MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Nouvelle Séance : La Cité de Dieu, de Fernando Meirelles & Kátia Lund

Nouvelle Séance : La Cité de Dieu, de Fernando Meirelles & Kátia Lund
"Combattez et vous ne survivrez jamais, courez et vous ne vous échapperez jamais."

Quoi de mieux avec l’arrivée du printemps qu’une excursion au soleil, à Rio de Janeiro par exemple ? Ah Rio ! Son carnaval, ses immenses plages de sable fin, le Corcovado et le mont du Pain de Sucre. Mais à Rio de Janeiro, on trouve aussi les favelas où ses gangs règnent en maître, et là c’est tout de suite moins paradisiaque. La Cité de Dieu de Fernando Meirelles et Kátia Lund nous plonge dans l’une de ces banlieues de la mégalopole brésilienne. Accrochez-vous !

la cité de dieuAnnées soixante. Fusée est un gamin noir, pauvre et fragile. Il grandit dans « la Cité de Dieu », un quartier violent de Rio de Janeiro. Pourtant, il tente de voir la réalité autrement que celle de cet environnement brutal, avec l’œil d’un artiste. Il sait ce qu’il deviendra, un photographe professionnel. Petit Dé, un enfant de onze ans, emménage dans la Cité. Lui souhaite devenir le plus grand criminel de la ville et commence son apprentissage en rendant des petits services au caïd local Tignasse. Ce dernier donne à Petit Dé l’occasion de commettre un meurtre, le premier d’une longue série. 

Adapté du roman du même nom de Paulo Lins, La Cité de Dieu (réalisé par Fernando Meirelles et coréalisé avec Kátia Lund) relate sur une période de vingt ans le destin de jeunes vivant dans une favela de Rio. Le film est ainsi une sorte de huis clos avec cette banlieue de Rio comme unique décor et la jeunesse brésilienne comme personnage principal.

la cité de dieuLe film s’ouvre sur une bande de gamins, armes en main, courant après un poulet en tirant des coups de feu dans les rues du quartier, jusqu’à tomber presque nez à nez avec la police et Fusée, un autre gamin de la Cité.

Fusée est le narrateur de l’histoire de cette Cité perdue. L’usage de la voix off, synonyme de facilité scénaristique dans beaucoup d’oeuvres, est souvent une solution risquée apportant peu d’originalité. Il faut dire que tout le monde ne s’appelle pas Martin Scorsese (Julie approuve évidemment cette phrase). Mais dans La Cité de Dieu, la voix off offre au contraire au film une dimension de documentaire nous plongeant dans la vie intéressante et captivante des favelas. La violence est présente partout, au travers de scènes aussi choquantes que brutales. Les gosses jouent avec des armes à feu alors qu’ils savent à peine marcher. Tuer devient rapidement une habitude, que ce soit pour un regard mal placé ou un peu de nourriture. Ces enfants sont livrés à eux-même sans pouvoir échapper à cette délinquance sanglante.

la cité de DieuSi Fernando Meirelles choisit de filmer cette misère dès son plus âge, c’est sûrement pour nous dévoiler la vérité sordide sur ces quartiers de Rio de Janeiro, tout en mettant par ailleurs l’accent sur une certaine réalité sociale du pays.  Et c’est pour cela que La Cité de Dieu est un film coup de poing.

Pour autant, le film est loin d’être manichéen puisqu’il montre tout de même des issues vers une vie plus normale pour ces jeunes refusant l’engrenage de la violence. L’espoir le plus probant est incarné par Fusée qui, avec son appareil photo, va s’improviser reporter pour un journal local et suivre sa passion de photographe.

Sur des rythmes entrainants de samba, La Cité de Dieu montre la jeunesse brésilienne gangrenée par le trafic de drogue et la pauvreté. Mais en n’oubliant pas aussi de parler d’une jeunesse voulant s’en sortir.

La Cité de Dieu, réalisé par Fernando Meirelles et Kátia Lund. Avec Alexandre Rodrigues, Leandro Firmino, Douglas Silva, Seu Jorge, … Sorti sur nos écrans le 12 mars 2003.

Sur ce, bon film !


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...