MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Kingsley, la montagne des Dieux de Clot, Dorisson, Mathieu & Telo
Livres / BD / /
Kingsley, la montagne des Dieux de Clot, Dorisson, Mathieu & Telo

La nouvelle collection Explora a pris le parti de présenter en alternance des personnages majeurs connus de tous et d’autres moins mis en lumière ou tombés dans l’oublie. Elle propose aussi de mettre en lumière les destins d’hommes mais aussi de femmes qui ont eu leur mot à dire dans la découverte et l’exploration de notre monde. Mary Kingsley est la première femme mise en avant. Un destin hors du commun dans un contexte pas forcément favorable…

 

Second titre de la nouvelle collection Explora de chez Glénat, Mary Kingsley présente le destin d’un personnage peut-être peu connu du grand public, mais qui mérite toute notre attention. Cela fait partie des défis relevés par son directeur de collection, Christian Clot qui entend évoquer bien entendu les grands voyageurs et explorateurs ainsi que d’autres moins mis en avant et qui ont contribué à faire avancer la science, la compréhension d’un peuple, d’une ethnie ou qui ont eux-mêmes pénétrés dans des terres reculées non encore « découvertes » par l’homme occidental.

Le parcours de Mary Kingsley est singulier. Il faut, pour en comprendre toute sa portée, revenir sur le contexte de l’époque, ce que cet album fait très bien dans les pages documentaires placées en fin d’album. La société anglaise et plus particulièrement londonienne de la fin du XIXème siècle repose sur une idée force de traditionalisme vis-à-vis de la place de la femme dans la société. Celle-ci se doit de se cantonner à son rôle de femme, maîtresse de foyer, reproductrice et aimante envers son mari. L’instruction reste un sujet tabou et l’éducation des jeunes filles ne doit permettre qu’une bonne tenue en société en offrant des bases de discussion pour soirées mondaines. Rien ne destinait donc Mary Kingsley a accomplir ses voyages, et personne ne pouvait donc la soutenir dans ce projet un peu fou. Car la future exploratrice n’avait jamais quitté l’Angleterre et encore moins la périphérie de Londres. Cette plongée en Afrique – dont le but est de finir les travaux d’observation de son père – la transportera dans un univers totalement inconnu dont elle ne maîtrisera pas les risques. Pourtant dès qu’elle débarque en 1893 dans le port de Luanda en Angola, placé sous contrôle portugais, la jeune femme, va faire un apprentissage « accéléré » de son expérience africaine. Elle décide de s’enfoncer dans le pays et d’aller à la rencontre des populations indigènes.

L’album nous apporte une vision de l’Afrique peut-être moins mis en avant, celle des vastes forêts et des climats pluvieux. Le vert domine l’album. Il s’accompagne d’un ciel souvent ombrageux où les précipitations tombent en abondance. Dans ce climat peu propice à l’exploration, le danger guette à chaque instant : animaux (crocodiles, serpents, gorilles…), tribus cannibales, telles les Fangs… Elle sera accompagnée d’Ambos, de la tribu des Lwenas avec qui elle aura une aventure, et s’affranchira à sa manière de nombre de tabous qui frappent la société victorienne. Son apport à la connaissance des populations indigènes ainsi que les plantes, animaux qu’elle rapporte d’Angola permettront de mieux connaître une région encore fermée sur l’Occident. Elle en tirera peu de gloire et si cet album doit lui permettre une mise en avant nouvelle, ce n’est au regard de son parcours qu’une justice afin réparée…

Clot/Dorisson/Mathieu/Telo – Kingsley, la montagne des Dieux – Glénat – 2012 – 14,50 euros