MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Intelligence Artificielle et Cinéma : Quand le 7e Art s’empare du « Tes…

Intelligence Artificielle et Cinéma : Quand le 7e Art s’empare du « Test de Turing »
Humain ou machine, telle est la question

Considéré comme l’un des pères de l’ordinateur, Alan Turing est également à l’origine du « Test de Turing », aussi connu sous le nom de « jeu de l’imitation ». Celui-ci consiste à confronter un individu à deux interlocuteurs – un autre être humain et une machine – afin qu’il détermine qui est l’humain et qui est la machine, au travers de questions qu’il pose et qui se précisent de plus en plus. Si la machine réussit à tromper l’individu, on peut considérer que l’IA a eu un comportement se rapprochant de celui d’un être humain. À ce jour, aucun programme informatique n’a été en mesure de réussir ce test. Sauf au cinéma.

Si le cinéma a été inspiré par les travaux d’Alan Turing pour proposer des films futuristes, il est également allé puiser dans la vie du mathématicien et cryptanalyste pour relater une période de notre Histoire contemporaine, longtemps restée inconnue du grand public. C’est ainsi qu’en 2014 (2015 en France) sort The Imitation Game, réalisé par le norvégien Morten Tyldum et porté par l’excellent Benedict Cumberbatch. Classifié durant plusieurs décennies, le récit dont ce film se fait le relais est celui d’une équipe de scientifiques recrutés par les services secrets britanniques afin de décrypter la machine de cryptographie utilisée par les nazis : Enigma. S’il est difficile d’en juger avec exactitude, les historiens estiment que, grâce à cette équipe dont Turing faisait partie, environ quatorze millions de vies furent sauvées durant la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci aurait été par ailleurs écourtée d’au moins deux ans.

The Imitation Game se concentre ainsi essentiellement sur la course contre la montre à laquelle est confrontée l’équipe de scientifiques, mais il expose également en propos introductif certains travaux d’Alan Turing, dont ses recherches sur l’intelligence artificielle et son fameux « jeu de l’imitation » qui donne son titre au film (ce qui est une mauvaise illustration de son contenu et est par ailleurs le seul défaut de cette œuvre). Sont également très intéressants les passages traitant de l’homosexualité de Turing, qui lui a d’ailleurs valu une condamnation à la castration chimique et a conduit à son suicide (pour l’anecdote, il aurait fait cela avec une pomme empoisonnée). Il ne fut réhabilité qu’en décembre 2013, lorsque la reine Elisabeth II décida de le gracier. Au-delà de cet hommage rendu à ces grands scientifiques qui luttèrent à leur façon pour la liberté, ce film porte surtout en filigrane un message de tolérance en rappelant que les préjugés l’emportent malheureusement sur le reste. Et ceci encore bien trop souvent.

The Imitation Game, réalisé par Morten Tyldum. Avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Mark Strong, Rory Kinnear, Charles Dance, … (Sorti en France le 28 janvier 2015).

 

Sorti en 2015 (quelques mois avant The Imitation Game), le film Ex Machina réalisé par Alex Garland met en scène le test de Turing dans un huis-clos futuriste. Caleb est un jeune programmeur pour la société BlueBook, devenu le plus important moteur de recherche au monde. Vainqueur d’un concours interne au sein de son entreprise, il est invité à passer une semaine dans la résidence du PDG de BlueBook. Une fois sur place, son patron lui propose de participer à une expérience scientifique : un test de Turing face à une androïde nommée Ava.

Porté par Oscar Isaac, Domhnall Gleeson et Alicia Vikander, Ex Machina est un film dont la principale réussite réside dans son ambiance singulière créée par son huis-clos inquiétant. Rien de spectaculaire dans ce film de genre, qui réunit habilement tous les bons ingrédients de la S-F sans tomber dans l’excès d’effets spéciaux et la surenchère d’action. C’est d’ailleurs la marque de fabrique de son réalisateur, qui préfère l’intime au grand spectacle comme en témoigne sa filmographie puisqu’il est le scénariste de 28 jours plus tard et Never Let Me Go, également des dystopies qui tendent plus vers cinéma indépendant que vers le blockbuster.

Ex Machina, réalisé par Alex Garland. Avec Oscar Isaac, Domhnall Gleeson, Alicia Vikander, … (Sorti en France le 3 juin 2015).

 

Directement sorti en France en DVD et Blu-Ray en 2014, The Machine est un film d’anticipation britannique indépendant. Tandis que le monde tel que nous le connaissons est en guerre, un chercheur tente de créer un androïde puissant, autonome et surtout conscient.

Se déroulant lui aussi essentiellement à huis-clos, The Machine est un film beaucoup plus violent que Ex Machina qui mise principalement sur un malaise psychologique. Dans The Machine, ce sont les scènes très sombres, dotées d’une musique parfois assourdissantes et de combats acharnés qui créent cette ambiance. Moins réussi dans sa globalité que Ex Machina, le film n’est pour autant pas dénué d’intérêt. En effet, la grande scène consacrée au test de Turing est une bonne approche permettant de comprendre assez aisément en quoi celui-ci consiste sans tomber dans une trop grande complexité scientifique. Le reste est plus oubliable mais se regarde sans trop de peine.

The Machine, réalisé par Caradog W. James. Avec Caity Lotz, Toby Stephens, Sam Hazeldine, Denis Lawson, … (Sorti en France directement en DVD et Blu-Ray le 17 juin 2014).


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...