frappent, se saoulent en échangeant leurs verres, … Ils se touchent tout simplement, sans retenue, sans hésitation, sans ambages. Toute cette liesse, qui me manque tant, atteint son paroxysme avec une scène finale absolument magnifique et dans laquelle Mads Mikkelsen est tout simplement stupéfiant.

Drunk, réalisé par Thomas Vinterberg. Avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe, Magnus Millang, … Sorti en salles le 14 octobre 2020, puis repris le 19 mai 2021.

 

Adieu les cons, d’Albert Dupontel

Le synopsis officiel : Lorsque Suze Trappet apprend à 43 ans qu’elle est sérieusement malade, elle décide de partir à la recherche de l’enfant qu’elle a été forcée d’abandonner quand elle avait 15 ans.
Sa quête administrative va lui faire croiser JB, quinquagénaire en plein burn out, et M. Blin, archiviste aveugle d’un enthousiasme impressionnant. À eux trois, ils se lancent dans une quête aussi spectaculaire qu’improbable.

Les critiques de la presse : Récompensé par sept César dont ceux de Meilleur film, Meilleur réalisation et Meilleur scénario original, Adieu les cons est une fable haletante, du début jusqu’à sa fin audacieuse, où le burlesque et le lyrisme s’harmonisent. En le voyant, on pense aux univers de Jacques Tati, de Wes Anderson ou de Terry Gilliam, autant de réalisateurs qui prennent des libertés avec le réel pour, finalement, mieux en parler à leur façon. Le tout pour un film intelligent, engagé, drôle, absurde, beau… Et fou !

Adieu les cons, réalisé par Albert Dupontel. Avec Albert Dupontel, Virginie Efira, Nicolas Marié, Jackie Berroyer, Michel Vuillermoz, … Sorti en salles le 21 octobre 2021, puis repris le 19 mai 2021.


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...