MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Batman Forever & Batman et Robin : La suite signée Joel Schumacher
Cinéma / DVD / /
Batman Forever & Batman et Robin : La suite signée Joel Schumacher

Suite de la saga entamée en 1989 par Tim Burton, voici les troisième et quatrième volets consacrés aux aventures de l’homme chauve-souris. Ne vous emballez pas, ça ne vole pas haut…

Dossier Batman Une

Batman Forever

Batman Forever AfficheRéalisation : Joel Schumacher

Casting : Val Kilmer, Tommy Lee Jones, Jim Carrey, Nicole Kidman, Chris O’Donnell, Michael Gough, …

Scénario : Lee Batchler, Janet Scott Batchler et Akiva Goldsman, d’après les personnages créés par Bob Kane et Bill Finger

Genre : Super-Héros

Durée : 2h 02min

Production : Tim Burton, Warner Bros. Pictures et PolyGram Filmed Entertainment

Distribution : Warner Bros.

Sortie aux USA : 16 juin 1995

Sortie en France : 19 juillet 1995

Après le Joker et le Pingouin, voilà que Batman a un nouvel ennemi en la personne de Double-Face. Et oui, pas de repos pour les braves ! Ce nouveau super-méchant n’est pas un inconnu à Gotham puisqu’il s’agit de l’ancien procureur Harvey Dent. L’homme a sombré dans une profonde schizophrénie après que la moitié de son visage ait été défiguré par de l’acide. Il veut se venger de Batman, bien sûr en faisant le plus de casse possible autour. Et pour cela, quoi de mieux que de s’allier à un scientifique totalement barré – Edward Nygma – et très très remonté depuis que le dirigeant de Wayne Entreprises a rejeté son invention (carrément dangereuse) capable de manipuler les cellules cérébrales. Tout un programme.

Batman Forever Un

Pour être claire dès le départ, ce nouveau volet n’a rien à voir avec les deux précédents, malgré le fait qu’il soit censé s’inscrire dans leur droite lignée. Au placard l’univers gothique créé par Tim Burton, place au monde des Bisounours (et j’exagère à peine). La Gotham City sombre des deux premiers films a ici été remplacée par quelque chose de beaucoup plus clinquant. La production ne s’en cache pas, le but était celui de faire du divertissement familial. Le problème ? Ça n’est pas cohérent. Tout comme le changement d’acteur pour Harvey Dent. Car si celui de Batman n’est pas choquant, celui-là est limite incompréhensible si l’on prend ses films comme ils doivent être pris, à savoir une saga que l’on peut difficilement dissocier. Et si le changement d’acteur s’explique peu, le changement de personnage s’explique encore moins puisque l’on passe d’un Harvey Dent sans aucune névrose dans un film à un psychotique notoire dans l’autre. Le talent de Tommy Lee Jones n’y est pour rien, c’est plutôt au niveau scénaristique que cela se joue.

Batman Forever Deux

Parlons-en du scénario. Il part un peu dans tous les sens et est trop rapide sur certains points. Par exemple, il passe trop vite sur la transformation de Harvey Dent (décidément) en Double-Face. Les choses n’ont pas le temps d’être posées que déjà, on passe à autre chose. Quant à Nicole Kidman, elle passe vraiment (et bien malheureusement) pour la caution féminine du film. La seule bonne trouvaille tient en la prestation de Jim Carrey. Quoi de mieux pour incarner l’Homme Mystère que cet acteur capable de tout, tant au niveau des pitreries que de l’émotion (bon, sur ce dernier ça n’est pas ce qu’il y a de plus flagrant, mais c’est le film qui veut ça).

Sinon, il y a les débuts de Robin, qui viennent ouvrir l’horizon du film suivant. Mais à part ça, ce film se trouve pile dans ce que la production avait annoncée : du divertissement familial, sans autre forme de procès. Pauvre Batman…

3/10

 

Batman & Robin

Batman et Robin AfficheRéalisation : Joel Schumacher

Casting : George Clooney, Arnold Schwarzenegger, Chris O’Donnell, Uma Thurman, Alicia Silverstone, Michael Gough, …

Scénario : Akiva Goldsman, d’après les personnages créés par Bob Kane

Genre : Super-Héros

Durée : 2h 05min

Production : Warner Bros. et PolyGram Filmed Entertainment

Distribution : Warner Bros.

Sortie aux USA : 20 juin 1997

Sortie en France : 9 juillet 1997

Décidément, Batman et Robin ne connaissent pas le repos. Voilà que Gotham est terrorisée par un mutant du nom de Mr Freeze. Ce dernier est un ex-scientifique. À l’époque, il était Victor Fries. Et son but était de trouver un moyen de sauver sa femme mourante en la cryogénisant, le temps de trouver un traitement. L’expérience n’a pas marché et depuis l’homme ne peut supporter les températures positives. Parallèlement, suite à une altercation entre un scientifique fou (encore un !) et son assistante, est créé un autre mutant en la personne de Poison Ivy, une créature vénéneuse. Les deux supers-vilains vont s’allier (tiens donc !) afin de faire sombrer Gotham. On commence à en avoir l’habitude…

Batman et Robin Un

Bon, déjà que Batman Forever ne brillait pas par ses dialogues, là on atteint des sommets dans le ridicule. Joel Schumacher a certainement dû oublier de prévenir son public qu’il avait fait de Batman & Robin un film comique.

En fait, tout ce qui était loupé dans Batman Forever l’est encore plus dans celui-ci. Le scénario contient tellement de personnages différents que l’intrigue centrale est totalement polluée. Cette fois-ci, Il n’y a pas un, pas deux, mais trois supers-méchants : Freeze, Poison Ivy et Bane. D’ailleurs, ce dernier est totalement grotesque. Au lieu d’en faire un terroriste impitoyable comme dans The Dark Knight Rises, il est tourné en dérision, devenant un gros gorille sans cervelle incapable de faire une phrase.

Batman et Robin Deux

Uma Thurman est la seule qui vaille à peu près la peine, entre son personnage de scientifique coincée et un peu allumée et son double mutant aussi sensuel que diabolique. Pour le reste, malgré un casting intéressant, cela reste sans saveur. Schwarzy fait du Schwarzy et Clooney est franchement médiocre. heureusement que depuis, il a fait des choix plus judicieux pour sa carrière…

Le mieux est de s’arrêter là, tant ce film n’atteint même pas le stade du divertissement.

2/10