Focus Spécial Joker
MaXoE > KISSA > Dossiers > Japon > Tokyo : hyper-moderne, profondément classique et fascinante avant tout
Japon / Monde
Tokyo : hyper-moderne, profondément classique et fascinante avant tout
Le Japon, ce monde parallèle.

20150108_042412

Avant même de parler de Tokyo, voici comment j’ai étrangement commencé la découverte de cette ville : juste avant de m’endormir en revenant du restaurant Mercredi, je lis rapidement, comme chaque soir, les derniers articles de Slate, épuisé comme jamais je l’ai été. Loin de tout, en plein décalage, je suis à deux doigts de sombrer dans un sommeil profond. Lorsque je lis la première info sur Charlie Hebdo juste après l’attentat, je bredouille à mon amie : « Tu sais, je crois qu’il s’est passé un truc qui craint en France, mais quelque chose de grave, vraiment. » Puis je m’endors. Le lendemain matin est particulier. On regarde les fils d’actualités de nos smartphones et on reste comme amorphes.

Nous devions décoller de l’appartement quelques minutes plus tard et sommes finalement restés plus d’une heure à en discuter. « Regarde la télé japonaise pour voir s’ils en parlent…Oui ! Ils en parlent, regarde ! » Nous avons alors passé la journée à découvrir une ville à l’autre bout du monde tout en ayant la sensation que le cœur est resté en France. Y ayant toujours habité, n’ayant jamais été expatrié, c’est la première fois que je me sens profondément rattaché à mon pays de cette manière. Nous avons suivi chaque article et chaque événement, que ce soit la prise d’otage ou la marche républicaine. et nous avons beaucoup discuté à propos de la récupération politique, des amalgames, des propos douteux, mais aussi de l’union nationale, de l’espoir et de la volonté de combattre l’obscurantisme, le terrorisme et de défendre la liberté d’expression et nos valeurs.

Finalement, on a eu cette étrange sensation d’être à la fois très loin et en même temps très proche de notre pays. A l’autre bout du monde, là où personne dans la rue ne se souciait de ce qu’il se passait en France, nous nous sentions impuissants mais profondément concernés par le fait que notre pays soit en mouvement. Sous l’adversité, les gens se soudent et construisent des liens puissants. L’horreur dont nous avons pu être témoins a donné lieu à un élan de force et d’espoir. Ce que nous avons vu, à des milliers de kilomètres de là, nous a ému et nous nous sommes sentis liés à vous. Je suis témoin depuis tant d’années des déchirements politiques, sociaux et idéologiques de notre pays et pour une fois qu’une cause commune rassemble tant de monde, me voilà absent. Je ne peux pas m’en vouloir d’être parti pendant six mois mais en revanche, je peux vous dire que je pense fort à vous tous.

L1060449

Tokyo, à l’image du Japon et de ses habitants, est un mélange parfait entre modernité et tradition. Chaque détails de cette mégalopole a de quoi surprendre. A Paris, on se moque toujours gentiment des japonais qui prennent tout en photo. Là, le Japonais, c’est vous. Absolument tout est insolite donc on dégaine son appareil pour à peu près n’importe quoi, on passe son temps à demander des informations, le plan à la main, et on gêne tout le monde lorsqu’on veut simplement acheter un ticket de métro. 

Tokyo est une ville unique, incroyable, improbable par tous ses aspects. On évolue dans une des plus grandes villes du monde et pourtant tout est propre, organisé, structuré, parfaitement ergonomique pour que la vie soit agréable. Tout a un sens, une logique précise qui a été pensée pour son utilisation : des endroits pour marcher, des endroits pour se reposer, des endroits pour s’amuser, des endroits pour monter, des endroits pour descendre, des endroits pour fumer, des endroits pour tout et n’importe quoi. Seul point particulier et très contraignant, personne ne parle anglais et ceux qui le pratiquent un peu….le parlent vraiment peu. Pour les transports, pour se repérer, ou simplement pour comprendre un menu, tout devient compliqué, mais c’est aussi ce dépaysement qui contribue au charme nippon…

L1060419 

On ne mélange pas les choses au Japon, il y a un temps pour travailler et un temps pour s’amuser. Mais qu’on fasse l’un ou l’autre, on le fait à fond, à 5000 %. Il n’est pas étonnant de voir des gens dormir profondément dans les transports en commun en rentrant du travail, mais il n’est pas étonnant non plus de recommander une seizième carafe de saké en plein milieu de semaine (depuis ce soir-là, impossible d’approcher de près ou de loin cet alcool diabolique).

Sans faire de généralité sur une population, de tout les pays que j’ai visité, les Japonais remportent haut la main la médaille du peuple le plus civilisé au monde. De toutes les personnes à qui j’ai parlé, chacun a été serviable, agréable, sympathique et ouvert. Il est pratiquement impossible de trouver le moindre déchet dans les rues alors que les poubelles sont inexistantes. Comme si l’incivilité était un concept lointain, abstrait. Étrangement, il n’y a pas de bruits de travaux propre à une grande ville, les voitures ne font pas de bruit et il y a de nombreux quartiers piétons. La police est visuellement inexistante, il n’y a aucun agent de sécurité dans les magasins ou même dans les boites de nuit. 

GOPR0205

Ce qui est vraiment frappant, c’est la diversité que la ville propose. Vous pouvez alterner entre le superbe parc de Ueno avec ses vieux temples et ses moines en train de prier, faire une balade en barque sur son lac et, quelques stations plus tard, gagner le quartier d’Akihabara (Electronic city) pour vous retrouver dans un univers néo-futuriste, entouré de néons, d’écrans gigantesques, de bruits de jeux d’arcade et de magasins de figurines de manga sur sept étages. 

GOPR0419

Pour faire simple, voici donc un résumé des meilleures expériences vécues à Tokyo:

1- Place Shibuya, seul endroit au monde où il est passionnant de regarder un feu rouge passer au vert et vice versa. La fameuse place où le protagoniste de la série Heroes crie le fameux Yattttaaaaaaa!! est près de là où Bill Murray vient chuchoter à l’oreille de Scarlett Johansson à la fin de Lost in transation. On attend que les voitures soient passées pour voir plusieurs centaines de japonais traverser la rue en même temps. Deux minutes plus tard, les voitures reviennent. Tout est fluide et se passe comme un balais dansant. J’aime imaginer le chaos bien français si l’on souhaitait faire ça Place Charles de Gaulle-Etoile…

L1060430

2- Juste à côté de Shibuya, on enchaîne sur le quartier de Shinjuku, une des gares les plus fréquentée au monde, pour ensuite prendre un verre au sommet de la Government Tower, avec sa vue sur Tokyo, ses environs et même le Mont Fuji au loin. Pour finir, un restaurant traditionnel de tempura où le chef prépare et sert directement les crevettes frites dans votre assiette.

L1060473

3- Trouver des autochtones qui vous font découvrir les nuits tokyoïtes : restaurant aux multiples comptoirs spécialisé dans tous les genres de viandes, poissons ou champignons où se mélangent toutes les générations et toutes les classes sociales. Quelques heures et quelques saké plus tard, on y voit tout le monde chanter et trinquer au milieu des vapeurs de grill et de la fumée de cigarette, entre golden boys ivres morts, jeunes branchés et vieux sages. Direction ensuite une boîte de nuit où mixe Dimitri From Paris, qui a noté nos têtes de Français au milieu de la salle et nous adresse quelques mots à la fin de son set. 

GOPR0315

4- Direction le quartier Roppongi, connu pour sa vie nocturne animée, pour prendre un verre au bar du Grand Hyatt, celui de Lost In Translation. Comme dans le film, un groupe de Jazz et une chanteuse sont présents dans une ambiance feutrée et chaleureuse. Un service parfait, une carte de cocktails impressionnante pour un prix honnête. Ensuite, enchaîner sur le restaurant du film Kill Bill à quelques minutes de là, où tout le staff de la salle, ainsi que les cuisiniers hurlent en même temps pour vous saluer et où l’on vous sert des brochettes à l’unité assis au comptoir en bambou.

L1060552

5- Se balader dans le parc de Ueno puis enchaîner sur la visite du temple le plus visité d’Azakusa, le Senso-ji (un gros temple rouge et doré avec plein de gens qui, selon moi, jettent des pièces dans un trou pour faire plaisir à Buddha). A quelques pas, se trouve le quartier électronique d’Akihabara où on peut trouver à peu près tout et n’importe quoi. Entre autre, un magasin entier qui vend des figurines de filles dénudées avec des très gros flingues. Avis aux amateurs. Personnellement, mon amie et moi avons développé une dépendance de deux heures dans les jeux d’arcades où ils faut faire tomber à l’aide de pinces des figurines loufoques. C’est très bête et terriblement addictif mais depuis, nous sommes soignés. 

L1060528

Tokyo est une ville unique en son genre, agréable à vivre et proposant de multiples expériences. Hyper-moderne et profondément classique, extravagante et réservée à la fois, elle accumule les superlatifs en étant modestement et incontestablement une des villes les plus fascinantes de la planète. 

GOPR0113

Départ ce soir pour deux jours à Kawaguchiko, dans la région des cinq lacs, au pied du Mont Fuji. Direction ensuite à Kyoto, la ville aux 1600 temples…