Quai des Bulles sur MaXoE !
Focus Grèce Antique
Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > KISSA > Dossiers > Anime > Matsumoto, les séries partie 2 : Captain Herlock The Endless Odyssey, Gun Frontier
Anime / Japon /
Matsumoto, les séries partie 2 : Captain Herlock The Endless Odyssey, Gun Frontier
La fin du focus

On profite du festival pour parler un peu de notre passion, celle de partager avec vous tous les univers possibles. Nous nous focalisons souvent sur un sujet donné que nous déclinons sur tous les supports culturels. C’est aussi ça MaXoE. Ainsi, nous avons proposé, il y a peu un focus sur Leiji Matsumoto. On profite du festival pour vous en faire goûter une partie. 

Si vous voulez découvrir le focus, c’est ici

 

Captain Herlock, The Endless Odyssey

4

Les choses ont bien changé. On se retrouve après la série Albator 78. Albator a disparu depuis longtemps et les pirates se font rare dans l’espace. Le dernier membre de l’Arcadia qui roulait en solo vient d’être capturé. Une page semble donc être tournée. Le professeur Daïba dont on ne sait pas grand chose demande à Albator de revenir, en accomplissement de sa promesse, pour défendre l’Humanité contre une nouvelle menace. Une force noire qui provient du fin fond de l’espace. Quatre représentants de cette force assassinent notre scientifique. Ils se font appeler Noo et ils prennent l’apparence de morts vivants. Tadashi, le fils de Daïba, manque d’y passer aussi, sauvé de justesse par Albator (Captain Herlock) qui revient donc aux affaires. 

Inspirée par Leji Matsumoto mais il ne l’a pas réalisé, cette série est vraiment sympa. Bon, on ne peut pas dire qu’elle ne nous rappelle pas Albator 78. Oui, encore une fois on s’assied sur la continuité. Leiji voit les choses autrement. Pour lui, les personnages sont plus des outils pour raconter une histoire, ils peuvent donc mourir et revivre dans d’autres séries. En tout cas, on a aimé les dessins, plus modernes mais respectueux de la patte Leiji. Les adversaires d’Albator, ces espèces de fantômes ne manquent pas d’intérêt non plus. Bref, j’ai aimé. 

La musique est vraiment réussie, entre classique et blues. On aime ces anime qui ne négligent pas cette partie du boulot. 

13 épisodes de 25 mins – 2005 – 4/3 – Rintaro – Scénario de Leiji Matsumoto et de Sadayuki Murai.

 

 

Gun Frontier

3

Voilà un ovni façon Matsumoto. La série est OAV adapté du Manga publié entre 1972 et 1975. Encore une fois, on peur s’essayer au jeu de la continuité narrative mais c’est compliqué. La planète sur laquelle se déroule les événements a déjà été vue dans d’autres séries du maître (et même dans le dernier film d’animation). Du coup on ne sait pas bien si on a affaire aux prémices du monde d’Albator ou s’il s’agit simplement d’une projection de ces personnages dans une forme de Far West. Car oui, ici il est question de saloon, de pistolets et autres rues poussiéreuses. Mais après tout on s’en fiche. Ce que l’on voit c’est un Albator un peu sur la réserve qui rencontre un Toshiro plein de vie et de caractère. Il est à la recherche de sa soeur. Les 13 épisodes racontent cette quête. 

L’amitié naît clairement ici. Les deux hommes se comprennent (et se prennent la tête) sans même se parler. La construction de l’histoire se fait comme d’habitude, on a une sorte de road trip avec un épisode final contre les grands méchants. Encore une fois, les thèmes soulevés sont ceux de l’amitié, de la tolérance, de la famille. Bref, c’est convaincant mais les fans d’Albator pourraient bien trouver qu’on sort un peu des routes habituellement fréquentées. Ce Far West peut les déranger, moi il m’a dépaysé. 

13 épisodes de 25 mins – 2002 – 4/3 – Soïchiro Zen – Scénario de Leiji Matsumoto