MaXoE > Blog > MaXoE Land > #MaXoE25ans : L’Aventure MaXoE, par les Membres de la Rédaction !

#MaXoE25ans : L’Aventure MaXoE, par les Membres de la Rédaction !

Ils sont intelligents, ils habitent les quatre coins de la France (et même au-delà), ils aiment les jeux vidéo, le cinéma, la musique, les BD et les Comics, les arts martiaux, le théâtre mais aussi le yoga acrobatique, les héros en collants, les gadgets geek et autres bizarreries… Certain(e)s sont tatoué(e)s, d’autres portent des chapeaux Steampunk, d’autres encore élèvent des poules, font pousser des tomates ou ont des poissons géants. Tous font parti de l’Aventure MaXoE que vous connaissez et ils vous font partager leurs passions. Voici leurs quelques mots sur leur arrivée dans cette aventure et leur expérience !

Tof

Comment suis-je arrivé sur MaXoE ? Et bien il faut dire que je connais le site depuis très longtemps, depuis la période MaXoE 64. A cette époque, heureux possesseur de la console, j’ai aimé le style différent du site, un style qui transpirait la passion. Quel plaisir aussi de se retrouver sur un site indépendant, loin des sites commerciaux inondés par la publicité. Justement, j’ai commencé à rédiger des tests sur le Web sur le site DVDrama, celui-ci était réputé pour ses chroniques ciné et la section jeux-vidéo se développait petit à petit. J’ai bien aimé cette aventure qui ressemblait à celle de MaXoE. Et puis le site a été racheté par un grand groupe de communication et s’est transformé, il s’appelait désormais Excessif. Le coeur n’y était plus et comme, parallèlement, je continuais de flâner sur MaXoE, j’ai déposé ma candidature pour intégrer la rédaction.

Cela a commencé par les jeux vidéos, évidemment et puis, de fil en aiguille, avec la rédac chef, on a commencé à réfléchir à comment agrémenter le site d’encore plus de contenus. J’ai alors repris la Playlist, le rendez-vous musical du site. Et puis nous avons créé quelques rendez-vous : Comics En Vrac qui propose des chroniques exclusivement réservées aux comics, Sorties JV qui fait le bilan des sorties jeux-vidéo de la semaine, Hebdo Games qui présente un best-of des actualités jeux vidéo de la semaine écoulée, L’Instant Star Wars qui se consacre à la saga de George Lucas dans tous les domaines (livres, jeux, films, …), Vidéo Replay qui propose un panel de trailers à retenir, … Autant de rendez-vous atypiques qui, nous l’espérons, marquent aussi notre différence.

En tout cas cette aventure est fantastique, c’est un bonheur de « travailler » avec mes camarades, de proposer des contenus en toute indépendance et de pouvoir ainsi faire découvrir des choses très souvent trop peu mises en lumière.

 

Tadam

Je suis entrée dans l’équipe MaXoE en 2002 je pense, mais en fait je n’en suis pas sûre… Je me base sur le premier jeu dont j’avais fait le test. Mais si ça se trouve, ce jeu j’ai eu à le tester quelques années après sa sortie. Donc en fait, je ne sais pas vraiment quand je suis rentrée dans l’équipe.

J’étais à l’époque une gameuse. Bon, je le suis peut-être encore un peu vu que j’ai récemment joué à The Division 2 jusqu’à 3h du matin et que quand Cyberpunk 2077 va sortir, je vais probablement quitter le monde réel pour quelques temps. Mais je divague (privilège de l’âge). Je sévissais aussi sur un forum de jeux vidéos qui était à l’époque beaucoup plus fréquentable pour la gente féminine. Et ma verve avait attiré l’œil d’un des rédacteurs de l’époque, Bass il me semble. J’ai fait mon premier test sur Blinx et j’ai continué à tester des jeux pendant un certain temps. On tchattait avec l’équipe sur IRC à l’époque. C’est amusant de constater les changements. Mais bon, écrire des tests de jeux vidéo est assez contraignant et au bout de quelques années, je ne faisais plus grand-chose. C’est pile poil à ce moment là que notre très chère vénérée grand chef alias Maxime a décidé de faire prendre une tournure au site et l’élargir à… Tout en fait. En tant que rédacteurs, nous sommes libres de parler de ce qu’on veut, même si le site est structuré en sections, les rédacteurs peuvent pousser un coup de gueule s’ils le veulent ou partager un truc marrant. Mais je crains avoir été un des rares rédacteurs à avoir profité de cette liberté…

D’après Maxime, j’ai pour spécialité les news ‘un peu bizarres’. Même si j’avoue que je ne suis pas vraiment active (pas taper Maxime, pas taper !). Mais je garde de très bons souvenirs de mes débuts. On se faisait les Micromania Game Show entre rédacteurs avec Johann et Panda notamment, deux anciens rédacteurs. J’avais réussi à emmener sur le site mon meilleur ami, alias Le Lutin que j’avais rencontré sur le Xbox Live. Et je devais corriger tous ses articles parce que lui et l’orthographe…

Maintenant on ne sévit plus sur IRC mais sur Discord où Maxime et Julie parlent beaucoup et moi… Ben parfois je n’écoute pas. 😃 Et c’est avec eux sur Discord que j’ai passé beaucoup de temps à papauter pendant le confinement (et à échanger des photos de chats).

 

Seb

J’avoue qu’avant d’entrer dans l’aventure MaXoE, en 2010, je ne connaissais rien du passé du site, ni même de son présent. Je venais de consacrer une bonne dizaine d’années à bourlinguer de Barcelone à Vienne (en Autriche), en passant par Détroit, New York, Montréal ou encore les terres fraîches du nord de l’Angleterre, quelque part entre Middlesbrough et Newcastle, pour suivre ce qui se faisait de plus vivant et de plus novateur dans les musiques aventureuses issues du free jazz et des musiques alternatives. L’envie de me poser, de prendre du recul, arrivait peut-être au bon moment pour croiser la route de MaXoE. Et j’avoue (deuxième confession) que j’avais en la personne de Mie (NDLR : une ‘Maxôme’ de la première heure), avec qui je venais de lier ma vie, une porte d’entrée vers la section RAMA qui pouvait me permettre de mêler mes intérêts pour la musique et la littérature, d’autant plus après avoir monté sur Paris, en 2007 et 2008, un festival dédié à la rencontre, toujours prometteuse, des deux formes d’expression artistique.

Mes premiers papiers parlaient donc de musique et de littérature. Et comment ne pas évoquer, pour débuter, Edgar Allan Poe et son fameux Raven revisité de manière magistrale par le pianiste américain Eric Watson qui m’avait ouvert, pour la seconde fois, les portes de son appartement parisien où trônait en plein centre le mythique Steinway C227 ? Cela donna lieu à une relecture des différentes traductions du Corbeau, qui, même si celle laissée par Baudelaire reste la plus connue de toutes, ne devait pas faire oublier celle de Mallarmé, plus ronde et romantique ou celle de Rollinat, un adepte du Chat Noir, poète dont je venais tout juste d’achever la lecture des Névroses, qui partait, elle, dans un autre axe, plus mystique. Les sujets ne manquaient pas pour alimenter cette chronique, d’abord hebdomadaire, qui allait prendre son envol un peu plus tard. Ce n’est qu’au bout d’un an que je me décidais à couper le cordon qui me rattachait encore à la musique, au milieu de la musique, dans lequel j’avais laissé pas mal d’énergie dans des soirées forts tardives souvent accompagnées de quelques bouteilles de vins plus ou moins douteux.

La BD revenait donc sur le devant de mes préoccupations du moment. J’avais déjà chroniqué pour le neuvième art dans des revues obscures sans que cela ne déboucha sur des rubriques plus régulières. La BD devient vite envahissante, Tof, mon collègue adepte des collants bariolés plutôt serrés, peut en témoigner. Là je vivais dans un chez moi qui me laissait la place d’accumuler le flot des parutions principales du moment. Mon œil se faisait très vite curieux de tout. Ce monde était vaste. Assez pour me construire une nouvelle carapace. Un terrain de jeu dont les limites devenaient, au fil des ans, toujours plus lointaines. Un univers en expansion. J’enchaînais dès lors pour MaXoE les salons, les festivals, les rencontres et interviews avec de mythiques auteurs : Enki Bilal, Olivier Vatine, Eric Liberge, Arleston, Riff Reb’s, Schuiten et, plus tard, Druillet himself lors d’une soirée arrosée passée à parler de sa carrière dans son atelier du 14ème, Gibrat ou Bézian. Je me mettais même à réaliser mes premières interviews filmées qui me permirent de me faire la main sur le montage.

La musique réapparaissait parfois, à la faveur notamment de cette nécrologie consacrée à Gill Scott Héron, peut-être le musicien qui m’avait le plus influencé sur ma vision de la vie – en tout cas dans mon top ten aux côtés de Tom Waits, Neil Young, Charles Mingus, Steve Lacy ou encore Eddie Vedder – dont je venais de rater le dernier concert après avoir dévoré son livre flamboyant « The Vulture ».

Dix ans, presque date à date (mon premier article MaXoE date du 15 septembre 2010). L’aventure se poursuit, même si plus diluée qu’à son apogée. Comme je le disais un jour à notre webmaster, MaXoE reste pour moi un port d’attache. Parfois il m’arrive de naviguer au loin, pour des périodes plus ou moins longues, mais j’aime y revenir. Peut-être en raison de cet esprit MaXoE que je garde toujours en tête et qui me portera encore, je l’espère, quelques mois, quelques années…

 

Zelphyrnia

Alors comment est-ce que j’ai rencontré MaXoE ? À vrai dire, par le plus simple et le plus grand des hasards. J’étais face à mon écran, j’y ai vu de la lumière et j’ai cliqué sur le petit lien. Après un petit tour du propriétaire, je l’ai ajouté dans mes favoris, il est d’ailleurs devenu l’un de mes sites préférés.

Étant passionnée, j’ai donc intégré cette aventure collective pour y faire partager ma passion sur les choses que j’aime (ou pas d’ailleurs). Bon d’accord, il s’agit principalement de gaming mais c’est un domaine dans lequel je m’y connais, enfin je crois. D’ailleurs, cette passion me prend positivement une partie de mon temps.

En intégrant MaXoE, cela m’a permis d’affirmer mon style d’écriture, d’être plus pédagogique que je ne l’étais mais aussi de connaître des personnes passionnées et sympathiques ! (enfin, je suis obligée de dire cela parce que…).

Sinon s’il y a bien une motivation qui me fait rester présente au sein de la rédaction, outre le partage de cette passion, c’est la petite promotion à venir. D’ailleurs, il va falloir qu’on en parle justement… Quoi, on me dit que je ne suis pas payée, je suis bénévole ? Ah ben ça change tout alors ! Et même pas un petit cadeau pour nos 25 ans ? 🙂

 

Julie

L’aventure MaXoE est pour moi synonyme de rencontres.

La première de toutes est ma rencontre avec le cinéma lui-même. C’était en janvier 2003, j’avais 14 ans. Non pas que je n’étais jamais allée au cinéma avant cet âge-là, mais ce fut un déclic. Je découvrais à l’écran Gangs of New-York de Martin Scorsese, qui devint rapidement pour moi LE réalisateur car il représente toute la beauté du 7e art à mes yeux : d’abord avant-gardiste, il n’a jamais eu de cesse de renouveler son art, tout en expérimentant les techniques actuelles (3D, fond vert) et en s’ouvrant à d’autres cultures, notamment la culture asiatique. Je ne peux que remercier mon père pour cette rencontre, car il a pris la décision de m’emmener voir Gangs of New-York plutôt que de me renier après m’avoir entendu dire innocemment « Papa, c’est qui Martin Scorsese ? »

La deuxième rencontre fut la personne qui m’encouragea à rejoindre MaXoE, en janvier 2013, soit pile dix ans plus tard. Avouez que c’est ironique ! Spécialiste de Star Wars et autres collants bleus de son état (vous l’aurez reconnu j’en suis sûre !), il a sans doute dû se décider à me parler de MaXoE après que je l’ai saoulé de paroles sur le cinéma, le tout autour d’une bière. Je l’imagine à l’époque entrain de se dire : « Je vais lui proposer de rejoindre MaXoE, peut-être que si elle écrit, elle parlera moins ». Je n’ai pas mis beaucoup de temps à accepter et ma première critique publiée fut cette de Django Unchained, de Quentin Tarantino.

Enfin, la troisième rencontre fut celle de l’aventure MaXoE elle-même, en premier lieu avec l’équipe dont les membres m’ont réservé un super accueil ! Notre rédac’ cheffe préférée est une personne qui met tout de suite en confiance et avec qui l’on peut parler de tout, et c’est vraiment important. Je connaissais déjà Tof, qui est resté très sympa avec moi même après mes critiques assez virulentes concernant quelques films de super-héros, sans oublier celle de L’attaque des Clones, (aaaaah les roulades dans l’herbe d’Anakin et Padmé !). Tadam, avec qui je partage une passion des chats et du streampunk, me fait souvent rire aux éclats avec ses news bizarres. L’accent chantant de Seb me rappelle mes origines du sud-ouest. Quant à Izo, il nous régale avec son dialecte québécois. Et sans oublier Youri, mon grand ami depuis plus de dix ans maintenant et tout aussi passionné de cinéma que moi. Il a suffit que j’évoque deux ou trois fois le sujet avec lui pour qu’il se décide à rejoindre à son tour l’aventure.

Mais au-delà de la bande de joyeux lurons avec qui je passe de très bons moments lors de nos réunions de rédaction, j’apprécie également l’esprit général qui anime MaXoE : un esprit totalement bénévole qui contrebalance l’aspect intéressé d’autres sites. MaXoE se distingue en effet par son indépendance face aux annonceurs et par l’engagement de son équipe qui chronique par plaisir et par passion, et non pas pour une rétribution ou une contre-partie. Et heureusement qu’il existe encore certaines personnes pour qui la notion de partage désintéressé est supérieure à l’obtention d’un quelconque gain matériel.

Alors joyeux vingt-cinquième anniversaire MaXoE ! Et que ton aventure dure encore longtemps !

 

Youri

Comment je suis devenu un chroniqueur maxomesque :

Pour les lecteurs qui ne le savent pas encore, j’ai été recruté par la super rédactrice en chef du service RAMA de MaXoE, Julie ! Que je connais déjà depuis une bonne douzaine d’années, grâce notamment au théâtre. Etant tous les deux, ou presque, des cinéphiles confirmés nous parlons évidemment cinéma à chaque fois que nous nous voyons :

-« Et alors le dernier Scorsese, tu l’as vu hein ? Et Léo il est bien hein ? »
-« Ouais, ouais… »

Un jour d’été 2017, alors que nous marchions dans le centre ville de Narbonne (jolie petite ville de l’Aude, vous connaissez ?) Julie me demande :

-« Ça te dirait d’intégrer la rédaction de MaXoE pour devenir un grand critique de cinéma ? »
-« Heu….Ouais faut voir… Mouais, pourquoi pas « 

Et paf ! Voilà 3 ans que je fais partie de cette aventure et que j’essaie de vous faire partager l’une de mes passions ! Travailler (oui, oui on bosse quand même un peu hein) au sein de cette rédaction bien sympathique, c’est que du bonheur !


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...