MaXoE > RAMA > Critiques > Cinéma / DVD > Wolverine – Le Combat de l’Immortel : Hollywood en partie relégué …

Wolverine – Le Combat de l’Immortel : Hollywood en partie relégué au second plan

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Pour achever ce Focus autour du personnage de Wolverine, voici la critique du nouveau film lui étant consacré. Arrivé dans les salles obscures il y a tout juste deux jours, ce dernier né Marvel risque d'en surprendre plus d'un. Dans le bon sens ou le mauvais sens du terme ? Là, vous êtes seul juge !

Wolverine Une

 

Wolverine affiche

9 août 1945. Nagasaki. L’armée états-unienne vient de lancer une bombe atomique sur la ville nippone. Un homme y survit et, dans le même temps, sauve la vie d’un soldat japonais en le protégeant de l’explosion. L’homme semble avoir la capacité de se régénérer. Et il possède des griffes rétractiles en os au niveau des poings.

Un cauchemar. Wolverine (Hugh Jackman) se réveille, les images du bombardement de Nagasaki disparaissant peu à peu. A ses côtés, Jean Grey (Famke Janssen). Encore un rêve. Qui se transforme de nouveau en cauchemar lorsque Logan revit, comme toutes les autres nuits, la mort de la femme qu’il aime. Qu’il a tué de ses propres mains. Ou plutôt ses propres griffes.

 

Wolverine Jean Grey

Second réveil. Nagasaki et Jean ont disparu. Logan revient à la réalité. Il vit reclus dans une caverne tel un ermite. Aux confins de l’Alaska. Seul depuis le démantèlement des X-Men. Il est alcoolique, totalement anéanti par la mort de son ancien amour dont il est lui même l’origine. Il n’a plus de raisons de vivre. Le problème : sa capacité à se régénérer le rend immortel. Un soir, il est abordé dans un bar par une jeune nippone, Yukio (Rila Fukushima), qui l’observe depuis quelques temps. Elle est envoyé par son maître, Yashida (Hal Yamanouchi), qui dit être un vieil ami de Wolverine. Sur le point de mourir, il tient à le revoir une dernière fois. Mais pour cela Logan doit se rendre à Tokyo.

Après quelques difficultés – puisque tout Logan qui se respecte doit bien grogner un peu avant de fléchir – notre mutant accepte de s’envoler pour le Japon. Sur place, il y retrouve le soldat dont il avait sauvé la vie à Nagasaki. A la tête d’un immense empire technologique. Il est considéré comme l’un des hommes les puissants du Japon, si ce n’est le plus puissant. Mais il est vieux et atteint d’un cancer en stade terminal. Pourtant, il ne se dit pas prêt à mourir. Ayant trouvé la solution pour extraire les pouvoirs de Logan, il lui propose de s’approprier sa capacité à se régénérer, en échange de quoi il le soulagerait de son fardeau de l’immortalité.

Bien malgré lui, Wolverine se retrouve mêlé à une vaste histoire de famille qui concerne notamment Mariko (Tao Okamoto), la petite-fille de son vieil « ami ». A laquelle viennent s’ajouter une Vipère et quelques membres du clan Yacuza.

Vipère Mariko

Lost in translation

Avec Wolverine – Le Combat de l’Immortel, son réalisateur prend le parti de s’éloigner de Hollywood. Au sens propre, comme au figuré. Exit les États-Unis et place au magnifique environnement japonais. Tokyo d’abord, puis Nagasaki. La photographie est superbe. Tout comme les décors et costumes. Et même si James Mangold n’a pas sublimé Tokyo comme a pu le faire Sofia Coppola, on assiste tout de même à de très beaux moments. Le Japon habille joliment ce film, c’est certain. Les scènes d’action (parce qu’il en faut bien quelques unes, c’est un Marvel) prennent une autre dimension dans cet univers asiatique. D’autant qu’elles sont chorégraphiées. Elles ont un certain style. Ce n’est pas que de banales scènes de violence, de casse brut de décoffrage. Il y a un vrai travail de fond, et c’est appréciable. Les passages orchestrés autour des ninjas sont particulièrement réussis.

Mais les scènes d’action ne sont pas les seules à s’affranchir du carcan Hollywoodien. D’une manière générale, ce film risque d’en surprendre plus d’un. Il est loin d’être un enchaînement d’actions sur actions. Au contraire, une bonne partie de ce Wolverine est consacrée aux personnages, à leur histoire, leurs questionnements. Ceux de Logan principalement. Les moments oniriques dans lesquels il retrouve Jean Grey sont particulièrement beaux. Ils donnent à voir un Logan vulnérable, ce que Hugh Jackman rend plutôt justement. De la même manière qu’est justement rendu son trouble du fait de ne plus être immortel. Ainsi que son trouble face à une autre femme qui lui en ferait presque oublier sa Jean.

Une chose est sûr : ce film est loin du précédent Wolverine et des volets X-Men. Il est moins convenu, empruntant le chemin ouvert par Christopher Nolan et Zack Snyder avec respectivement leur Batman et Superman. Cela reste du grand spectacle, mais plus en retenu. D’ailleurs, il faut noter que le réalisateur de ce Combat de l’Immortel n’est pas vraiment un habitué des blockbusters. Et cela se sent. James Mangold, c’est d’abord et avant tout l’excellent biopic consacré à Johnny Cash, Walk the Line. Entre autres. Son Wolverine est donc bien différent, ce qui est plutôt agréable.

Wolverine Tokyo

Chassez le blockbuster…

Bon, ce film n’est pas non plus parfait. Cela aurait été trop beau.

Disons qu’après les trois quart d’un film ayant pris ses distances avec Hollywood, il a fallu y revenir. Certainement par crainte de décevoir le public visé, c’est à dire les aficionados des opus consacrés aux X-Men et à leur mutant le plus célèbre. Comme pour se dédouaner, la fin du Combat de l’Immortel renoue avec le blockbuster dans toute sa splendeur. Des étincelles à foison, des explosions en tout genre, un grand méchant tout à fait manichéen, etc. Et puis, le côté Hugh Jackman bodybuildé aurait aussi pu être évité. Cela n’apporte rien, n’a aucun intérêt.

Enfin, pour le coup, la 3D ne sert strictement à rien. Elle n’est pas du tout exploitée. Sa seule justification est le fait que maintenant, la plupart des films sont en 3D. Ou du moins les films à grand spectacle…

Toutefois, l’ensemble reste tout à fait correct. Et même plutôt agréable. Juste un peu frileux car il ne faut pas froisser les grandes sociétés de production…

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Ce dernier Wolverine sort des carcans du blockbuster de base. Ce qui est une bonne chose. Il donne à voir une autre dimension car il est intéressant cinématographiquement. Sauf s'agissant de la fin... Une précision pour terminer : même s'il prend la suite du dernier volet consacré aux X-Men, cela n'en est pas un. Vous êtes prévenu ! Ah, et c'est un Marvel. Donc ? Allez au bout du générique !
ON A AIMÉ !
- La beauté de Tokyo, et du Japon plus généralement
- Les passages oniriques
- Le cliffhanger du générique
ON A MOINS AIMÉ...
- Un relent hollywoodien sur la fin
- Des ennemis peu crédibles
Wolverine - Le Combat de l'Immortel
Support(s) : Cinéma / DVD
Réalisation : James Mangold
Scénario : Christopher McQuarrie et Mark Bomback, d'après le comics de Frank Miller et Chris Claremont
Casting : Hugh Jackman, Tao Okamoto, Rila Fukushima, Will Yun Lee, Hal Yamanouchi, Famke Janssen,...
Durée : 2h 06min
Genre : Fantastique, Action, Super-Héros
Sortie en France : 24/07/2013
Sortie aux Etats-Unis : 26/07/2013
Musique : Marco Beltrami
Distribution : Twentieth Century Fox
Production : Hugh Jackman, Lauren Shuler Donner, Hutch Parker et John Palermo

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...