Focus Spécial Joker
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Les Annales du Disque-Monde : Au guet !
Livres / BD
Les Annales du Disque-Monde : Au guet !

Et nous voici de retour dans la ville d’Ankh-Morpok célèbre pour… Euh… Beaucoup trop de choses en fait et très peu de bien reluisantes. Son fleuve par exemple, qui est tellement pollué qu’il n’a plus rien d’un fleuve et donne plus l’impression de ramper que de couler. Ou encore ses nombreuses sociétés secrètes et une notamment une dont l’uniforme imposé est une longue robe noire à capuchon. Très important le capuchon. Ah oui, il ne faut pas oublier aussi que chaque membre en dehors du chef doit être un peu… Comment dire… Crétin ? Alors si je vous dis que cette société secrète là en particulier a décidé de renverser le pouvoir en place pour y installer un roi, que me direz-vous ? Que forcément, comme nous sommes sur le Disque-Monde, ça ne va pas se passer comme prévu, ni pour eux, ni pour ceux qui vont les en empêcher, ni pour personne d’ailleurs ! Sauf pour un petit dragon… Mais ceci est une longue histoire…

Longue histoire qui commence donc à Ankh-Morpok, à moins que ce ne soit au fin fond des montagnes, dans les mines des nains, où un jeune homme, Carotte de son prénom, se fait annoncer par son père que contrairement à ce qu’il a toujours cru, il n’était pas un nain ! Et comble de tout, pour une sombre histoire de canard au milieu de poules et d’une voiture appartenant à une certaine Simone -à moins que ce ne soit Smon Fortdubras-, il se retrouve en route pour Ankh-Morpok afin de s’engager dans la prestigieuse garde du Guet. Et voilà donc notre jeune Carotte qui part en voyage :

Un voyage de huit cent kilomètres qui, chose surprenante, se déroula sans histoires. Les particuliers de plus d’un mètre quatre-vingt-dix et de quasiment autant en largeur d’épaules voyagent souvent sans histoires. Les imprudents qui leur bondissent sous le nez de derrière des rochers finissent toujours par s’excuser : « Oh. Pardon. Je vous ai pris pour quelqu’un d’autre ».

Et voici notre jeune Carotte qui arrive à Ankh-Morpok, son livre de lois appris par cœur. Sauf qu’il y a certaines choses qu’il ne sait pas… Cette ville est dirigée par un patricien, Le Patricien, qui, pour mieux contrôler le taux de criminalité, a aidé à se développer les guildes. N’y a-t-il rien de plus facile que de faire en sorte que la guilde des voleurs (pour ne citer qu’elle) impose un quota de vol à chacun de ses membres et une « pénalité » à toute personne prise sur le fait de voler et ne faisant pas partie de la guilde ? Ben voilà, le Patricien l’a fait. Et du coup, la garde du Guet a quelque peu perdu de son prestige, au point que si quelqu’un annonce qu’il fait partie du Guet, la première question que les gens se posent est : « mais qu’a-t-il fait ? Pourquoi cette punition ? ».

Et c’est ainsi que Carotte intègre le Guet au sein d’une fine équipe dont le meilleur moyen d’illustrer la bravoure et le courage est une petite citation (j’aime bien les citations, surtout celles des Annales du Disque-Monde, mais avant de placer ma citation, je vous situe la situation : Carotte ayant voulu arrêter le tenancier d’un bar pour de multiples infractions à la loi, a déclenché une bagarre, le reste du Guet arrive à la rescousse…) :

« S’bat là-dedans ! bafouilla-t-il en agrippant le bras du capitaine.
– Tout seul ? demanda Vimaire.
– Non, avec tout le monde ! s’écria le caporal en sautant encore d’un pied sur l’autre.
– Oh. »
Sa conscience disait : vous êtes trois. Il porte le même uniforme que vous. C’est un de tes hommes. Souvient-toi de ce pauvre vieux Trousse.
Une autre zone de son cerveau intervint, zone méprisable, détestée, mais qui lui avait permis de survivre chez les gardes ces dix dernières années : c’est impoli de se mêler des affaires d’autrui. On va attendre qu’il ait fini et on lui demandera s’il a besoin d’aide. D’ailleurs, le Guet a pour principe de ne pas intervenir dans les bagarres. C’est beaucoup plus simple d’entrer après coup et d’arrêter tous ceux qu’on ramasse par terre.
Il y eut un fracas lorsqu’une fenêtre voisine explosa et vomit un combattant étourdi de l’autre côté de la rue.
« Je crois, dit avec précaution le capitaine, qu’on ferait bien de se décider vite.
– C’est vrai, fit le sergent Côlon, on risque de s’faire blesser si on reste là. »

Voilà, je crois que ça vous donne une idée claire de la situation maintenant. Vous avez d’un côté la garde du Guet très réputée pour sa capacité à disparaître, à se saouler et son inutilité, avec un nouveau membre qui fait preuve de beaucoup trop de zèle, et d’un autre côté une société secrète d’encagoulés qui veut renverser le Patricien pour y mettre un roi malléable. Le dénominateur commun ? Un dragon ! Notre très zélée société secrète a décidé de se servir d’un dragon pour semer la pagaille et faire en sorte que « son roi » soit accepté. Sauf que les dragons ont disparus de cette dimension, à part les dragons de compagnie, version miniature des dragons qui tiennent sur une épaule et qui ont des problèmes de digestion constant provoquant même de temps à autre l’explosion de l’un d’entre eux.

Si vous voulez en savoir plus, il vous faudra lire le livre. C’est un des meilleurs tomes des Annales du Disque-Monde à mon avis et il est devenu mon préféré (oui, il est passé devant Le Faucheur qui est passé en deuxième position suivi de près par Pyramides…). Il contient des tonnes de passages particulièrement drôles, des situations incongrues et une fin inattendue avec une très brêve histoire d’amûûûûûr tout aussi inattendue et dont personne ne se serait douté. Un livre que je conseille grandement à tout amateur de fantasy et à tout amateur d’humour.


Initialement publié le 01.09.06 à 15:40.