Ken Follett – écrivain gallois spécialisé dans les romans historiques et d’espionnages – publiait en 1989 Les Piliers de la Terre, un roman fleuve sur l’Angleterre du XIIe siècle et qui relate l’histoire de la construction d’une cathédrale, celle du prieuré de Kingsbridge, le tout sur fond de guerre civile entre deux prétendants à la couronne. En 2007 paraît Un Monde sans Fin qui fait suite aux événement des Piliers de la Terre, deux ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Focus BD jeunesse (8ème volet) : Encore et toujours nos petites bêtes…
Livres / BD / /
Focus BD jeunesse (8ème volet) : Encore et toujours nos petites bêtes…

Les récits jeunesse explorent souvent la veine animalière. Tout d’abord car ils captent facilement l’attention de leur public cible, mais aussi car ils permettent d’envisager les choses sous un autre angle, une autre approche, plus sensible ou poétique qui donne de la matière aux rêves en devenir…

Mélodie potagère
Mouette aux croustilles

La Mouette aux croustilles de Mingle Mingle – La Pastèque (2015)

Contrairement à ce que l’on pense la vie peut aussi s’avérer être paisible. Calme et dénuée de toutes les tensions qui l’accompagnent parfois. En tout cas c’est ce que pourrait penser cette mouette qui, du haut de sa falaise qui surplombe la mer qui s’étend à l’infini vers l’horizon, guette, avec ses congénères, l’arrivée des paquebots qui font escale dans la ville qui se développe en contrebas. Pour les mouettes suivre du regard puis s’approcher des navires demeure une activité prisée qui vient briser le train-train quotidien. Elles y gagnent parfois des subsides alimentaires jetés depuis les ponts perspectives qui s’ouvrent à l’approche de la terre ferme. Un jour, alors que notre mouette effectue son traditionnel vol à proximité du paquebot de passage, elle capte en plein vol des croustilles au goût de sel prononcé qui s’avèrent être des gourmandises dont elle ne pourra plus se passer. Elle suivra les voyageurs vers la ville et tentera de trouver l’origine de ce met délicat qui excite son gosier. Elle prendra ainsi de fait de plus en plus de distance avec son ancien habitat pour se fondre dans la ville, sa pollution et ses multiples dangers…
La mouette aux croustilles propose une parabole sur la malbouffe, sur le désordre qui nait de l’aveuglement pour une mirifique chose qui renferme pourtant bien des pièges. De cet aveuglement pour les croustilles, notre mouette va délaisser son habitat, ses habitudes pour vivre de misère, de larcins, d’une dépendance irréversible qui la perd peu à peu. Le dessin composé en double-pages laisse entrevoir des panoramiques saisissant des différents cadres de cette histoire. Notre mouette piégée retrouvera-t-elle ses esprits pour se libérer de son addiction ? Une fable moderne qui plaira aux plus jeunes et permettra aux plus grands d’expliquer les bienfaits de la diversité alimentaire. Vivement conseillé !

Mingle Mingle – La mouette aux croustilles – La Pastèque – 2015 – 15 euros

Couverture_modifié-1

Mélodie Potagère de Plessix & Jouannigot – Dargaud (2015)

C’est pas de chance, tante Zinia a oublié les œufs et elle ne peut pas réaliser la recette qu’elle avait promise à ses jeunes neveux Romarin, Agaric, Pirouette, Mistouflet et Dentdelion. Pour réparer cela les cinq aventureux vont enfourcher leur vélo pour se rendre au village. Sur le chemin le frère cadet tombera son doudou dans le jardin en contrebas de Monsieur Plante, un ours aux mains vertes un brin grincheux qui jouera un rôle non négligeable dans le récit à venir. Une fois récupérée la peluche fétiche, les cinq frères poursuivront leur parcours vers le village où ils trouveront les œufs demandés par leur tante Zinia. Au village, les fameux œufs une fois dans la besace, nos cinq marmots tombent sur une affiche placardée sur un des murs de la place centrale. Y est présentée la kermesse à venir au cours de laquelle se déroulera un concours de tartes mais aussi… un concours de musique. C’est ce dernier qui retiendra l’attention des jeunes lapins au point qu’ils vont tenter leur chance et participer à cette joute musicale. Ils trouveront sur leur route les ténébreux Alligators, une bande plutôt sombre aux mauvaises intentions qui se fera fort de mettre des bâtons dans les roues de tous leurs challengers…
La famille Passiflore nous berce de ces histoires édifiantes depuis près de trente ans maintenant. Ici nos tendres amis se mettent en tête de participer à un concours de musique. Ce qui pourrait paraître simple au premier abord va pourtant se révéler un véritable parcours du combattant. Car tout d’abord il  faudra que nos amis se mettent d’accord sur la musique qui sera jouée lors de la manifestation. Il faudra ensuite être dur à la tâche lors des répétitions, il faudra aussi et surtout déjouer tous les pièges placés sur leur chemin… Un récit tendre et magnifiquement rythmé dans lequel Loïc Jouannigot et Michel Plessix livrent une copie dans l’esprit de la série. Le dessin de Loïc parvient à des sommets notamment dans la réalisation des cadres dans lesquels se déroule l’action. Une histoire simple qui cache bien des détails succulents propres aux meilleures histoires. Un album jeunesse comme on les aime !

Jouannigot & Plessix – Mélodie potagère – Dargaud – 2015 – 12,99 euros

hector-01-manigances-et-coups-tordus

Hector de Dubuisson & Donsimoni – Delcourt (2015)

La magie de Noël opère toujours sur nos bambins émerveillés. Au pied du sapin ils savent qu’ils découvriront les fameux cadeaux demandés peu avant ce qui suffit à leur bonheur du moment. Pourtant pour Luce rien de cela. La raison ? Le papier cadeau qu’elle arrache avec entrain révèle en effet non pas le livre d’astronomie et l’atlas historique demandés mais un petit animal bien étrange qui tient du chien et du renard, un parangon. Un animal bien étrange qui possède le don de parole. Pour la jeune fille, passé la déception du moment, elle devra apprendre à vivre avec son nouveau compagnon. Un compagnon pas vraiment engageant dont le seul but et celui de sa race est de parvenir à mettre à ses pieds l’ensemble de l’humanité…
Construit sous la forme d’un album à sketches qui mettent en avant une scène de vie de Luce et de son fameux parangon, Hector se révèle bourré de gags parfois drôles, parfois tendres, parfois axés sur les travers de nos sociétés. Un cadre bien construit donne à ces courts récits une dimension ludique et drôle du meilleur aloi.

Dubuisson & Donsimoni – Hector T1 – Delcourt – 2015 – 10, 95 euros