MaXoE > KISSA > Dossiers > Manga > Fairy Tail, un shônen féérique de Hiro Mashima

Fairy Tail, un shônen féérique de Hiro Mashima

Lucy, jeune magicienne, rêve de rejoindre la fameuse guilde de magiciens, la Fairy Tail. Après sa rencontre avec Natsu et Happy, un chat assez étrange, le rêve de Lucy devient réalité ! Mais la guilde de Fairy Tail est réputée pour le caractère imprévisible de ses membres et les dégâts qu’ils causent. Natsu est le meilleur exemple, antihéros drôle et bagarreur mais qui agit avec son cœur. Cette guilde semble être à l’origine de nombreux scandales.

J’pense qu’on devrait commencer

Fairy Tail est un manga dessiné par Hiro Mashima, pour ceux qui ne le savent pas cet auteur n’est autre que le créateur de la grande série « Rave », que vous avez dû être nombreux à regarder en anime ou à lire en manga. La sérialisation a commencé le 2 août 2006 au Japon, dans le Shūkan Shōnen Magazine. Pour une fois nous ne sommes pas laissés de côté puisque le manga a débuté sa publication en France par Pika Editions en septembre 2008, et de nombreux tomes sont déjà disponibles.

L’histoire commence dans le pays de Fiore, il existe parmi tous les hommes, des hommes et des femmes qui manipulent la magie, ces derniers sont appelés des madōshis. Pour mieux contrôler leur pouvoir, des guildes ont été créées et mises sous la responsabilité du conseil des mages. Au-delà de leur « contrôle », ce système a une toute autre utilité, puisqu’il permet un grand choix de madōshis au client, et de missions au madōshi via les annonces qui sont affichées dans la guilde.

Parmi toutes les guildes existantes, une est assez particulière : Fairy Tail. Elle est en grande partie connue pour les dommages que ses membres causent à chaque mission. Notre histoire va se focaliser sur les missions effectuées par l’une des meilleures équipes de Fairy Tail : Natsu, Lucy, Happy, Erza et Grey.

Ce qui se cache

Nous avons toujours une petite (voire parfois grande) partie dans notre rendez-vous, où nous essayons de trouver un sens implicite au manga. La plupart du temps, les éléments sont assez personnels, mais pour une fois les références qui sont faites dans ce manga le sont beaucoup sur des titres phare du style ou encore sur l’ancien projet de l’auteur.

Tous les dessins sont intriguants au départ, quel est ce style de dessin qui a déjà dû rendre fou tous les otakus comme moi ? La tête du héros n’est pas inconnu, mais pour une raison que je n’explique pas il n’a pas de cicatrices en dessous de l’œil, ne porte pas de chapeau de paille, aucun jean relevé et pas de gilet rouge ! Cependant dès les premières pages, tout laissait penser que nous allions avoir un style « medley » comme nous avons déjà pu en parler dans une autre critique (celle de Satan 666). Le caractère de notre héros commence à se profiler au fur et à mesure des pages et c’est alors que l’ont découvre aussi une similitude dans l’« anti-héros »  vu dans le style shônen. Tout laisse entrevoir une personne qui se soucie peu des conséquences mais qui fera toujours en sorte de suivre ce que son cœur lui a dit et de croire fermement en ses convictions et ses promesses.

Cependant quelque chose différencie bien Fairy Tail de One Piece, ce ne sont évidemment pas les dessins ni notre héros comme nous venons de le voir, mais plutôt le caractère soutenu de l’aventure de l’histoire que l’on suit. Evidemment, ce rythme imposé par le mangaka est loin d’être le rythme de One Piece, mais cela ne veut pas dire qu’on n’avait jamais vu ça ailleurs. Pour faire simple regardez Rave, c’est l’exemple même de ce à quoi peut ressembler l’action dans Fairy Tail.

Voilà un mélange bien intrépide, on ne sait vraiment pas de quel côté va venir l’action mais au fil des tomes l’histoire se concrétise, le caractère de chaque personnage devient attachant, différentes histoires se mettent en place et le tout est harmonieusement bien fait. Alors que de nombreuses personnes disent que le style appelé shônen s’épuise, voilà un manga qui pourra à lui seul prouver le contraire et faire taire toutes les mauvaises langues.

Petits personnages

Natsu Dragnir : C’est le héros de l’histoire. Il a le mal des transports, aime tout le temps se battre et se remplir le ventre de nourriture ou de flamme suivant le contexte. C’est un enfant qui a été élevé par le dragon légendaire : Ignir, qui lui a enseigné ses techniques magiques sur le pouvoir du feu. Connu sous le nom de « Salamander », on le reconnaît grâce à son écharpe d’écaille et ses cheveux rouges

Happy : C’est le chat qui accompagne Natsu. Il peut parler et même utiliser la magie. Natsu est son père puisque c’est en fait plus ou moins lui qui a couvé l’oeuf…

Lucy Heartfilia : C’est la dernière arrivée à Fairy Tail, elle se fait chaque fois mener en bateau par Natsu. En tant que mage des esprits stellaires, elle se bat en ouvrant les portes du monde des esprits, avec les clés qu’elle possède. Dans l’avenir elle souhaite publier des livres relatant ses aventures dans la guilde.

Grey Fullbuster : Sa magie lui permet de modeler la glace. Il peut lui faire prendre diverses formes que ce soit des armes ou un bouclier. Même au sein de Fairy Tail, son pouvoir est l’un des plus puissants mais il a l’étrange habitude de se déshabiller pour rien. Sa relation avec Natsu est celle de rival, il semblerait que ce ne soit pas simplement ça mais qu’une amitié se profile aussi. Il avait pour maître Oul, une mage très puissante qui manipulait la glace.

Erza Scarlett : C’est la femme la plus forte de Fairy Tail sans aucun doute. Elle porte bien son surnom de Titania Scarlett. Elle peut changer d’arme et d’armure en un instant lors d’un affrontement ce qui la pousse à être au corps à corps.

 

En conclusion !

Pour conclure, ce manga commence à prendre de la maturité et c’est pourquoi il est bon qu’on puisse en parler au stade où il se trouve. On arrive mieux à analyser le contenu du manga et vers où l’auteur veut nous guider. Il est important de noter qu’une version anime a vu le jour un certain nombre d’années après le manga, du à une popularité grandissante de jour en jour. Ce dernier est intéressant, bien réalisé, fidèle à l’histoire, avec une bande son originale de qualité. Pour les grands fans de shônen, n’hésitez plus, c’est un délice.

Fairy Tail est donc un shônen de grande qualité, qui vient s’inscrire quelques années plus tard comme le petit frère de grands mangas comme Naruto, One Piece ou encore Bleach pour ne citer qu’eux. Pour les fans du genre comme pour les autres, il ne faut pas hésiter une seule seconde, car le lire, c’est l’adopter.


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...