MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > MaXoE Festival 2017 : La Sélection Musique – Partie 2

MaXoE Festival 2017 : La Sélection Musique – Partie 2
Le plaisir des oreilles

Le festival est lancé. Voici la sélection musique et il y en a pour tous les goûts. Cette fois c’est la 2ème et dernière partie de cette sélection. 

Alors oui la musique ne devrait pas être rangée dans des tiroirs mais il a bien fallu créer quelques petites catégories. 

 

Chanson/Folk

 

 

Nos Vedettes – Jules et le Vilain Orchestra

Extrait de notre chronique : « Les artistes nous livrent une musique simple mais empreinte d’une âme véritable. Ici point d’artifices, point de recettes toutes faites, les voix, les instruments et l’introspection. Goodbye donne des frissons. La mélodie est tout simplement hallucinante de profondeur, de persuasion. Une voix, un piano, des cordes effacées et le tour est joué. C’est assez incroyable. Les quatre titres sont tous au même niveau. Un seul défaut à cet EP, c’est le fait que ce ne soit pas un LP ! « 

 

Triomphe – La Féline

Extrait de notre chronique : « Envoûtant. Etrange. Surprenant. Autant de qualificatifs qui peuvent témoigner de l’expérience musicale liée à cette galette. La première piste, Senga, est assez représentative. Des textes ciselés, une ligne à la limite de l’électro qui nous transporte et une mélodie accrocheuse. Toute une ambiance que l’on retrouve au fil des titres de cet album. « 

 

 

Traveling Soul – Gunwood

Extrait de notre chronique : « Un groupe parisien qui fait de la folk, à la limite du blues. Voilà ce qu’on vous propose. Le trio joue la simplicité. Des guitares épurées, une batterie en place, une basse qui fait le job et puis … mille petites choses. Tout parait évident avec eux, des compositions habiles, une énergie palpable à chaque instant. Et voilà le travail. On passe un moment terriblement agréable entre leurs notes. L’album nous propose un voyage varié, inspiré. « 

 

 

l’Hôtel de son Coeur – Thilda

Extrait de notre chronique : « Une pop langoureuse. Voilà ce qui nous est proposé ici. Langoureuse et affûtée. Notre morceau étalon c’est Je T’écris d’Ici. L’artiste y mélange ici des sonorités un rien électro avec un piano entêtant dans une démarche résolument moderne. Même ambiance sur En Silence. C’est marrant, car ce modernisme s’appuie sur des sonorités un peu oldies. Les nappes de clavier nous font même penser à des bandes-originales cultes des années 80. L’ambiance est aussi terrible sur Sur Ta Peau & Stars. Des instruments qui tapent profond dans les basses et une voix quasi parfaite. « 

 

Tako Tsubo – Paris Combo

Extrait de notre chronique : « La musique des bars Jazz, ces bars aux ambiances calfeutrées que l’on trouve au détour d’une ruelle improbable de la capitale. La voix est femme et les instruments sont à son service. Les compositions sont inspirées, entre chanson et jazz, entre pop et soul. On se laisse assez facilement embarquer au fil de ces notes. Et puis on nous raconte des histoires simples mais bien foutues. Cette galette est bourrée de fraîcheur, idéale pour la période. « 

 

 

Electro/Funk/Hip Hop

 

 

 

Birth – Wyve

Extrait de notre chronique : « Cette musique est aérienne certes mais elle n’est jamais transparente. Les instruments sont justes, bien placés, à propos. Et puis la voix, profonde, sensuelle, contre-balance ces envolées et le tout donne un mélange absolument convaincant. Ainsi les pistes échappent à un destin trop éthéré. Chaque piste a de la consistance, surtout que les mélodies sont diablement efficaces.« 

 

 

Osiris – Big Junior

Extrait de notre chronique : « Un EP qui scotche. J’adore faire ce que je fais pour ces moments là. Vous enfournez, machinalement, une galette dans votre lecteur, en pensant faire autre chose tout en écoutant et vous voilà recevant un direct du droit vous obligeant à rester pantois devant les enceintes. Et vous montez le volume, car tant qu’à prendre une claque autant qu’elle résonne. Le genre ? De la pop teintée d’électro. Non mais écoutez moi Shoot The Breeze ! Un condensé d’énergie.« 

 

 

Paris Show Some Love – John Milk

Extrait de notre chronique : « Ici on parle d’une soul moderne, élaborée qui penche à la fois du côté du Hip Hop et de celui de la funk. L’écoute est très agréable. Elle l’est d’autant plus quand l’artiste va chercher des tempos appuyés comme sur Paris Show Some Love. La voix se fait Hip Hop pour mieux contrebalancer la basse bondissante. Et puis, surtout, le jazz s’invite à la danse. On adore. Quand il se fait plus lent, avec sa voix haut perchée, comme sur Got To Be True, on est moins conquis mais on ne peut nierune véritable patte, une place à part dans le paysage musical français. « 

 

Shikantaza – Chinese Man

Extrait de notre chronique : « Un mélange habile de samples, de mélodies habiles et de rythmes profonds. Côté voix, on s’oriente plus vers le rap cette fois même si sur certains morceaux comme Stone Cold par exemple, le chant se fait plus soul et c’est plutôt bien. Parmi les pistes, quelques unes nous ont plus marqué. Je pense notamment à Warriors. Puissant, éprouvant, le morceau nous met sur les rotules et on adore ça. Un album réussi, bourré d’inspiration et qui va vous bousculer, comme d’habitude. « 

 


Wild Times – Pacific Shore

Extrait de notre chronique : « Une électro qui fait la part belles aux mélodies et aux voix. Des voix haut perchées qui créent une patte indéniable. Autre caractéristique du groupe : cette basse ronde, omniprésente. Elle donne le tempo mais le ton aussi. Chaque piste nous donne envie de danser. Mais attention, ici il ne s’agit pas d’électro épileptique, non non, on a envie de danser car ça groove à fond ! Above The Cliff en est le parfait exemple. La ligne rythmique se marie merveilleusement bien avec les nappes planantes et les voix soul qui accompagnent le tout.« 

 

 

Meian – Erzatz

Extrait de notre chronique : « Le groupe nous livre ici un travail minimaliste, propre à susciter la méditation. La guitare folk change un peu la donne, comme pour adoucir certains passages bien hermétiques aux oreilles peu habituées au genre. Sur la piste appelée 10 mois, les percussions sont inquiétantes et les voix sont lancinantes. Probablement un des morceaux qui représente le mieux l’ambiance de la galette. Les artistes cherchent clairement à nous plonger dans un autre univers fait de sons qui s’entre-choquent et de voix qui dérangent parfois.« 

 

 

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...