MaXoE Festival 2019MaXoE Festival 2019 MaXoE Festival 2019
Voici un nouveau Concours Comics du MaXoE Festival et aujourd’hui nous allons du côté de Delcourt en vous proposant de gagner chaque jour pendant 5 jours (à partir d’aujourd’hui jusqu’au dimanche 30 juin 2019, 23:59) un exemplaire de Slots de Dan Panosian ! Pour participer, vous devez répondre correctement aux questions qui vous sont posées sur cette page ! 🙂 En savoir plus !
Nous vous avons déjà proposé plusieurs Concours Jeux Vidéo sur consoles pendant cette édition 2019 du MaXoE Festival, place aux joueurs sur PC ! A partir d’aujourd’hui et jusqu’au jeudi 27 juin 2019 à minuit, nous vous proposons de gagner chaque jour une clé PC Steam pour jouer à Vampyr, le jeu de Focus Interactive développé par Dontnod. Et c’est sur cette page que cela se passe 🙂 En savoir plus !
Vous aimez les Comics ? Et bien cela tombe bien, nous aussi ! Avec notre partenaire Urban Comics, et dans le cadre du MaXoE Festival, nous vous proposons de gagner chaque jour à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 28 juin 2019 minuit, 1 exemplaire de Clark Kent : Superman T0 ! Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de répondre correctement aux questions qui vous sont posées sur cette page ! 🙂 En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Critiques > Cinéma / DVD > Loin de la Foule Déchaînée : Deux avis, sinon rien !
Cinéma / DVD /
Loin de la Foule Déchaînée : Deux avis, sinon rien !
A deux, c'est toujours mieux !

Appréciation de MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Un Focus, c'est l'occasion pour MaXoE de faire découvrir ou redécouvrir des films, BD ou jeux vidéos qui ne sont plus vraiment d'actualité. Mais c'est également l'opportunité de revenir sur quelque chose de plus récent qui serait passé entre les mailles de nos colonnes. C'est le cas pour ce très beau film de Thomas Vinterberg, sorti dans les salles obscures en juin dernier et en DVD il y a tout juste trois semaines. Et il ne fallait pas moins d'un double avis pour se rattraper !
Loin de la foule déchaînée Une

 

Loin de la foule déchaînée AfficheDorset, 1870. La campagne anglaise, à quelques centaines de miles de Londres. Bathsheba Everdeene fait la connaissance d’un berger, Gabriel Oak, qui tombe rapidement sous son charme. Farouchement indépendante et malgré l’affection qu’elle semble lui porter, la jeune fille ne peut accepter sa demande en mariage, refusant de se lier de quelconque manière à un homme.  

Un drame survient. Le berger, ruiné, est obligé de vendre sa ferme et quitte le domaine. Parallèlement, Bathsheba hérite de la grande ferme de son oncle dans un village voisin. Elle part s’y installer et retrouve Gabriel qu’elle embauche. Toujours troublé par la jeune femme, il doit y renoncer, leur situation sociale s’étant inversée. Aspirant à la liberté, elle refuse toujours de se lier à un homme. Une décision bien difficile à assumer au regard des codes moraux de l’époque.

Loin de la foule Quatre

 

L’avis de Tof

Thomas Vinterberg se lance dans une belle opération, proposer sa vision de Loin de la Foule Déchaînée. Les premières images donnent le ton, le film aime les mouvements lents et les images qui flattent la rétine. Attention, ici il ne s’agit pas de l’esthétisme d’un Nolan ou d’un Snyder qui poussent parfois le vice très loin en travaillant énormément les contrastes, les couleurs et les plans serrés. Ici le réalisateur pose des plans bruts, mettant en avant les décors et les acteurs sans jamais faire dans le chichi. La mise en scène est ainsi naturelle, sans subterfuge aucun.

Loin de la foule Trois

Mais revenons sur les faits. Le long-métrage débute finalement assez lentement, presque un peu trop, surtout que les ficelles qui lient les personnages sont au départ sans complexité. Celle-ci débarque quand les trois prétendants sont bel et bien entrés en scène. Là, l’histoire prend toute sa consistance, les sentiments s’entre-choquent et les destins s’opposent. Ce qu’il en ressort, c’est que nos décisions dépendent finalement de peu de choses et que notre vie peut basculer à tout moment. On nous explique aussi que malgré nos convictions, la vie nous bouscule toujours un peu. Tout cela se fait sans moral, en finesse, superbe travail du réalisateur.

Les acteurs livrent tous une prestation très convaincante. J’ai un petit faible pour Matthias Schoenaerts, il paraît tout à la fois distant et impliqué, naïf et conscient de tout. Son jeu tout en sobriété colle parfaitement à l’ensemble.

Un film qui ne laisse pas indifférent, sur un classique du genre. Le pari est réussi, on se laisse emporter lentement mais sûrement sur le flot de la comédie humaine.

La note de Tof : 8/10

Loin de la foule Deux

 

L’avis de Julie

Thomas Vinterberg – grand cinéaste du cinéma indépendant (Festen, La Chasse) – était jusque là connu pour ses films coup de poing et ultra-réalistes. Avec Loin de la Foule Déchaînée, il se révèle poète. Et peintre.

Jouant sur la lumière et les contre-jours, le film est une succession de tableaux d’une beauté à couper le souffle. Grands espaces, couleurs chatoyantes, costumes d’époque. Un joyau pour les yeux. L’Angleterre victorienne est vraiment le terrain parfait pour un cinéma souhaitant s’attarder sur l’image. Un cinéma qui ne craint pas de jouer sa partition sur un rythme plus lent, bien loin de la frénésie déchaînée des blockbusters que l’on nous sert à l’envi. En s’attardant autant sur l’aspect esthétique, Thomas Vinterberg confirme une autre qualité au-delà de son talent indéniable de metteur en scène : un regard cherchant à sublimer la pellicule.

Si la poésie passe par l’image, elle passe également par le propos. La passion est le mot d’ordre de cette oeuvre romanesque. Une passion tourmentée par les codes sociaux de l’époque, contrariée par les convenances, qui emporte ses personnages, les perdant parfois alors qu’ils se croyaient maîtres de leur existence. Le vent du féminisme souffle sur cette oeuvre (comme sur bien des œuvres littéraires de l’époque) et livre un magnifique portrait de femme que Carey Mulligan sublime par son interprétation vibrante d’émotions. Des hommes qui gravitent autour d’elle, Matthias Schoenaerts est de loin le plus convaincant, ange gardien veillant patiemment sur la femme qu’il aime à distance.

Plus artificielle est la rencontre entre la jeune femme et le sergent Troy (Tom Sturridge), rencontre à laquelle il est difficile de croire vraiment, surtout lors de la scène où le soldat séduit Bathsheba.

Mais peu importe. Ce défaut est vite oublié tant le film – par son scénario romanesque, sa beauté visuelle et sa musique magnifique –  réussit durant deux heures à transporter son spectateur loin, très loin. Bien loin de son univers déchaîné.

La note de Julie : 9/10

Appréciation de MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

La prise de risque était grande. Véritable exercice de style pour un réalisateur qui n'a pas vraiment l'habitude des grandes fresques romanesques, cette adaptation du chef-d'oeuvre de Thomas Hardy est une pure réussite.
ON A AIMÉ !
- La beauté formelle
- Les débuts de l'émancipation féminine
- Le duo Carey Mulligan / Matthias Schoenaerts
- Une intrigue finement brossée
- La musique
ON A MOINS AIMÉ...
- Un départ un peu lent
- La rencontre entre Bathsheba Everdeene et Frank Troy rendue assez artificielle par la réalisation
Loin de la Foule Déchaînée : Deux avis, sinon rien !
Loin de la foule déchaînée
Support(s) : Cinéma / DVD
Réalisation : Thomas Vinterberg
Scénario : David Nicholls, d’après le roman Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy
Casting : Carey Mulligan, Matthias Schoenaerts, Michael Sheen, Tom Sturridge, Juno Temple, …
Durée : 1h 59min
Genre : Drame
Sortie en France : 03/06/2015
Sortie aux Etats-Unis : 01/05/2015
Musique : Craig Amstrong
Distribution : Fox Searchlight Pictures (Etats-Unis) et 20th Century Fox (France)
Production : DNA Films et Fox Searchlight Pictures