MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Midnight Nation, La Cible de Deadshot, Hellboy En Enfer T1

Comics en Vrac : Midnight Nation, La Cible de Deadshot, Hellboy En Enfer T1

Il y a des semaines comme ça où on aime tout ce que l’on lit. Découvrez Midnight Nation qui va vous bousculer les méninges mais aussi La Cible De Deadshot qui, lui, nous propose une histoire oldie très savoureuse. Enfin, direction les enfers avec le retour de Hellboy.  

MidnightNation-haut

 

 

MidnightNation-couvMidnight Nation 

5

 

David Grey est un flic tout ce qu’il y a de plus honnête et convaincu de la noblesse de sa tâche. Simplement, un jour funeste, le voilà assassiné brutalement lors d’une mission. Le diable lui prend alors son âme, classique me direz-vous. Et bien attendez-vous à tous sauf du classique dans ce comics. Il se réveille brutalement comme s’il était vivant mais ce n’est pas le cas, enfin pas tout à fait. Il se retrouve dans une sorte d’entre-monde, entre les vivants et les morts. Et dans cette zone, il y a tous ceux qui sont des laissés pour compte : les abandonnés, les martyrisés, tous ceux que la société à laissé au bord de la route. Les vivants ne le voient plus et par contre il accède à cette société de perdus.  De la même manière les objets lui sont devenus inaccessibles, sauf s’ils ont été abandonnés eux aussi. Commence alors une nouvelle quête, celle qui va lui permettre de récupérer son âme. Pour cela, il est accompagnée d’une femme, son ange-gardien et l’épreuve consiste à aller à New York à pied. Un long voyage de plusieurs mois débute alors. Voyage semé d’embûches, à savoir les sbires du démon qui eux n’ont pas réussi à retrouver leur âme. Mais voyage initiatique aussi, riche en émotions. 

MidnightNation-planches

Voilà un comics que vous vous devez de lire. Commençons tout de même par ses travers. Il est plutôt difficile à lire et les arabesques narratives et métaphoriques de Straczynski ont parfois tendance à nous paumer. Mais ce voyage est surtout une critique de la société américaine qui finit par ne plus voir les marginaux, ceux-ci s’effacent petit à petit. Quelle belle idée que celle-ci. Et cette New York qui est la capitale des âmes perdues ! Mais les métaphores ne s’arrêtent pas ici, on peut y voir tellement de choses. Il y a ainsi la religion qui est pleinement abordée, une forme de fanatisme aussi. Que devenons-nous lorsque nous perdons cette âme lorsque nous la dévouons toute entière à un quelconque démon qu’il s’appelle argent, égoïsme ou encore violence. Le thème du sacrifice est aussi soulevé. Mais on vous laisse découvrir tout cela car chacun doit y trouver des choses personnelles. 

Tout cela est servi par un dessin acéré, mettant en exergue les visages, avec leur haine et leur compassion. Vous l’avez compris, il s’agit du coup de coeur du mois. Une oeuvre incontournable. 

Scénario : J. Michael Straczynski – Dessins :  Gary Frank – Midnight Nation – Delcourt – Contrebande – 320 pages – janvier 2014 – prix 27,95 €

 

 

DeadshotLaCible-CouvLa Cible de Deadshot

5

 

L’ouvrage qui nous est présenté ici présente trois récits différents. Le premier est un arc paru il y a pas mal de temps (en 1988) et les deux autres sont plus contemporains : Lâches et Superstitieux (2007) et Contrôle (2009). Les trois ont leur « héros » en commun, j’ai nommé Deadshot alias Floyd Lawton. Vous ne connaissez pas ? Il s’agit d’un vilain dont la principale qualité est d’être un tireur d’élite sans équivalent possible. Pas de pouvoir mutant, non, simplement cette faculté de pouvoir viser comme personne. Du coup, il possède tout l’attirail nécessaire à la réalisation de son travail : des armes sur les bras, un viseur sur l’oeil, bref tout pour effrayer. Dans le premier arc, notre ami est confronté à plus méchant que lui. Son fils a été enlevé par des anciens complices afin de le faire chanter. Il doit terminer un contrat commencé il y a quelques années. Mais les ficelles sont plus complexes qu’elles n’y paraissent. Tout cela pourrait bien remonter à la jeunesse tourmentée de Floyd. Un père autoritaire, une mère malheureuse et un frère tué, par accident, par Deadshot lui-même. Les deux autres récits sont plutôt courts, ils le mettent en scène face à Batman.

DeadshotCible-planches

Autant le dire tout de suite, nous avons beaucoup aimé le premier arc et bien moins le deuxième. La première histoire a ce quelque chose de policier qui rend l’intrigue intéressante et puis le dessin, vintage au possible, donne une belle teinte à l’ensemble. Les auteurs savent nous manipuler tout en distillant, petit à petit, les clés des origines de Deadshot. Mais il n’y a pas que le dessin qui donne cette saveur particulière à l’histoire, il y a aussi cette manière de faire des comics de l’époque. C’est un peu plus cru, plus direct, moins dans l’esthétisme immédiat, on se focalise plus sur les protagonistes, sur leurs interactions. Ainsi, on a beaucoup aimé le lien qu’il entretient avec sa thérapeute. Et puis les thèmes de la jeunesse, de la relation à nos géniteurs et des regrets qui émaillent notre vie sont finement distillés à chaque page. La frontière entre le bien et le mal est aussi explorée. Deadshot se cherche, il est constamment sur la ligne sans jamais savoir où aller. Jouissif ! Attention, certaines séquences sont vraiment violents, physiquement et psychologiquement, vous voilà prévenus.

Les deux dernières histoires sont moins sympathiques même si, une fois encore, on nous propose d’explorer les doutes de Floyd. Au final, voilà un album comme on les aime, il permet de projeter un peu de lumière sur un personnage peu connu du monde DC. Parfait pour la collection Nemesis qui jette un oeil sur les plus grands vilains. 

Scénario : John Ostrander, Kim Yale, C. N. Cage – Dessins : Luke McDonnell, Phil Winslade, Jim Calafiore – La Cible de Deadshot – Urban Comics – DC Nemesis – 120 pages – avril 2014 – prix 15 €

 

 

 

HellboyEnfer-couvHellboy En Enfer, T1 Secrets De Famille

5

 

Hellboy en a vu des vertes et des pas mûres et cela ne va pas aller en s’améliorant. Il vient d’apprendre qu’il est un descendant du roi Arthur, rien que ça ! Mais cela ne l’a pas empêché de sa faire occire par un dragon. Le voilà alors projeté aux portes de l’enfer, dans les limbes. Il y fait la rencontre d’un protecteur, un mystérieux esprit qui se révèle être Edward Grey, agent secret de la Reine d’Angleterre passé à trépas (nous vous avons d’ailleurs déjà présenté ce personnage dans cette chronique sur Witchfinder). Edward l’accompagne en enfer jusqu’à la cité de Pandémonium. Elle semble déserte mais les souvenirs et les origines de notre héros ne sont pas loin. Il va revenir aux sources et en savoir un peu plus sur ce père qui l’a façonné.

Les planches ci-dessous sont tirées de l’édition spéciale de cet album qui propose du noir et blanc. L’édition normale est en couleurs. 

HellboyEnfer-planches

Voici que Mike Mignola revient aux manettes de son héros démoniaque. Il fallait bien qu’il trouve une transition entre la fin du cycle I de Hellboy et ce nouveau départ. Et quoi de mieux pour refaire connaissance que de se plonger dans les origines de tout, au fond de l’enfer ? Une fois de plus l’auteur fait mouche. Il nous décrit son habituelle mythologie avec une passion communicative. La présence d’Edward donne de l’épaisseur au récit surtout que notre Hellboy est un rien trop effacé par moments. On a aussi beaucoup aimé sa rencontre avec sa famille, véritable pic dans la narration. Et puis, une fois de plus, c’est l’ambiance qui enrobe le tout. Il a un don pour nous plonger dans un univers totalement étranger, il faut dire que son trait y est pour beaucoup. Tout en ombre, en contrastes, en visages devinés, l’enfer n’a jamais été aussi beau. 

Hellboy est de retour et c’est tant mieux !  

Scénario : Mike Mignola – Dessins :  Mike Mignola – Hellboy En Enfer, T1 Secrets De Famille – Delcourt – Contrebande – 160 pages – avril 2014 – prix 18,95 €


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...