MaXoE > RAMA > News > Cinéma / DVD > Charlot à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé pendant les vacances de février
Cinéma / DVD
Charlot à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé pendant les vacances de février

C’est officiel, pendant les vacances de Février, Charlie Chaplin fêtera ses 130 ans à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Pour l’occasion, Charlot, le personnage qu’il a créé, posera ses valises, sa canne et son chapeau melon dans la salle Charles Pathé pour enchanter petits et grands, et surtout, pour les faires rire. Car le cycle Chapin’s Comedies réunira sans doute les comédies les plus drôles réalisées par Charlie Chaplin. Des petits bijoux du septième art à découvrir en ciné-concert.

La programmation du cycle

Commençant sa carrière un peu par hasard dans le monde du cinéma, Charlie Chaplin est aujourd’hui une star incontournable du cinéma mondial. A peine a-t-il posé le pied aux Etats-Unis que ce jeune anglais séduit les spectateurs américains avec son spectacle de music-hall. Témoin du potentiel du comédien, Mack Sennet l’engage sans tarder à la Keystone Company. Les gags fusent et les chutes se multiplient à en faire rire petits et grands. Un beau jour, Chaplin entre en scène en arborant une moustache bien fournie, un pantalon trop large et des chaussures trop grandes. On assiste alors aux premiers pas d’une figure éternelle : Charlot.

Souhaitant une plus grande liberté sur ses films, Chaplin intègre alors la société Essanay. Là-bas, il y rencontre Edna Purviance sa partenaire à l’écran. La relation entre les deux comédiens inspirera et magnifiera la sensibilité du vagabond. A cette période, il acquiert une renommée et une sympathie internationale qu’il ne perdra jamais.

En 1916, réclamant un contrôle total sur ses réalisations, Charlie Chaplin rejoint la Mutual Company. Il devient l’acteur le mieux payé au monde avec des conditions idéales : on lui donne un studio avec une équipe dédiée exclusivement à ses films. Dans ce cadre, il signe douze nouvelles comédies qui sont un véritable feu d’artifice d’humour, d’invention et de drôlerie, peut-être ce que Chaplin a fait de mieux durant toute sa carrière. Films après film, le personnage de Charlot devient plus complexe, et des films comme Charlot Usurier (1916), Charlot Policeman (1917) ou L’Émigrant (1917), sont des joyaux de virtuosité et de sophistication.

La force de Chaplin a été de donner du sens aux drôleries de Charlot. Le rire efface la mélancolie et combat la tristesse. « Soit nous rions, soit nous devenons fous » disait Chaplin.

En présentant les « Chaplin’s Comedies » du 23 février au 12 mars 2019, la Fondation Jérome Seydoux-Pathé offre ainsi à ses spectateurs une cure de rire intemporel, le rire d’un créateur d’une éternelle actualité qui aurait eu 130 ans cette année.

Au programme : Mabel au volant (1914), Charlot et Fatty sur le ring (1914), Charlot débute (1915), Les avatars de Charlot (1916), Charlot machiniste (1916), Charlot musicien (1916), Charlot pompier (1916), Charlot s’évade (1917), etc.


Illustration / Photo : One A.M. (Charlot rentre tard) © Archives de Roy Export Company Lt