Focus Spécial Joker
MaXoE > RAMA > Critiques > Télé / Séries > Game of Thrones – Saison 8 Episode 1
Télé / Séries /
Game of Thrones – Saison 8 Episode 1
Winterfell

Appréciation de MaXoE
7Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après quasiment deux ans d'absence (et d'attente !), la série Game of Thrones a fait son grand retour sur HBO dimanche soir aux USA ainsi que sur OCS dans la nuit de dimanche à lundi pour une diffusion en simultané à destination du public français. Dire que ce premier épisode a fait couler beaucoup d'encre est un euphémisme. Les médias français n'ont même pas attendu la diffusion à H+24 sur OCS - qui a eu lieu hier soir pour ceux ne souhaitant pas rester éveillés jusqu'à 4h du matin - pour faire part de leur avis. Dès lundi matin, les critiques fleurissaient déjà sur la toile, spoilant potentiellement le spectateur. Critiques qui - pour certaines - ce sont montrées très (trop !) virulentes avec cette ouverture de saison. Bien au contraire, et n'en déplaise aux plus acerbes, ce premier épisode a tout d'un bon épisode d'exposition !

Le Mur est tombé. Plus rien ne sépare le royaume des Hommes du danger représenté par l’armée des Morts. Elle marche à présent sur Westeros tandis que son impitoyable dirigeant, le Roi de la Nuit, vole à dos de dragon. A King’s Landing, la nouvelle réjouit la Reine Cersei Lannister qui voit en cet événement l’anéantissement prochain de ses ennemis sans qu’elle n’ait à fomenter quoi que ce soit. Toutefois, elle assure sa position en accueillant la Compagnie Dorée (une compagnie de mercenaires venus d’Essos) et en renforçant ses liens avec Euron Greyjoy dont l’immense flotte est mise à sa disposition.

Afin de protéger le Nord – et par extension les Sept Couronnes – de la menace ayant franchi le Mur, Jon Snow a décidé de renoncer à sa couronne de Roi du Nord et a prêté allégeance à la Reine Daenerys Targaryen. Par cette décision, il assure ainsi une solide alliance constituée d’une puissante armée et de deux redoutables dragons. Dorénavant unis (dans tous les sens du terme), le Gouverneur du Nord et la Reine des dragons arrivent ensemble à Winterfell.

Il est presque 3h du matin. Mon demi-litre de café à la main (il faut bien des munitions !), j’attends la diffusion sur OCS City du tout premier épisode de cette ultime saison de Game of Thrones. Et oui, il est hors de question de me faire spoiler. Surtout, mon impatience légendaire m’empêche de faire autrement ! Après un bref résumé des sept saisons précédentes, l’écran de neige bien connu de la chaîne HBO s’installe et…

Une fois de plus, les créateurs David Benioff et D. B. Weiss prennent le spectateur à contre-pied. Les deux lascars n’en étant pas à leur coup d’essai, on devrait pourtant y être habitué. Et bien non, ils réussissent une fois encore un coup de maître avec quelque chose que personne n’avait vu venir : un nouveau générique ! Et quel générique ! Reprenant le même principe que celui utilisé pour l’ensemble des saisons précédentes – c’est à dire un vol au-dessus de la carte de l’univers imaginé par G. R. R. Martin avec ce système de machinerie animant progressivement les différents lieux y figurant – ce nouveau générique s’engage par le trou béant laissé par le souffle de Viserion dans le Mur, avant de parcourir les places-fortes de l’intérieur. Des cryptes de Winterfell aux souterrains du Donjon Rouge, la caméra survole puis s’enfonce dans les principales régions de Westeros, avant de finir sa course au pied du Trône de Fer.

Si l’ancien générique était déjà d’une grande réussite visuelle, cela n’était rien comparé à celui que nous offrent les showrunners pour cette ultime saison qui débute de la meilleure des façons.

Une fois cette première surprise de taille passée, place à une seconde : l’arrivée à Winterfell de Jon et Daenerys qui se fait le miroir du premier épisode de la toute première saison et de l’arrivée de la cour du Roi Robert Baratheon à Winterfell. Pour symboliser cela, un petit garçon se faufile parmi la foule et grimpe à la cime d’un arbre afin d’avoir le meilleur point de vue possible, exactement comme Bran lorsqu’il avait escaladé les remparts de Winterfell. Arya est également fidèle au poste, se mêlant à la foule plutôt que d’attendre sagement dans la cour. Et bien sûr, la musique de Ramin Djawadi reprend comme un écho le thème de cette arrivée à Winterfell en saison 1, un thème qui se mêle par la suite à celui de Daenerys, puis à celui des Stark. Quel bel hommage !

Après cette séquence nostalgie qui enfonce davantage le clou en rappelant que cette saison est bien la dernière, place à l’émotion des retrouvailles, autre point fort de ce début d’épisode. Bien évidemment, celles entre Jon et Arya sont particulièrement belles puisqu’ils ne s’étaient plus revus depuis la saison 1. Jouant moins sur la charge émotionnelle et plus sur la confrontation, celles entre Arya, toujours, et Sandor Clegane, ou encore entre Sansa Stark et celui qui a été son époux, Tyrion Lannister, sont aussi très intéressantes et interrogent pour la suite. De même, la première rencontre entre Sansa et Daenerys Targaryen est extrêmement éloquente malgré son aspect minimaliste, les deux actrices Sophie Turner et Emilia Clarke réussissant à faire passer toute la méfiance qu’elles possèdent l’une à l’égard de l’autre en deux phrases et un échange de regards.

Si l’introduction de cet épisode est clairement une réussite, le passage consacré à King’s Landing est plus décevant. On en apprend que trop peu sur la Compagnie Dorée et l’ensemble fait preuve de certaines facilités scénaristiques, la plus flagrante étant la libération de Yara Greyjoy par son frère Theon. Seule Cersei Lannister continue subtilement – grâce au jeu tout en finesse de Lena Headey – à placer ses pions et à tromper ses ennemis autant que ses alliés.

Cette faiblesse du côté de King’s Landing est tout de même rapidement balayée par le retour à Winterfell où d’autres scènes marquantes attendent le spectateur. Tout d’abord, la grande tristesse de Samwell Tarly (interprété par un John Bradley-West magistral) informé de la bouche même de Daenerys de l’exécution de son père et de son frère. Dans un registre beaucoup plus spectaculaire, la première chevauchée de Jon à dos de dragon est absolument merveilleuse. Plus terrible mais tout aussi réussie est la découverte macabre des hommes de la Garde de Nuit qui ont fui le Mur et tentent de rejoindre Winterfell.

Enfin, les deux points culminants de cet épisode d’exposition reviennent à deux scènes en particulier. Bien évidemment, difficile de ne pas évoquer Jon apprenant de la bouche de Samwell qu’il n’a jamais été un bâtard mais est en réalité l’héritier légitime du Trône de Fer. Très bien construite, la scène se concentre davantage sur les enjeux moraux qui animent Jon que sur la révélation même de sa filiation. Le plus marquant reste toutefois la fin de ce premier épisode qui – à l’image de son ouverture – fait appel au passé en l’espace d’un regard échangé. Jaime Lannister, après avoir quitté sa sœur et amante, arrive à Winterfell et la première personne qu’il croise des yeux n’est autre que Bran. En un instant, le spectateur est propulsé des années en arrière, au sommet de cette Tour Foudroyée d’où tout a commencé, et prend conscience, dans le même temps, de tout le chemin parcouru par Jaime pour parvenir à la rédemption.

Appréciation de MaXoE
7Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Une seule chose : vivement la suite !
ON A AIMÉ !
- Les références au tout premier épisode de la toute première saison
- L'émotion des retrouvailles
- Les dragons, plus extraordinaires que jamais
- Le nouveau générique !
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques facilités scénaristiques
Game of Thrones – Saison 8 Episode 1
Game of Thrones - Saison 8 Episode 1 : Winterfell
Support(s) : Télé / Séries
Réalisation : David Nutter
Scénario : Dave Hill, d'après l'oeuvre de G. R. R. Martin
Casting : Peter Dinklage, Nikolaj Coster-Waldau, Lena Headey, Emilia Clarke, Kit Harington, Sophie Turner, ...
Durée : 54 min
Genre : Fantastique
Sortie en France : 15/04/2019
Sortie aux Etats-Unis : 14/04/2019
Musique : Ramin Djawadi
Distribution : HBO (Etats-Unis) et OCS (France)
Production : HBO