Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
MaXoE > KISSA > Dossiers > Asie > La coupe de France de Vo Tu Do
Asie / MaXoE Land / Sports
La coupe de France de Vo Tu Do

Le week-end du 15 janvier a eu lieu la 1ère compétition de Vo Tu Do à Paris. Cette compétition avait 2 particularités : elle regroupait tous les styles des arts martiaux traditionnels vietnamiens, Vovinam compris et les coups étaient portés, pour de vrai, ce n’était pas « hop ! je te touche j’ai un point ! », c’était plutôt un échange entre les adversaires sans arrêt sauf sortie, K.O. ou autre situation bloquant le combat. Ah oui, j’allais oublier, le K.O. était autorisé. Pas le vrai K.O. où l’adversaire fini inconscient, le K.O. technique seulement (et heureusement). Tout annonçait donc une compétition différente des précédentes où les participants allaient vraiment pouvoir s’exprimer.





Comme toute compétition de combats, la journée avait commencé avec les pesées. Chaque catégorie de poids ayant son horaire de pesée, il n’y a eu aucun embouteillage (du moins visible des gradins). Et les combats ont commencé rapidement, même pour ceux arrivés à l’heure pour les premières pesées alors que leur horaire était annoncé pour plus tard (beaucoup plus tard même). Mais bon, c’est le problème de voyager avec une maniaque des horaires… :b J’ai obligé les 2 participants de mon club à se lever plus tôt. Et ils ne se sont pas plaint…





Les premiers combats masculins ont donné le ton. C’est quand même beaucoup plus agréable de regarder des combats sans arrêt toutes les secondes pour compter les points. Les combats se déroulaient en deux rounds de 2 minutes. A la fin de chaque round, les trois arbitres de coin levaient le drapeau au couleur du combattant qu’ils désignaient comme vainqueur, et la position du drapeau indiquait le nombre de point attribués à ce combattant. A la fin des deux rounds, les drapeaux étaient comptabilisés et le vainqueur désigné. Et comme chaque tatamis disposait d’un écran affichant le nombre de point pour chaque combattant, le public pouvait suivre sans problème les 3 tatamis sans être perdu.





Petite déception du côté des femmes qui n’étaient vraiment pas nombreuses. Seulement deux catégories de poids étaient représentées. Mais bon, beaucoup d’écoles ne pratiquent pas de combat et je suppose que se déplacer à Paris pour une journée de compétition n’intéressait pas forcément tout le monde, tout au moins les femmes. Mais je constate quand même que pour les championnats de France, il y a bien plus de combattantes… Seconde petite déception du côté des femmes, la qualité des combats n’était pas vraiment là. Une des deux finales féminines a fait s’affronter les deux seules combattantes qui valaient le coup d’œil (et une de ces deux combattantes appartient à ma nouvelle école). Bon après, il m’est toujours facile de critiquer avec mon deux de tension en mode combat… :b Quoiqu’il en soit, certains combats masculins n’ont pas fait mieux. Notamment un en finale. Mais comme les hommes étaient beaucoup plus nombreux, ils nous ont montré plus de beaux combats. C’est mathématique. Certains étaient techniques, d’autres plus bourrin et certains même tactiques. J’avoue que sortir son adversaire du tatamis en le poussant simplement à chaque fois qu’il s’en approchait, ce n’est pas très sportif, mais efficace. Mais la variété des coups n’était pas très étendue. On a eu droit à 2-3 coups de pieds sautés et autant de ciseaux.




Ce qui est notable, c’est que bien que les coups étaient portés, il n’y a pas eu de blessés (en dehors d’une cheville tordue). Oh il y a bien eu quelques nez qui ont saigné, mais rien de plus. Alors que pour les compétitions à la touche, il y a toujours 2-3 combattants qui finissent à l’hôpital.




Les deux combattants de mon club ne se sont pas trop mal débrouillés, un peu stressés de porter un nouvel écusson (même club mais nouvelle école avec un véritable esprit martial). GGbob, mon partenaire sur certains dossiers est ressorti de son combat en espérant avoir refilé sa grippe à son adversaire. Mais même avec deux de tension, il a réussi à épuiser son concurrent. Comme quoi la technique peut faire la différence. Et notre autre combattant dont c’était la deuxième compétition (et la première avec des coups portés) ne s’est pas mal débrouillé. Mais il y avait une différence d’expérience avec son adversaire. Ca a mis en évidence certains de ses défauts et il a fini la journée en s’auto-flagellant. :b




Les Vovinam n’ont pas été très présents pour la simple et très bonne raison qu’ils avaient ce même week-end leur Coupe de France. Dommage, on aurait pu voir un peu plus de ciseaux. Ou pas. ^_^




Au final donc la compétition s’est très bien passée. Le fait de ne pas interrompre les rounds rend les combats beaucoup plus intéressant à regarder, du début à la fin. Comme la compétition était bien organisée, il n’y a pas eu de temps mort et pas de retard (ou alors j’étais trop prise dans les combats pour l’avoir remarqué). Des gradins, je n’ai entendu ni plainte, ni grognement de frustrations ou autre médisance sur les arbitres qui auraient tel ou tel préférences. Ah non, j’allais oublier une combattante qui a très mal pris le fait d’avoir perdu et qui s’est révélé être une bonne langue de vipère. Mais bon, tout s’est bien fini pour elle puisqu’elle a été repêchée… Mais ce n’est pas son esprit martial qui l’a aidée à remporter son titre… Sinon le seul point négatif que j’ai trouvé, c’est qu’il n’y ait pas eu de catégorie pour les Vétérans. Je ne sais pas si c’est pour des raisons de sécurité ou tout simplement à cause du nombre trop faible d’inscrits, mais c’est dommage.