MaXoE > RAMA > Critiques > Livres / BD > La BD du jour : Lucien et les mystérieux phénomènes de Le Lay et Horellou (Casterman)
Livres / BD
La BD du jour : Lucien et les mystérieux phénomènes de Le Lay et Horellou (Casterman)

Désir de vivre autrement, loin des villes et de leur pollution visible, loin des facilités d’un quotidien sur lequel l’homme n’a plus aucune prise. Vivre à la campagne, c’est composer avec son environnement. Conjuguer le plaisir d’une vie au cœur de la nature tout en tissant des liens simples et peut-être plus sincères avec les autres. Lucien et Violette débarquent dans un petit village niché en pleine nature, entre forêt épaisse et littoral prometteur. Ils vont peu à peu s’habituer à ce nouvel environnement et découvrir qu’il cache aussi de vieilles légendes bien mystérieuses…

Lucien et sa petite sœur Violette débarquent avec leurs parents dans un nouveau village. Un de ceux riches de promesses niché dans une campagne entourée d’arbres. Le lieu idéal lorsque, encore gamins, la vie reste à découvrir. Qui dit nouveau village, dit aussi nouveaux repères, nouvelle école, nouveaux camarades de classes, nouvel environnement et nouvelles croyances. Si l’acceptation par leurs camarades de classe n’est pas des plus faciles, Lucien va intriguer par sa passion pour le paranormal et les fantômes. Cela tombe particulièrement bien dans ce nouveau village, puisque, aux abords d’une falaise un peu à l’écart de la bourgade s’élève une imposante propriété qui aurait été jadis habitée par un vieil ermite. Un jour, il y a dix-huit ans, le vieil homme s’en est allé laissant comme trace de son passage sur Terre, son fantôme qui errerait encore dans la bâtisse éloignant les aventureux. L’occasion pour Lucien de s’intégrer en relevant le défi des autres enfants d’entrer dans la propriété hantée pour y rencontrer le fantôme qui habite les lieux… La découverte sera bien plus riche en surprises que celle espérée…

La mise en page originale qui emprunte à l’Art nouveau trouve ici toute son expression dans un projet qui traite de la Nature avec un grand N, de retour à la Nature, de décroissance, de gestion des déchets et de bien d’autres aspects écologiques qui sont autant de prises de conscience pour certains d’entre-nous. Dans ce récit les parents de Lucien et Violette ont fait le choix de goûter de nouveau aux plaisirs simples. Pour les deux marmots, l’intégration se fera peu à peu, même si parfois dans la difficulté, dans un environnement propice à l’exploration. Les deux auteurs de ce projet qui nous avaient séduits avec Plogoff ou Ralentir, poursuivent avec Lucien et les mystérieux phénomènes dans une vaine sociale forte qui aborde des sujets très actuels et en les contextualisant. Si l’album parle de la nature et du plaisir à y vivre loin de la ville, il met en scène avec justesse la crise sociale et économique qui devient de plus en plus sensible aujourd’hui. Le parti pris colorimétrique, autour de teintes ocres partiellement délavées donne une patine du temps qui joue avec le sujet. Pour des plaisirs simples, mais oubliés, à reconquérir…

Delphine Le Lay et Alexis Horellou – Lucien et les mystérieux phénomènes – Casterman