A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Egypte et Cinéma – Quand la comédie rencontre la terre des Pharaons
Cinéma / DVD /
Egypte et Cinéma – Quand la comédie rencontre la terre des Pharaons
"Et le mec, il lui dit c'est le phare à "On", parce qu'il s'appelle "On", le mec… Le mec, il s'appelle "On". Il lui dit c'est le phare à "On" !"

Après Youssef Chahine, l’Exode et le cinéma égyptien d’aujourd’hui, c’est au thème de la comédie que l’on s’intéresse. Pas le cinéma comique égyptien, mais les comédies qui prennent la terre des Pharaons comme toile de fond.

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002)

Pour prouver la grandeur de la civilisation égyptienne par rapport à Rome, la reine Cléopâtre décide de faire construire à l’Empereur Jules César le plus beau des palais en un temps record. Si elle y parvient, il devra déclarer publiquement que le peuple égyptien est le plus grand de tous les peuples. Afin de réaliser ce projet, Cléopâtre fait appel à l’architecte Numérobis. Qui, sachant les délais absolument intenables, rend visite à son vieil ami, Panoramix. Dans ce petit village gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur, le druide décide d’aider Numérobis. Il part donc pour le royaume de Cléopâtre accompagné d’Astérix et Obélix. Sans oublier Idéfix…

Après une première adaptation plus que médiocre de Astérix et Obélix contre César signée Claude Zidi, c’est au tour d’Alain Chabat de revisiter l’œuvre de Goscinny et Uderzo datant de 1963. Et autant dire que le résultat est bien au-dessus de celui du premier film. Car tout en respectant l’humour de la BD originale déjà pleine de subtilités, Chabat fait ce qu’il sait faire de mieux : un enchaînement de situations toutes plus drôles les unes que les autres, avec des références à tout va à d’autres œuvres qui n’existaient pas à l’époque de la sorties de la BD (Star Wars notamment).

Et que dire du casting absolument énorme allant de Monica Bellucci à Jamel Debbouze, en passant par Claude Rich (il nous manque lui), Edouard Baer, Gérard DarmonChabat lui-même et beaucoup d’autres (mais il est difficile ici d’en faire une liste exhaustive). Au final, le seul bémol de la distribution revient à nos deux gaulois : Christian Clavier et Gérard Depardieu qui font ce qu’ils savent faire sans vraiment se renouveler. Mais ils ne gâchent pas la fête pour autant. Et fort heureusement d’ailleurs !

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, réalisé par Alain Chabat. Avec Christian Clavier, Gérard Depardieu, Alain Chabat, Monica Bellucci, Claude Rich, Gérard Darmon, Jamel Debbouze, Edouard Baer, Isabelle Nanty, Jean Benguigui, Chantal Lauby, …

 

OSS 117 : Le Caire, nid d’espions (2006) 

1955. La IVe République vit ses derniers instants, tout comme son Président René Coty. Seulement dix ans se sont écoulés depuis la signature de l’armistice mettant fin à la Seconde Guerre mondiale. Les vainqueurs sont partout : anglais, soviétiques, français occupent le terrain, chacun dans son propre intérêt. Notamment au Caire, qui est un véritable nid d’espions. Le Président de la République décide d’y envoyer son meilleur agent de l’OSS : Hubert Bonisseur de la Bath, dit OSS 117.

Autre film, autre époque. Après l’Egypte de Cléopâtre, le cinéma français nous transporte dans celle de l’après-guerre avec un film dont les trois quart des répliques sont devenues cultes, allant d’ « Il s’agirait de grandir » à « Comment est votre blanquette ? ». Difficile de réprimer un fou rire en le visionnant ! Et ceci tient pour beaucoup à la performance de Jean Dujardin – un acteur aux multiples registres – qui propose un Hubert Bonisseur de la Bath parfait d’arrogance… et de ridicule !

Quant à la réalisation, Michel Hazanavicius propose un style oldie qui colle parfaitement à l’ensemble avec ses décors en carton-pâte et ses paysages qui défilent pour donner l’illusion que les voitures roulent comme dans les vieux films hitchcockiens. Toujours un plaisir à (re)découvrir !

OSS 117 : Le Caire, nid d’espions, réalisé par Michel Hazanavicius. Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, Aure Atika, Philippe Lefebvre, Richard Sammel, …