MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Lacrima Christi de Convard & Falque

La BD du jour : Lacrima Christi de Convard & Falque

Qu’arriverait-il si l’homme le plus mégalomane et tyrannique de la terre, le nord-coréen Cho Ihn Kyang se voyait offrir la liqueur suprême capable de dévaster le monde ? Cette liqueur, qui porte le doux nom de Larmes du Christ, existe bel et bien et a été confectionnée avec soin au douzième siècle par un alchimiste pactisant avec les forces obscures. Un contre-la-montre s’engage neuf siècles plus tard avec aux manettes Jean Nomane, agent phare du Triumvirat, qui se voit confier la mission de stopper les ardeurs du tyran nord-coréen…

Lacrima une
Lacrima

Lacrima Christi de Convard & Falque – Glénat (2015)

En cette fin d’année 1187 le pape Clement III, porteur de la troisième croisade, voit vaciller ses espoirs de conquérir Saint-Jean-d’Acre qui résiste de manière étonnante aux assauts répétés des croisés. Ne pouvant continuer à voir les soldats de Jésus tomber les uns après les autres de faim et de fièvre, il se résout à écouter Giudici, un de ses proches conseiller, qui lui présente une redoutable alternative, celle de confier à un alchimiste réputé, Biancofuori, le soin de travailler à la confection d’une vapeur mortelle qui se répandrait dans la cité et anéantirait toute trace de vie humaine. L’idée plait au pape et un accord est vite trouvé avec l’alchimiste qui met au point une potion confectionnée à partir du germe de Yersin qui produisait la peste sylvatique. Pour la rendre plus radicale, Biancofuori intervient sur le germe même pour le rendre mille fois plus puissant et dévastateur. Une fois réalisée cette prouesse chimique, l’homme confina sa liqueur mortelle, à laquelle il donna le doux nom de Larmes du Christ, dans deux petites fioles qu’il se proposa d’amener lui-même au pied de Saint-Jean-d’Acre. Mais le destin réserve au porteur de cette mort un triste sort. Le voyage en Méditerranée s’accomplit dans des conditions effroyables et Biancofuori voit son embarcation se disloquer et s’enfoncer dans la profondeur des eaux sombres à seulement 4 milles de la baie d’Haïfa… Les larmes du Christ reposeront donc à jamais dans les fonds marins, à moins qu’un projet fou de recherche en mer ne vienne perturber l’ordre des choses et que la menace d’une épidémie mondiale de peste apocalyptique ne vienne s’abattre sur le monde connu…
Le premier opus de cette nouvelle saison du Triangle secret, baptisée Lacrima Christi, s’ouvre de la plus belle des manières sur fond de trahison, de terribles secrets, d’alliances improbables et d’espionnage. Jean Nomane, le Rectificateur, va entrer en scène pour tenter de déjouer les plans machiavéliques d’un renégat Gardien du sang qui a vendu au plus offrant, le despote nord-coréen Cho Ihn Kyang, les fameuses Larmes du Christ. Larmes que le riche tyran s’est empressé de dupliqué pour en stocker dans un entrepôt supposé impénétrable, des quantités pharaoniques propres à éliminer toute trace de vie sur Terre. Cette mission possède le code noir, le code ultime qui peut aller jusqu’au sacrifice ultime du Rectificateur. L’enjeu est donc de taille. En reprenant les ingrédients qui ont forgé le succès des précédents opus du Trtiangle Secret, Didier Convard livre un récit à fort suspense mené sur un rythme particulièrement alerte. Il livre une copie qui ménage tout à la fois suffisamment de suspense tout en nous exposant des données propres à renverser le lecteur. Signe d’une maitrise totale, cet opus s’accompagne d’un dessin soigné et d’une redoutable efficacité de Denis Falque. Le récit à tiroir, mené sur plusieurs fronts reste d’une grande lisibilité graphique et se fait totalement immersif. A noter que l’éditeur BD Empher propose une version en Tirage de luxe limité à 300 exemplaires de ce premier opus avec une couverture alternative, un dos toilé et, pour la partie intérieure les 54 planches de l’album dans leur version N&B puis dans leur version couleurs, précédées d’un cahier graphique de 16 pages de recherches et storyboard. Cerise sur le gâteau, trois ex-libris en forme de triangle sont glissés dans l’album dont l’un signé de la main d’André Juillard. Enfin (seconde fournée de cerises) les plus heureux se verront offrir dans la limite des stocks une plaque d’impression à conserver précieusement. Un très beau tirage du plus bel effet dans sa bibliothèque !

Convard/Falque – Lacrima Christi T1 : L’alchimiste – Glénat – 2015 – 14,50 euros (version luxe par BD Empher 79 euros + frais d’envoi)


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...