Focus Spécial Joker
A l’occasion de la sortie du film Joker au cinéma, nous vous proposons depuis le début de la semaine un Focus Spécial consacré au Joker, un personnage que vous pouvez retrouver sur grand écran mais aussi en Comics. Et c’est justement l’objet de ce Concours avec Urban Comics que nous lançons aujourd’hui jusqu’à dimanche minuit qui vous permettra peut-être de gagner un lot comprenant 2 Comics : Joker Renaissance + L’homme Qui Rit ! Pour ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Sorties DVD : Split, Rock’n Roll, Loving, Born to be Blue, Immigration Game…
Cinéma / DVD / Société /
Sorties DVD : Split, Rock’n Roll, Loving, Born to be Blue, Immigration Game…
Coup de blues, personnalités multiples et ségrégation

Une semaine entre comédie et horreur. Avec un Guillaume Canet tout en auto-dérision et un M. Night Shyamalan qui explore les recoins d’un esprit dérangé. Et retour également sur les semaines précédentes avec deux films ancrés dans le réel (un biopic sur Chet Baker et le combat des Loving contre l’Amérique ségrégationniste) ainsi qu’une dystopie. Il y a de quoi faire !

Mardi 27 juin 2017

Split

Réalisation : M. Night Shyamalan

Scénario : M. Night Shyamalan

Casting : James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Buckley, …

Genre : Thriller

Durée : 1h 57min

Sortie en salle : 22 février 2017

Support : DVD & Blu-Ray

Synopsis officiel : Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres. Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey, aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats.

Critiques de la presse : Derrière ses atours de petit film d’horreur, Split est en réalité un film puissant, à la fois émotionnellement et politiquement. Sinueux, baroque, le scénario offre une plongée vertigineuse dans deux psychés en miroir, navigant sans cesse entre enfance et monde adulte, crédulité et scepticisme, rêve et cauchemar. Un retour réussi pour M. Night Shyamalan vers des hauteurs où l’on ne l’attendait plus, renforcé par la performance impressionnante de James McAvoy.

 

Mercredi 28 juin 2017

Rock’n Roll

Réalisation : Guillaume Canet

Scénario : Guillaume Canet, Philippe Lefebvre et Rodolphe Lauga

Casting : Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Philippe Lefebvre, Camille Rowe-Pourcheresse, Yvan Attal, …

Genre : Comédie

Durée : 2h 3min

Sortie en salle : 15 février 2017

Support : DVD & Blu-Ray

Synopsis officiel : Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.

Critiques de la presse : Assurément rock, ce portrait d’un artiste en pleine crise de la quarantaine ne manque ni d’ambition, ni d’autodérision. En s’attaquant à son apparence, son look et son image de gendre idéal auprès du public, Guillaume Canet livre une farce originale et grinçante qui s’interroge sur le jeunisme, la peur de vieillir et l’image que l’on renvoie aux autres. Et si, sur la fin, le film pèche par excès d’humour gras, il reste une comédie agréable. Surtout lorsqu’il s’agit de voir Marion Cotillard réviser son québécois jusqu’à la nausée.

 

Déjà dans les bacs

Loving (sorti le mardi 20 juin)

Réalisation : Jeff Nichols

Scénario : Jeff Nichols

Casting : Joel Edgerton, Ruth Negga, Michael Shannon, Marton Csokas, …

Genre : Drame

Durée : 2h 4min

Sortie en salle : 15 février 2017

Support : DVD & Blu-Ray

Synopsis officiel : Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’État. Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine.

Critiques de la presse : Réussissant le prodige de ne jamais céder à la tentation du pathos larmoyant et d’éviter en même temps la lourdeur moralisatrice du sujet, le réalisateur Jeff Nichols nous plonge dans une histoire aussi sidérante que bouleversante. Le jeu des acteurs Joel Edgerton et Ruth Negga,  tout en émotion, structure le récit de ce combat qui fit date dans l’histoire de la lutte contre les inégalités raciales et les droits civiques aux Etats-Unis. A l’heure où la xénophobie semble avoir de nouveau le vent en poupe dans ce pays, ce film profondément humaniste vise à la fois le cœur et la tête.

 

Born to be Blue (sorti le jeudi 22 juin)

Réalisation : Robert Budreau

Scénario : Robert Budreau

Casting : Ethan Hawke, Carmen Ejogo, Callum Keith Rennie, …

Genre : Biopic

Durée : 1h 38min

Sortie en salle : 11 janvier 2017

Support : DVD & Blu-Ray

Synopsis officiel : Le jour où il est passé à tabac, la vie de Chet bascule. Les mâchoires fracassées, il se voit contraint de laisser derrière lui sa carrière de trompettiste de jazz. Avec à la clé, la dépression et l’appel irrépressible de la drogue. Mais Jane, sa compagne, ne l’entend pas de cette oreille : la seule addiction qui vaille, c’est la musique. Il doit se ressaisir et regagner par son talent la reconnaissance de ses pairs. L’Histoire n’oubliera pas son nom : il s’appelle Chet Baker.

Critiques de la presse : En évoquant cette convalescence du jazzman, parenthèse douce dans une existence autodestructrice, Born to be Blue évite les clichés du film de musicien junkie pour raconter la lutte émouvante d’un homme cherchant à revenir sur le devant de la scène. Portant de bout en bout ce film sensible et intelligent, Ethan Hawke livre une prestation époustouflante, tout en subtilité. Fans de blues, ne boudez pas votre plaisir à fredonner My Funny Valentine devant ce film.

 

Immigration Game (sorti le mercredi 17 juin)

Réalisation : Krystof Zlatnik

Scénario : Krystof Zlatnik

Casting : Mathis Landwehr, Denise Ankel, Horst-Günter Marx, …

Genre : Dystopie

Durée : 1h 34min

Support : DVD & Blu-Ray

Synopsis officiel : L’Europe a fermé ses frontières aux réfugiés. L’Allemagne reste le seul pays à offrir la citoyenneté, mais sous une condition. Les réfugiés sont accueillis si, et seulement si, ils survivent au jeu de téléréalité « Immigration Game ». Abandonnés dans la banlieue de Berlin et livrés à eux-mêmes, ils doivent rejoindre la tour de télévision qui se trouve dans le centre de Berlin le plus vite possible, sans se faire tuer par les citoyens allemands, autorisés à les persécuter. Joe, déjà citoyen, va être contraint malgré lui de participer à ce jeu mortel.

La critique de MaXoE : Malgré un postulat de base plutôt intéressant – entre Hunger Games et American Nightmare – et qui joue avec l’actualité, l’action de ce film qui tend à critiquer notre société individualiste s’essouffle assez rapidement avec des rebondissements attendus. La mise en scène (et son jeu de caméra à l’épaule) aurait pu être réussie si elle n’avait pas été polluée par des effets de style un peu trop présents, comme le trop grand nombre de ralentis. Il est toutefois difficile d’être critique avec l’aspect technique d’Immigration Game, car il aurait sans doute été bien meilleur avec plus de moyens. Mais ça n’est pas là que le bât blesse. Le film propose une conclusion assez surprenante avec une ellipse dont il est difficile de saisir le sens. Et qui semble presque remettre en cause le message humaniste du départ. Dommage.