MaXoE > ZOOM > Dossiers > Sports > Le Festival des Arts Martiaux de Paris-Bercy 2011

Le Festival des Arts Martiaux de Paris-Bercy 2011

Cette année, le Festival des Arts Martiaux était un peu différent. Je ne fais pas allusion au fait qu’il se soit pratiquement transformé en pub géante pour le deuxième film de Kung-Fu Panda. Quoique… :b Non en fait, je faisais allusion à certaines prestations qui n’étaient pas de qualité.

Comme d’habitude, nous en avons profité pour faire une petite virée dans les coulisses. Et cette année, c’était plutôt calme. Pas trop d’ambiance si ce n’est un petit jeu qui a regroupé les membres de plusieurs équipes. C’est toujours intéressant de voir comment un jeu sportif peut outrepasser la barrière des langues. ^_^ Bon, on n’a pas trouvé certaines stars comme Hoang Nghi. Dommage, pour une fois, c’est moi aurait posé à côté de lui. :b Mais on a pu avoir un des champions du Kyokushinkai : Navarro. GGbob n’a pas osé poser à côté de lui. C’est qu’il est assez impressionnant quand même. :b

Bon, passons à nos petites déceptions. Comme ça je finirai sur ce qu’on a aimé, c’est plus simple. :b

Le Systema m’a déçu. Les vidéos qu’on trouve sur le net sont plus représentatives et plus intéressantes que ce que Martin Wheeler nous a montré. On n’a rien vu du travail des articulations et de souplesse. Ce qu’il nous a montré ressemblait étrangement à du Krav Maga. C’est le principal reproche que je ferai sur cette édition du festival. Krav Maga, Systema, le Pencak Silat par l’Académie de Franck Ropers… Cela se ressemble de plus en plus. Certains même viennent mais n’ont pas l’air très intéressés par ce qu’ils ont fait. Heureusement que les collègues de Mr Richard Douieb ont apporté un peu d’humour et de présence…

Le sabre coréen était représenté cette année par le Haedong Kumdo, à ne pas confondre avec le Haidong Gumdo. Où est la différence ? L’origine est la même, mais pas la qualité. L’année dernière ainsi que lors de ses précédentes prestations, le Haidong Gumdo nous a montré toute la souplesse et la fluidité de son art. De la vitesse, des combats superbement chorégraphiés et très bien exécutés, des mouvements en rondeur. Et bien le Haedong Kumdo n’a pas su montrer une seule de ces qualités. C’était plutôt lent et linéaire. Les combats étaient… Comment dire… On aurait dit que c’était des débutants qui les ont exécutés. Surtout le combat à 3. J’ai été très déçue. J’espère que c’est juste une « erreur » qui n’est pas représentative de leur art, sinon j’espère que les gens ne feront pas l’amalgame entre les deux…

 

Passons maintenant à ceux qui ont marqué notre esprit. En bien. 😉

Le body karaté est un sport en plein essor. Notamment sur Lyon où la ligue karaté et arts martiaux associés se consacre uniquement au karaté et body karaté sans s’occuper des arts martiaux associés, si ce n’est pour compter le nombre de licences… Mais c’est une autre histoire, revenons au body karaté. L’équipe (importante) de Catherine Belrhiti a mis l’ambiance. C’était sympa. Et ce qui était sympa aussi, c’est qu’ils ont pris soin de ne pas prendre que des personnes au physique parfait. J’ai bien aimé.

La Cascade Demo Team a fait le show comme chaque année. Le premier épisode était un hommage à Karate Kid. Sympa, mais sans comparaison avec le deuxième épisode qui reprenait la meilleure scène de combat de Matrix. Superbement chorégraphiée et superbement exécutée. C’était génial !

 

L’école des 2 sabres de Maître Iwawi nous a montré ce que c’était que du traditionnel. C’était surprenant. Chaque mouvement était codifié. C’était presque hypnotisant en fait. Cela change de ce qu’on a l’habitude de voir. Mais malgré ça, leur prestation a été appréciée. Et puis ce n’était pas forcément facile pour eux de se déplacer et de quitter leur pays. C’est tout à leur honneur.

En parlant de traditionnel, le Taekwondo mené par Me Michel Carron a fait une remise à niveau. Ou une mise au point, je ne sais pas laquelle des deux expressions convient le mieux. Fini les extravagances, à qui fera la casse la plus impressionnante, à qui sautera le plus haut ou escaladera le plus de personnes pour casser. Non, le Taekwondo ce n’est pas que de la casse. Il y a aussi des Poomsae (ne m’en veuillez pas si l’orthographe n’est pas bonne, j’en ai trouvé plusieurs sur le net), l’équivalent des katas au karaté. Et toc. Pas besoin d’aller chercher des équipes étrangères, en France on a des experts aussi. Bon par contre, j’ai fait l’idiote, j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer Me Michel Carron, je l’ai salué dans les coulisses, mais j’ai été incapable de lui demander de faire une photo. Et GGbob n’y a pas pensé (trop surpris pour une fois, que je connaisse un expert :b). Idiote, idiote, idiote… -_-

Je ne connaissais pas le Bokator, venu du Cambodge, représenté par Maître San Kim Sean et le Kajyn Club. Et j’ai bien aimé. J’ai trouvé que ça ressemblait sur certains points au Muay Thaï, mais un peu plus large peut-être. Un peu plus animal même.

Sinon, nous avons eu droit à deux compétitions, 3 même si on sépare la finale masculine de la féminine du Kyokushinkai dont je vous parlerai ensuite. Là, je vais commencer par le Challenge Bruce Lee qui était un tournoi de Nunchaku. Quatre compétiteurs étaient en ligne : Alan Delabie (Belgique), Ricardo Mols (Hollande), Marc Chaland (France) et Gemma Nguyen (USA). Et oui, il y avait une (charmante) américaine dans le lot. Et même qu’elle les a tous mouché (si je puis me permettre l’expression). Alors, le nunchaku artistique me laisse toujours perplexe.

Faire en sorte qu’une arme ne ressemble plus à une arme pour se contenter de « jongler » avec… J’avoue, c’est technique mais ça n’a plus rien de martial. Sauf que là, on a eu droit à une prestation exceptionnelle. Les européens ne s’en sont pas trop mal sortis, même s’ils n’ont fait que du jonglage. Leur attitude n’avait pas grand chose de martial, il n’avait pas une arme entre les mains. Mais la petite américaine, Gemma Nguyen, a mérité ses quatre 5/5 ! Une attitude de combattante. De la volonté et de la détermination dans la posture. Des positions de base. Et même des mouvements de combat avec le nunchaku. C’est ça que j’aime voir.

Passons maintenant au Tournoi Internationale de Kyokushinkai, le Bercy Pre-World Championship. Le but de ce tournoi était de se qualifier pour le Mondial 2011 qui aura lieu à Tokyo en Novembre. D’habitude, j’accroche moyennement au tournoi de Kyokushinkai, alors que GGbob, lui adore et est toujours très concentré pendant les combats (malgré les commentaires qu’il lâche régulièrement pendant les combats). Mais là, les combattants ont assuré le spectacle ! On a eu droit à de jolis coups de pieds sautés, retournés sautés, des balayages… Franchement, je me suis plus éclatée à regarder ce tournoi que les finales de l’Open Inter-style Karate qui avait lieu le même jour. C’était technique. C’était beau. Et il y avait de la tension.

Pour rajouter un petit paragraphe sur le Japon, une minute de silence a été faite en hommage aux victimes du tsunami. Et pour une fois, aucun petit c*n n’est venu rompre ce silence. Le public s’est même levé, sans qu’on le lui demande. Le respect n’est pas forcément une notion qui se perd en France. L’émotion était au rendez-vous.

Les stars du festival cette année était le Thaing Bando, représenté par la Myanmar Thaing Federation. C’est la première fois qu’ils passent en Europe. Le Karate Bushido nous a tellement parlé de ces « Sorciers » qu’ils étaient attendus avec impatience. Et le spectacle, ils l’ont assuré. Ils ont même eu droit à deux passages pendant lesquels ils ont tordu une vingtaine de lames. Mais ils n’ont pas fait que ça (heureusement, car même si c’est spectaculaire, c’est quand même un peu lassant à voir). Ils nous ont fait une belle démonstration, poussée et complète. Et je tiens à préciser que les étincelles que vous verrez pendant leurs combats aux sabres sont la preuve qu’ils y allaient franco.

Comme je le disais plus haut, Hoang Nghi était présent. Il a non seulement été un des juges du challenge Bruce Lee, mais il nous a fait une petite démonstration avec son équipe. Une démonstration avec un passage plein d’humour. J’ai adoré le petite bout de chou qui saute sur la jambe du grand type et le mord. 🙂

C’est quand on pense tout avoir vu qu’on a de belles surprises. Le Kung Fu, on en parle, on en reparle et on a tendance à toujours voir les mêmes choses. Le Kung-Fu Wudang par Me Yuan Limin, je ne connaissais pas. J’ai adoré les costumes mais surtout leur prestation. Une fluidité extraordinaire. Un maniement de l’épée exceptionnel, différente de ce qu’on a l’habitude de voir pour le Kung Fu. Même GGbob est resté sans voix (enfin, presque :b).

Bon, nous n’avons pas parlé de toutes les représentations. L’Aïkido était comme à son habitude exceptionnel. Zhang Xiao Yan nous a fait une très belle prestation de Kung-Fu Wushu. Mais il me serait difficile de tout vous détailler sans être répétitive. Donc je vous ai parlé de ce qui nous a le plus marqué. Cela reste notre avis personnel et purement arbitraire.

Un dernier petit regret quand même. Les années précédentes, à la fin, les participants se regroupaient sur le tatami pour saluer le public sur une musique qui met l’ambiance. C’est un moment important je trouve, qui nous permet aussi à nous, public, de remercier ces participants pour le show qu’ils nous ont fait, pour les remercier d’être restés pour nous saluer à la fin alors que certains partent une fois leur prestation exécutée.

Mais cette année, le public n’a pas pris la peine de rester pour les saluer. Avant même la fin de Bercy, les gradins avaient commencé à se vider. Quand ils sont venus pour leur final, ils étaient pratiquement plus nombreux que le public dans les gradins. Je trouve ça très dommage.


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...