Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Downloads > Cinéma / DVD > Young Couples, écrit et réalisé par Marc di Domenico : un extrait à découvrir
Cinéma / DVD
Young Couples, écrit et réalisé par Marc di Domenico : un extrait à découvrir

Young CouplesYoung Couples est un film en 35mm noir et blanc de Marc Di Domenico qui raconte l’histoire de Dan, Lou, Martin et Doria, deux jeunes couples en rupture qui tentent de se reconstruire après cette étape douloureuse.

C’est aussi un film ou l’on croise Philippe Sarde, Charles Aznavour,  I Monster, Martin Rahin, Michel Platini, Albert Simon mais aussi, une DS 21 Palass, de la neige et de la vodka.

Un film avec du texte, un film avec un texan, un film avec des sentiments. Un film qui parle d’amour avec humour et de passion avec grâce. Un film avec Tango et un piano. Un film avec de la fumée, des perruques et des baisers.

L’histoire : Dan et Lou. Martin et Doria. Quatre jeunes. Deux couples qui apprennent à s’aimer, à se retrouver ou à se séparer. La passion, la crise affective, le refus d’une déclaration de non amour et la redécouverte de l’autre.

En mêlant moments de grâce, pointe d’humour et de cynisme,  nous suivrons les tribulations de ces quatre personnages dans la quête de renouveau, d’une renaissance. La destinée de ces deux couples, bien qu’essentiellement différente, pourrait être l’histoire d’un seul et même couple, pris dans la tourmente de la passion qui s’éteint.

Incarnés par des personnalités charismatiques, des personnalités vraies, ces destins amoureux, romantiques, passionnés, se promènent dans un Paris oppressant.

Le film a été tourné en 35mm noir et blanc. Avec toujours cette même volonté de créer une intensité forte à l’écran. Des cadres très serrés, très construits, d’inspiration picturale. Le but étant de segmenter, d’esseuler les personnages, toujours exclus de l’autre, séparés même à l’écran. Le propos étant de témoigner de cet enfermement constant. Le manque d’air, l’incompréhension, le malentendu, la solitude.