MaXoE > RAMA > News > Cinéma / DVD > L’Académie des Arts et Techniques du Cinéma rend hommage à Marie Laforêt
Cinéma / DVD
L’Académie des Arts et Techniques du Cinéma rend hommage à Marie Laforêt

La comédienne et chanteuse franco-suisse Marie Laforêt est décédée samedi dernier et de nombreux hommages se sont succédés pendant tout le week-end.

Qu’il s’agisse de son rôle dans Plein Soleil face à Alain Delon ou bien encore de son interprétation du tube ‘Il a neigé sur Yesterday‘, Marie Laforêt a marqué toute une époque tant par sa carrière multifacette que par sa beauté transcendante. On l’a surnommait à ce titre ‘la fille aux yeux d’or’.

Alain Terzian, président de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, a publié une lettre hommage à Marie Laforêt que nous vous proposons de découvrir ci-dessous :

« La fille aux yeux d’or » s’en est allée ce samedi 2 novembre 2019. 

Ce fut dans le chef d’œuvre de René Clément, « Plein Soleil », aux côtés d’Alain Delon en 1960, que nous découvrîmes pour la première fois sur les écrans de cinéma celle qui allait devenir une très grande actrice de cinéma, Marie Laforêt. Dès l’année suivante, son magnétisme et son talent contribuèrent à faire décrocher le Lion d’Argent à la Mostra de Venise au film de Jean-Gabriel Albicocco, « La fille aux yeux d’or ». Un film qui lui donnera son surnom pour le restant de sa carrière…
Marie Laforêt a joué dans plus de 30 films, avec les plus grands acteurs et les plus grands réalisateurs : elle a notamment accompagné Jean-Paul Belmondo dans de nombreux succès, comme « Flic ou voyou » et « Joyeuses Pâques » de Georges Lautner, « Les morfalous » d’Henri Verneuil ou encore « La chasse à l’homme » d’Edouard Molinaro ; elle a également tourné pour Michel Deville dans « À cause, à cause d’une femme » ; pour Denys Granier-Deferre dans « Que les gros salaires lèvent le doigt ! » aux côtés de Jean Poiret, Michel Piccoli et Daniel Auteuil ; pour Jean-Pierre Mocky dans « Le Pactole » aux côtés de Richard Bohringer et Bernadette Lafont ; pour Fernando Solanas dans « Tangos, l’exil de Gardel », Prix spécial du Jury à la Mostra de Venise en 1985 ; ou encore pour Gérard Mordillat dans « Fucking Fernand », rôle pour lequel elle sera nommée pour le César de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle en 1988.

Marie Laforêt était une artiste magique aux multiples talents. Parallèlement à sa carrière d’actrice, elle se lança dans la chanson et, avec plus de 35 millions d’albums vendus et d’innombrables tubes, comme « Les vendanges de l’amour », « Il a neigé sur Yesterday », « Viens, viens », …, elle marquera à jamais toute une génération qui fredonnera longtemps ses titres…
Au théâtre, elle reçut également les ovations du public, notamment pour son interprétation saisissante de Maria Callas, pour laquelle elle fut nommée aux Molières à deux reprises, en 2000 et 2009.

Ses yeux d’or, sa personnalité unique et son immense talent resteront pour toujours au Panthéon de la culture française et dans nos mémoires. Marie Laforêt, une actrice sublime, une carrière d’exception, un nom mythique tout simplement.
L’Académie adresse ses plus chaleureuses pensées à sa famille, aux siens, et embrasse très fort sa fille Lisa Azuelos. « La neige tombe avec autant de larmes » a réagi le Ministre de la Culture. Nous la garderons longtemps dans nos cœurs…

Alain Terzian
Président de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma