Ken Follett – écrivain gallois spécialisé dans les romans historiques et d’espionnages – publiait en 1989 Les Piliers de la Terre, un roman fleuve sur l’Angleterre du XIIe siècle et qui relate l’histoire de la construction d’une cathédrale, celle du prieuré de Kingsbridge, le tout sur fond de guerre civile entre deux prétendants à la couronne. En 2007 paraît Un Monde sans Fin qui fait suite aux événement des Piliers de la Terre, deux ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Les Eaux Douces de Huynh Quõc Tê
Livres / BD
Les Eaux Douces de Huynh Quõc Tê

Appréciation de MaXoE
3 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Un peu avant la fin de la guerre du Vietnam (tous les livres d’histoire nous expliquent bien que la fin c’est quand les américains sont partis, après, le Vietnam disparaît de nos livres d’histoire), on découvre l’histoire de Du, de son pays, des deux femmes qui se partagent son cœur, mais aussi de sa famille. On suivra par la suite l’histoire de Louis, ancien de la Légion qui se reconstruit une vie en France. Et on découvrira le destin croisé de ces deux hommes. Ce n’est ni une histoire de guerre, ni une histoire d’amour. Ce sont des histoires. Une histoire. A découvrir.

Parfois, le résumé au dos du livre ne représente pas du tout le contenu. Cela peut-être une bonne chose comme une mauvaise. Dans le cas présent, c’est en partie vrai et en partie faux. J’avoue que quand j’ai lu qu’il s’agissait d’une histoire d’amour sur fond de guerre, j’ai eu un peu peur. Les longues descriptions typiques des romans d’amour et les tout aussi longs épanchements de sentiments (ou de tortures sentimentales) ont tendance à mettre ma patience à rude épreuve. Quant aux livres de guerres et autres tactiques militaires, j’avoue qu’ils ont une fâcheuse tendance à provoquer des crises de bâillement. Mais j’ai bien fait de ne pas m’arrêter à ces à priori, parce que lire les livres que je vous présente aujourd’hui ne m’ont posé aucun problème. Mieux que ça, je les ai aimé. ^_^

Alors parlons un peu de l’histoire. Le fameux résumé « trompeur » au dos du 1er livre parle d’histoire d’amour, de guerre du Vietnam et de deux membres d’une même famille : Du et Dieu. Mais ce n’est ni une histoire d’amour, ni une histoire de guerre. Juste des histoires faisant une seule histoire. Le premier tome parle principalement de Du. Dieu n’apparaît que très peu. Du est un personnage intéressant. Fidèle et loyal, il s’investit énormément pour aider Dieu, mais il a plus de mal auprès des deux femmes qui se partagent son cœur. Qui a dit comme la plupart des hommes ? 😉

Dans le premier tome, Dieu est un fugitif, il est contre cette guerre qu’il n’a pas choisit. Du, lui, ne désapprouve pas cette guerre, mais a réussi à faire en sorte de ne pas finir soldat tout en devant servir son gouvernement : il chasse les fugitifs justement. Les américains sont sur le point de quitter le pays. On suit la vie de Du, mais celui-ci ayant réussi à se maintenir à l’écart de la guerre, on ne se retrouve pas au milieu d’un récit militaire. C’est ça l’exploit de l’auteur : il nous fait mettre un pied dans la guerre sans nous y transporter complètement, il nous parle de la vie sentimentale de Du sans que ce soit rébarbatif ou dégoulinant de sentiments. Par contre, j’ai trouvé très intéressant ce procédé consistant à faire en sorte qu’aucun général ne se retrouve en position de héros pour éviter qu’il y ait un déséquilibre dans les pouvoirs. Quoiqu’il en soit, même avec les appuis dont dispose Du, il n’est pas possible de rester éternellement à l’écart dans un pays en guerre. Et à la fin du tome 1, Du se retrouve dans une position délicate et un choix qui va en entrainer un autre.

J’ai donc attaqué le volume 2 (en fait, le tome 2 et le tome 3 sont réunis dans un seul livre), impatiente de voir ce qui allait se passer, mais manque de pot, j’ai eu une petite surprise. On attaque avec un nouveau personnage. C’était annoncé pourtant dans le résumé au dos du livre, mais je ne l’avais pas lu. :b Donc la surprise a été totale pour moi. Le lien avec le premier tome met un peu de temps à venir, mais à la fin, tout sera clair et limpide et c’est là que j’ai compris que finalement, le résumé au dos du 1er tome (et sa fin notamment) n’est pas si faux que ça. :b On suit donc les aventures d’un nouveau personnage tout en se demandant quel est le lien, si l’auteur va vraiment revenir sur la 1ère partie de l’histoire ou pas. J’avoue que j’ai douté. Et puis j’ai oublié et j’ai suivi Louis, et puis est apparu un personnage déjà vu. Et là je me suis dit, c’est ça, c’est ça ! Mais je ne savais toujours pas où ça allait me mener. ^_^ Et c’est ça tout le charme de ce livre. L’auteur s’amuse avec nous, l’air de rien. Et je ne peux m’empêcher de l’imaginer le sourire aux lèvres en train d’écrire son livre alors que je me doute qu’il ne devait pas particulièrement penser à ses lecteurs mais plus à ses personnages.

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire parce que je n’ai pas l’intention de tout vous raconter non plus (même si parfois j’ai du mal à me taire). L’auteur met en place son intrigue, tranquillement. Aucun passage difficile à lire, tout est fluide, le style aussi bien que l’histoire. On ne s’ennuit pas mais on n’est pas submergé par les sentiments non plus. L’histoire se met en place, toute simple dans le tome 1 et le tome 2 commence par vous déstabiliser en n’apportant pas ce que vous espériez, mais en mettant en place une autre histoire, tout aussi tranquillement.

J’aime beaucoup le style de l’auteur, simple, clair, limpide. Il va à l’essentiel sans être d’une directe brutalité. Cela me fait un peu penser à certains conteurs de mon enfance, sauf que eux ne pouvaient s’empêcher de donner leur avis toutes les 5 phrases. :b

Et je vais finir en m’excusant auprès de l’auteur. Non pas parce que j’ai pris du retard, quoique, si, je m’excuse aussi pour ça, mais surtout parce que je n’ai pas réussi à mettre les accents sur son nom dans le titre de cet article. J’ai eu beau faire, les accents ne se mettaient pas sur les lettres mais à côté. -_- Cela m’apprendra à utiliser un clavier-gadget. :b


Initialement publié le 10.06.10 à 18:25.

Appréciation de MaXoE
3 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Le titre Les Eaux Douces est un titre parfaitement choisi et très représentatif : c’est non seulement un lieu important de l’histoire, mais c’est aussi un aspect de l’histoire dont le flux suit doucement les eaux, suivant ses propres courbes qui ne sont pas forcément celles auxquelles on pouvait s’attendre. L’auteur réussit à nous maintenir à la limite de plusieurs styles littéraires, ni trop loin, ni trop près. L’histoire est tellement fluide qu’on a l’impression que c’est simple, effet particulièrement trompeur. Une bonne surprise pour moi et 2 livres que je vous conseille, à lire à l’ombre lors d’une journée chaude (bon, 2 journées si vous êtes un peu lent).
ON A AIMÉ !
- La facilité de lecture
- La petite touche de nostalgie qui nous laisse quand même le sourire aux lèvres à la fin
- Pas d’épanchement de sentiments exagéré
- L’histoire bien construite et « trompeuse » dans le sens où elle ne nous conduit pas là où on l’attendait
ON A MOINS AIMÉ...
- J’veux un ao dai ! :b
- Les couvertures auraient pu mettre les livres plus en valeur (une jeune femme en ao dai par exemple ;)), même si elles sont représentatives du titre
- En fait, je n’ai rien à dire de négatif, le reste, c’est du prétexte pour ne pas laisser l’espace blanc ;)
Les eaux douces
Support(s) : Livres / BD