MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > Sélection MaXoël de Julie : Croisette et jazz sous les étoiles dans une galaxie lointaine, très lointaine… Une seule chose à dire, « Winter is here » !
Cinéma / DVD / Livres / BD / Télé/Séries / / / /
Sélection MaXoël de Julie : Croisette et jazz sous les étoiles dans une galaxie lointaine, très lointaine… Une seule chose à dire, « Winter is here » !
Et Merry Sithmas !

Plus que quelques jours avant l’ouverture des cadeaux ! Si vous êtes à court d’idées et que parmi vos proches se cachent des cinéphiles (autant adeptes du petit écran que du grand), voici quelques suggestions à glisser sous le sapin. Et oh surprise, on y trouve du Star Wars ! Étonnant, non ?

Livres

Quoi ? Des livres alors que j’ai annoncé une sélection tournée vers les cinéphiles ? Pas de panique ! L’un est indirectement lié à une série télévisée (bon je le concède, c’est un peu capillotracté) et l’autre consacré au plus grand festival célébrant le 7e Art : le Festival de Cannes (chauvine moi ?).

Une Colonne de Feu, de Ken Follett

Après Les Piliers de la Terre (qui a eu droit à son Focus made in MaXoE il y a peu) et Un Monde sans Fin, Ken Follet nous transporte une nouvelle fois dans la ville de Kingsbridge. Cette fois-ci, il n’est plus question de Moyen-Âge mais d’époque Moderne. Et de guerres de religions. Celles qui ont déchiré l’Angleterre du XVIe siècle. Et plus globalement l’Europe toute entière.

Si Kingsbridge, son prieuré et ses habitants sont toujours le cœur névralgique du roman, les lieux et les personnages se démultiplient avec pourtant toujours un seul et même fil conducteur : les luttes entre catholiques et protestants, sur fond de mise en place des tous premiers services secrets.

Difficile d’en dire davantage au risque de trop en révéler. Une chose est sûre, les passionnés de littérature et les férus d’Histoire y trouveront leur compte. Et pour ceux qui préfèrent le petit écran, il faut espérer qu’Une Colonne de Feu aura elle aussi droit à son adaptation en mini-série à l’image des deux précédents romans !

Une Colonne de Feu, de Ken Follett – Editions Robert Laffont – Septembre 2017 – 928 pages

 

Sélection Officielle, de Thierry Frémaux

Depuis 2007, Thierry Frémaux est « M. Cannes ». Comprendre, il en est le délégué général (après avoir été délégué artistique à partir de 2001). Dix ans après cette prise de fonction, il en dévoile le backstage à travers un journal de bord qu’il tient du 25 mai 2015 au 22 mai 2016. D’un festival à un autre, ce livre est une plongée dans le quotidien d’un homme que n’importe quel cinéphile peut envier. Un homme qui aujourd’hui est à la tête de deux piliers du 7e Art : le Festival de Cannes et l’Institut Lumière. Et pour qui l’entrée dans le monde du cinéma commence par du bénévolat.

Sélection officielle ne décrit pas simplement ce voyage au long cours qu’est l’organisation du Festival de Cannes : contact quasi constant avec les producteurs, distributeurs, réalisateurs, visionnage d’environ 1800 films pour en sélectionner une soixantaine, constitution du jury, casse-tête pour en trouver le président, etc. Non, ce journal de bord va bien au-delà, racontant également la vie à l’Institut Lumière, les autres festivals internationaux dédiés au 7e Art, et toutes les personnes « faisant » le cinéma : acteurs, réalisateurs, producteurs, distributeurs, journalistes, critiques, …

Ce qui ressort de ce voyage ? La bienveillance d’un homme qui considère le cinéma comme un objet de culture et non comme un objet de consommation. Et c’est exactement ce que l’on peut attendre de quelqu’un qui a fait de sa passion son métier.

Sélection officielle, de Thierry Frémaux – Grasset – Janvier 2017 – 624 pages

 

Séries TV

Avant d’aborder le grand écran, place au petit avec deux séries dont les saisons respectives (déjà disponibles en DVD & Blu-Ray) sont tout simplement explosives ! Si vous connaissez des sérivores, l’occasion est toute trouvée !

Engrenages – Saison 6 (Canal +)

Pour les adeptes de polars très noirs, difficile de passer à côté de cette excellente série française qu’est Engrenages. Et qui nous a bien fait attendre puisque quasiment trois ans se sont écoulés entre sa 5e et sa 6e saison (diffusée entre septembre et octobre 2017).

Production Canal +Engrenages est une série policière ultra réaliste, faisant se croiser sur différentes enquêtes policiers, procureurs, juges et avocats. Une série à l’ambiance sombre et pesante, qui prend aux tripes et avec pour chaque saison un fil rouge toujours plus violent. Et autant dire que ceci est un euphémisme pour cette nouvelle saison, toujours aussi bien interprétée et réalisée. Sur le terrain du polar, les américains n’ont qu’à bien se tenir !

Engrenages, créée par Alexandra Clert et Guy-Patrick Sainderichin. Avec Caroline Proust, Philippe Duclos, Thierry Godard, Fred Bianconi, Audrey Fleurot, Bruno Debrandt, Nicolas Briançon, Valentin Merlet, … (La saison 6 est disponible en coffret DVD & Blu-Ray depuis le 24 octobre 2017)

 

Game of Thrones – Saison 7 (HBO)

Westeros et le Royaume des Sept Couronnes. Essos et les Cités Libres. Les Stark. Les Lannister. Les Targaryen. La Garde de Nuit. Une guerre civile fait rage depuis plusieurs années à présent pour savoir qui est l’héritier légitime du Trône de Fer que tous revendiquent. Les grandes familles se déchirent, s’allient, se trahissent, se massacrent. Mais à présent l’hiver est là. Une menace sombre et maléfique grandit au delà du mur. Et le Nord se souvient.

Chaque année, l’adaptation de la série littéraire A Song of Ice and Fire (ou Le Trône de Fer), signée George R. R. Martins, devient un événement avec la diffusion d’une nouvelle saison. Et l’impatience était d’autant plus grande pour cette 7e saison qui est arrivée en été au lieu du printemps, période habituelle de diffusion de Game of Thrones. Plus réduite, puisqu’il manque trois épisodes par rapport aux précédentes, cette saison va beaucoup plus vite. Il lui a d’ailleurs été reproché d’aller trop vite, au détriment d’une certaine cohérence en termes de temporalité. Un défaut largement compensé par l’intensité dont fait preuve cette saison 7, avec une intrigue plus resserrée. Et dont on meurt d’envie de connaître l’issue ! 

Game of Thrones, créé par David Benioff et D. B. Wess. Avec Peter Dinklage, Kit Harrington, Emilia Clarke, Lena Headey, Nikolaj Coster-Waldau, Maisie Williams, Sophie Turner, Alfie Allen, Gwendoline Christie, Aidan Gillen, … (La saison 7 est disponible en DVD & Blu-Ray depuis le 11 décembre 2017)

 

Cinéma

Après le petit écran, place au grand avec ces quelques films que vos amis cinéphiles apprécieront de (re)voir tranquillement dans leur salon. Ou bien encore dans les salles obscures !

La La Land

Qui a dit que la comédie musicale était un genre passé de mode ? Certainement pas Damien Chazelle. A trente ans à peine, le jeune réalisateur a déjà trois films à son actif, dont le très remarqué Whiplash et sa déclaration d’amour au jazz. 

Avec La La Land, il ne fait que confirmer cet amour. Et surtout son talent. Un talent qui est à l’oeuvre dès la première scène du film où des automobilistes se mettent à danser et chanter sur le toit des voitures plutôt que de céder à l’ennui des embouteillages sous le soleil écrasant de Los Angeles. Déjà d’anthologie le film à peine sorti, ce plan-séquence d’une grande maîtrise (d’autres suivront) donne le ton pour les deux heures restantes. Deux heures durant lesquelles l’âge d’or hollywoodien renaît. Et avec lui celui des vieilles comédies musicales : tour à tour, Singin’ in the rainWest Side StoryLes parapluies de Cherbourg, ou encore Les Demoiselles de Rochefort. Car si La La Land est une comédie musicale moderne, elle possède en même temps ce côté vintage propre à ces anciens films : le swing des cuivres, les jeux de jambes et de claquettes, les décors en carton-pâte, les couleurs vives du technicolor, … Et puis à partir du moment où, en sortant de la salle, vous vous mettez à fredonner la musique du film tout en esquissant un numéro de claquettes sous le ciel étoilé, c’est que vous êtes conquis, non ?

La La Land, réalisé par Damien Chazelle. Avec Ryan Gosling, Emma Stone, J. K. Simmons, John Legend, … (sorti en DVD & Blu-Ray le 25 mai 2017)

Moins onirique (encore que) mais tout aussi bouleversant, le film lauréat du Grand Prix lors du dernier Festival de Cannes120 battements par minute – est également un beau cadeau à faire pour un cinéphile (si vous avez un doute, faites un petit tour du côté de ce Films en Vrac). Et cela tombe à pic puisque sa sortie en DVD & Blu-Ray est prévu pour le 23 décembre !

 

Allez, je vois que je vous ai suffisamment fait attendre ! Mais cette saga mérite bien de fermer la marche en beauté !

Rogue One – A Star Wars Story

Sur la petite planète de Lah’mu, un homme voit un vaisseau arriver de l’espace. Il a juste le temps d’alerter sa femme Lyra et sa fille Jyn, qui prennent la fuite. L’homme semble rattrapé par son passé. Et par l’Empire. Cet homme, c’est Galen Erso, concepteur de l’Etoile de la Mort et qui a déserté avant que celle-ci ne soit opérationnelle. Sommé de venir achever son travail, Galen est contraint de suivre les agents impériaux sous les yeux de sa fille restée cachée.

Les années passent. Jyn, formée par un résistant et ami de son père – Saw Guerrera – est devenue résistante à son tour. Venant d’être capturée par l’Empire, elle est libérée par l’Alliance Rebelle et emmenée sur Yavin 4 où il lui est demandé d’entrer en contact avec son père.

Après la reprise de la saga en 2015, Star Wars est revenu en force sur les écrans noirs avec cette mission suicide qui, deux heures durant, réussit à tenir en haleine avec une intrigue dont tous connaissent pourtant l’issue. Un coup de poker qui se révèle un coup de maître pour un film qui – selon notre double avis – se hisse sans peine parmi les meilleurs de l’univers Star Wars.

Rogue One – A Star Wars Story, réalisé par Gareth Edwards. Avec Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Forest Whitaker, Mads Mikkelsen, … (sorti en DVD & Blu-Ray le 21 avril 2017)

Il est bien évidemment difficile d’évoquer Star Wars sans parler du dernier né, j’ai nommé Les Derniers Jedi. Sorti dans les salles obscures le 13 décembre dernier, cet Épisode VIII est encore visible (et pendant un moment j’espère !) sur nos écrans noirs. Alors quoi de mieux que d’inviter votre cinéphile préféré à aller le (re)voir ? Si vous avez encore des doutes, j’espère que ce double avis les dissipera !

Un dernier mot avant de vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année : le cinéma, ça n’est pas seulement des films mais également des expositions. Et celle de la Cinémathèque française de Paris consacrée à l’oeuvre de Goscinny vaut vraiment le détour ! Il vous reste jusqu’à début mars pour vous y rendre. Sur ce, bon bout d’an !