Sur Twitter @MaXoE
Sur Youtube
Sur Facebook
Flux MaXoE
Focus Spécial Joker
A l’occasion de la sortie du film Joker au cinéma, nous vous proposons depuis le début de la semaine un Focus Spécial consacré au Joker, un personnage que vous pouvez retrouver sur grand écran mais aussi en Comics. Et c’est justement l’objet de ce Concours avec Urban Comics que nous lançons aujourd’hui jusqu’à dimanche minuit qui vous permettra peut-être de gagner un lot comprenant 2 Comics : Joker Renaissance + L’homme Qui Rit ! Pour ... En savoir plus !
MaXoE > Blog > Réflexions diverses et variées > TCL : finalement, la voiture est obligatoire à Lyon
Réflexions diverses et variées
TCL : finalement, la voiture est obligatoire à Lyon

La révolte gronde à Lyon

A Lyon, en ce moment, c’est la grève des TCL. Pour les non lyonnais, les TCL, ce sont les Transports en Commun Lyonnais. Et sans doute parce qu’ils ont peur que la SCNF ou la RATP aient meilleure (ou pire selon le point de vue) réputation qu’eux, ils s’amusent aussi à faire grève. Régulièrement. C’est donc assez souvent dans l’année (surtout depuis qu’une certaine entreprise a pris la direction des TCL) que nous, utilisateurs réguliers, trouvons à l’entrée et sortie des stations de métro des affiches annonçant une grève.

Bien sûr, il y a les grèves contre lesquelles personne ne peut rien dire, celles suite à des agressions de chauffeur notamment. Mais les autres semblent apparaître dès qu’il y a un changement dans leur entreprise. Les employés des TCL travaillent-ils dans une entreprise qu’ils n’aiment pas ? Ils donnent l’impression de prendre un malin plaisir à faire grève dès que leurs employeurs prennent une décision. Et pour certains, il n’y a plus aucun doute : les employés des TCL ont choisi de faire un travail qui consiste à transporter les gens, mais en fait, ils n’aiment pas leur travail parce qu’ils trouvent le moindre prétexte pour ne pas le faire. Tout ce qui les intéresse, ce sont leurs avantages.

Un préavis de grève de 99 jours, les TCL, ces pionniers ignorés

La preuve pourrait en être ce préavis de grève de 99 jours. Je ne sais pas s’il durera effectivement 99 jours, ils en sont à plus d’une semaine pour l’instant. Et forcément, ma ligne de métro fait partie de celles qui sont touchées. Les autres possibilités ne me sont pas utiles vu que je commence à 7h… Donc le temps où ma ligne était complètement fermée, je me tapais donc 1h de marche à pied pour aller au boulot. Vive les TCL ou plutôt vive les grévistes. -_- Maintenant, ça va mieux, ma ligne de métro fonctionne sur une partie de son trajet, ça me fait moins de marche à pied à faire…

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Ah oui ?

Le pire est qu’ils prennent les usagers en otage, mais qu’ils ne comprennent pas que ces derniers soient en colère. Même que ça les énerve. Voyons ! Tout le monde devrait les soutenir ces pauvres malheureux qui empêchent les gens d’aller travailler et donc de gagner leur subsistance. Et forcément, il y a donc eu des frictions entre usagers et grévistes. Et je crains que ça ait fait rire pas mal de gens de les voir se faire passer pour les malheureux. Et ça en a énervé encore plus…

Pourtant, personne n’aimerait voir son entreprise le priver de ses avantages. Bien que certains n’en aient pas beaucoup. Notamment les nouveaux employés des TCL qui ont pourtant accepté ce travail malgré le fait que les anciens employés aient droit à des avantages auxquels eux ne peuvent pas prétendre. Et le fait que les dirigeants aient choisi de mettre un peu à niveau les avantages des anciens en les fixant sur ceux des nouveaux n’a pas plu forcément. Le français est très attaché à ses avantages, au point de refuser d’avancer.

Ils veulent avoir plus de liberté pour prendre leurs vacances d’été ? Les ouvriers en entreprise, eux, prennent leurs vacances quand l’entreprise ferme l’été. Il n’y a pas de choix possible, c’est le mois d’Août et c’est tout. Et ne parlons pas de certains petites entreprises ou des artisans qui ne peuvent même pas prendre plus de quelques jours de vacances dans l’année. Ils ne veulent pas faire de journées discontinues ? Mais dans la restauration, ils ont des horaires coupés aussi et pourtant…

La faute à qui ?

Donc d’un côté, on a des employés qui ne veulent pas perdre leurs avantages auxquels d’autres n’osent même pas rêver (notamment les nouveaux employés de la même entreprise) et de l’autre, on a les clients qui sont pris en otage et qui pensent que s’ils ne sont pas contents de leur situation, libre à eux de chercher un autre travail. Parce que tout est une question de choix. On peut choisir d’accepter son sort, choisir de se battre en trouvant un autre travail ou choisir de se battre et parfois provoquer colère et rancœur. C’est malheureusement le cas de cette grève.

Et finalement, si le bon choix était de ne plus laisser aux TCL le monopole des transports en commun ? Il y aurait de la concurrence, les TCL se seraient déjà fait remplacer par une autre entreprise. Mais qui faut-il blâmer ? Les grévistes qui se battent pour ne pas perdre ce à quoi ils avaient droit jusqu’ici ? La direction qui souhaite moderniser et faire évoluer son entreprise ? Ou le marché qui n’autorise aucun concurrent ?

La voiture alors ?

Ce problème en conduit à un autre plus profond (pour moi). Deux en fait, mais je n’ai pas vraiment envie de parler de la manière dont le travail est considéré en France par rapport à l’étranger, ni du fait que les français travaillent pour eux et leur confort d’abord et parfois ils pensent à leur entreprise. La question que je me pose est : pourquoi la mairie ne réagit-elle pas ? Elle pourrait y mettre son grain de sel. D’autant plus que ça pousse la plupart des gens à utiliser leurs voitures (sauf moi qui préfère me taper 1h de marche à pied que de prendre ma voiture). Et là, c’est justement la punaise plantée sous la plante des pieds (ou le bouton purulent au milieu du visage) : l’utilisation de la voiture en ville.

On n’arrête pas de nous bassiner pour ne pas utiliser les voitures en ville parce que ça pollue (aussi bien l’atmosphère que nos oreilles). Mais pourtant, les mairies du Grand Lyon ne font pas grand chose pour qu’on ne les utilise pas. On trouve de moins en moins de places de parking gratuites. Donc à moins d’avoir les moyens de s’offrir un parking, on en est réduit à tourner des heures pour trouver une place gratuite. Et si on a le malheur de se garer sur une place payante, hop ! Une petite amende illico presto !

Quand la mairie ne se décide pas à faire un nettoyage de la rue en ne l’annonçant que la veille. Je serai parano, je dirais qu’ils ont attendu que je parte en déplacement pour mettre les panneaux dans la rue. Mais bon, ce n’est certainement qu’une coïncidence qui s’est reproduit toute une partie de l’été à Villeurbanne. Ben oui, l’été, les places ne sont plus payantes et la police municipale ne peut plus poser d’amendes. Donc faut trouver autre chose. Et la fourrière, ça coûte cher pour nous et ça rapporte pour eux…

Donc voilà, les administrations donnent des conseils, mais nous poussent à ne pas les suivre. Parce que s’ils souhaitaient vraiment que nous n’utilisions pas nos voitures, ils nous offriraient des facilités, des facilités pour se garer, des avantages tarifaires pour qu’on utilise les transports en commun au lieu de la voiture, des moyens d’empêcher ou de contrôler des grèves abusives… Mais non. Ce n’est que de la poudre aux yeux, ou peut-être est-ce juste histoire de se donner bonne image aux yeux du public. Parce que ça fait bien longtemps que les politiques ne sont plus intéressés par ceux qu’ils sont censés servir en dehors des votes qu’ils peuvent leur rapporter…

En conclusion ?

Je ne soutiens absolument pas les grévistes. Leur grève est exagérée et ils se servent des autres pour arriver à leur fin. Ils ont choisi de faire un métier de service et dès qu’ils sont mécontents, ils profitent de cette facilité et bloquent leurs clients. Ils n’ont aucun respect pour leurs clients (la preuve en est leur réaction quand les clients manifestent leur mécontentement) et pas beaucoup plus d’amour pour leur métier.

Et comme par hasard, après un échec des négociations, une trentaine de bus brûlent dans un entrepôt. Ceux qui sont à l’origine de cet acte de vandalisme ont fait perdre le peu de crédibilité qui restaient à ceux qui se comportent d’une manière un peu plus mature dans cette grève.
Sans parler des politiques et responsables de la ville de Lyon qui prouvent leur inutilité par leur absence de réaction ou les stupidités qu’ils peuvent sortir.

 

Initialement publié le 03.10.09 à 13:56.