MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Sarah de Bec & Raffaele
Livres / BD / /
La BD du jour : Sarah de Bec & Raffaele

Plongée au cœur de l’horreur dans une petite bourgade de Pennsylvanie. Avec Sarah, récit qui tient de la série B américaine avec son lot d’ingrédients fondateurs, de secrets à cacher, de morts suspectes, de voisins suspects, de maisons isolées et de bien d’autres choses encore, Christophe Bec et Stefano Raffaele nous amènent aux confins de l’épouvante. On en redemande !

 sarah2ok

SarahTome1Sarah et David viennent tout droit de New York. De nuit ils roulent sur une route étroite qui sillonne une longue étendue forestière de Pennsylvanie. A la sortie d’un virage les deux amoureux sont surpris par une biche et son faon qui traversent juste sur leur passage. David évite de peu le carnage mais pas la frayeur qui va avec. Quelques minutes plus tard ils arrivent enfin sur le chemin qui mène à leur nouvelle maison. Non loin s’élève une bâtisse peu avenante, ornée de tête de cerfs. La clôture de bois désorganisée et les épaves de voitures datant d’une autre époque ajoute à l’ambiance du lieu. Mais peu importe pour nos tourtereaux qui découvrent enfin les joies de leur nouveau chez eux. Après une bonne nuit de sommeil et alors que David coupe du bois à l’extérieur, Sarah pousse un cri d’effroi en provenance de la vaste cuisine. Le jeune homme déboule au secours de sa belle hache en main pour lui prêter secours… Mais ce n’est pas la peine, la bête qui a semble-t-il dévasté la pièce a quitté les lieux depuis belle lurette. La vie semble néanmoins s’installer pour notre jeune couple. David part exercer son nouveau job de garde-forestier tandis que Sarah décide d’en apprendre plus sur son environnement et sur la ville de Salamanca. Peu affable la population de cette petite bourgade ne lui réserve pas un accueil des plus chaleureux… Puis, de jours en jours, des évènements bizarres et des situations cocasses viennent teinter le quotidien de Sarah qui doit faire face seule à l’isolement de la maison dans laquelle elle vit au quotidien. Au fil des jours la jeune femme intriguée par ce qui semble se tramer à Salamanca va essayer, non sans prendre quelques risques, de mener sa petite enquête…

Sarah n’est pas à proprement parlé une nouveauté de Christophe Bec. Ce triptyque dont les deux premiers opus ont été édités chez Dupuis en 2008 et 2010 restaient jusqu’alors sans suite. Les Humanos ont donc choisi de rééditer ces deux volets et de signer pour le dernier qui nous en offrira  la conclusion. D’un point de vue formel, Christophe Bec joue avec le film américain de série B d’épouvante qui réserve souvent de très belle pépites. Et d’ailleurs de pépites il en est questions ici, puisque la ville de Salamanca est connue pour avoir abrité en ces marges une colonie de chercheurs d’or tous disparus dans une folie meurtrière qui s’est emparée d’eux au point de les pousser à s’entretuer. La petite bourgade possède bien d’autres secrets cachés qui seront découvert au fil de son enquête par Sarah. Tout d’abord les enfants semblent absents de la ville comme si la procréation y était interdite. L’école du village est fermée depuis des lustres et demander en pharmacie un test de grossesse s’apparente en une insulte indigne… Les voisins de Sarah ont eux aussi bien des choses à cacher, le mari, chasseur braconnier révulsant et la femme devenue d’une obésité qui vire à la difformité ont visiblement enfanté un garçon qui tient plus du monstre que du chérubin, et que dire de ses êtres velus SarahTome2qui peuplent les galeries sous-terraines en lien direct avec les couloirs de l’ancienne mine ? Un scénario à tiroir  donc accentué par l’histoire de Sarah atteinte d’une psychose due à un enlèvement dont elle a été victime alors qu’elle avait à peine 7 ou 8 ans… Ces éléments composent une histoire riche dont les éléments vont s’entrecouper dans le dernier opus à sortir tout bientôt. Sarah possède le charme des films d’épouvantes Made in USA avec son lot de rebondissements, de découvertes, de lieux isolés dans lesquels il se passe pourtant beaucoup de chose et de suspense parfois insoutenable. Des questions se posent pour savoir quelle malédiction a touché Salamanca au point de faire de la ville une cité qui se meurt. Même si certains viennent encore s’échouer à la périphérie de la ville, c’est souvent à leurs risques et périls et d’ailleurs, pour être honnête, peu en sont revenus pour témoigner. Une série qui doit aussi au dessin atmosphérique de Stefano Raffaele qui apporte le supplément d’horreur à un récit déjà bien chargé en hémoglobine et autres dégénérescences de l’esprit et des corps…

Bec/Raffaele – Sarah T1 & 2 – Les Humanoïdes Associés – 2013 – 13,10 euros l’un