MaXoE Festival 2019MaXoE Festival 2019 MaXoE Festival 2019
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Bad Ass T2, Nightwing T2
Livres / BD /
Comics en Vrac : Bad Ass T2, Nightwing T2

Deux comics encore cette semaine avec la suite de Bas Ass. Le comics un peu déjanté à la française se porte merveilleusement bien, merci pour lui. Autant que Nightwing qui est parti à la chasse aux hiboux. 

bad_ass_2_haut

 

bad_ass_2_jaqBad Ass T2, The Voice

Scénario : Herik Hanna

Dessin : Bruno Bessadi, Gaétan Georges

Collection : Contrebande, Comics Fabric

Format : couleur, 96 pages

Editeur : Delcourt

ISBN : 978-2-7560-3680-9

Web : http://www.editions-delcourt.fr/special/badass/

L’histoire : après Dead End dans l’opus précédent, voilà qu’on nous propose de suivre le destin de Sophie. Son pouvoir ? C’est une télépathe de tout premier ordre, un tel niveau qu’elle peut non seulement lire dans les pensées mais aussi posséder les esprits et ainsi manipuler les humains qui deviennent des marionnettes entre ses neurones. Vous me direz, ce n’est pas grave, on a connu un certain professeur Xavier qui avait un peu les mêmes pouvoirs. Oui mais voilà, Sophie est dans le mauvais camp, celui des méchants, des très méchants. Depuis sa plus jeune enfance elle détruit tous ceux qui ne lui reviennent pas, tous ceux qui ont le malheur de croiser sa route. Sauf un. Le docteur Spirit, très grand télépathe lui aussi, qui l’accueille au sein de son école pour enfants « différents ». Tiens tiens encore une autre ressemblance. Mais même le docteur Spirit ne peut probablement rien face à la rage et à la folie de Sophie …

bad_ass_2_planches

Notre avis :  alors que l’opus précédent nous avait laissés un peu sur notre faim, notamment en ce qui concerne le scénario, un peu faiblard, et les complots, un peu absents, voilà que ce tome 2 permet à la série de passer à la vitesse de croisière. Bon déjà, Sophie a beaucoup de charisme. Voilà un personnage qui nous a beaucoup plus convaincu que Dead End. Et puis la narration est plutôt habile, les flash back sont bien pensés, en tout cas assez pour ne pas perdre le lecteur. Il est aussi marrant de voir comme la belle semble parfois en danger même si les apparences sont vraiment trompeuses. L’arrivée de l’agence gouvernementale est aussi un met de choix et je ne parle pas de Master Of Pain (qui tire sa force de sa propre douleur) ou de Destroyer (une sorte d’Iron Man). 

On regrette simplement la pirouette finale qui est un peu facile à notre goût même si elle a le mérite de donner du sens à la suite. Il n’y a pas de thème central qui vous permettront de philosopher à part le questionnement du danger, ou non, d’êtres qui auraient des pouvoirs dévastateurs. On y voit aussi les complots gouvernementaux mais ça on a l’habitude. 

Les dessins servent agréablement le récit, le travail sur les visages est particulièrement soigné. En bref, les comics à la française se portent bien et Bas Ass est là pour le prouver. 

Appréciation :  5

 

 

nightwingT2-couvNightwing T2, La République de Demain

Scénario : Kyle Higgins, Tom Defalco

Dessin : Eddy Barrows, Andres Guinaldo, Geraldo Borges

Collection : DC Renaissance

Format : couleurs, 160 pages

Editeur : Urban Comics

ISBN : 9782365772709

Web : http://www.urban-comics.com

L’histoire : nous en sommes au tome 2 de la saga de l’ex-Robin. Vous pouvez retrouver la chronique du premier volume ici. Au début on retrouve Dick en pleine lutte avec la cour des Hiboux. Il s’agit de l’assaut de la confrérie sur Gotham, assaut dont nous vous avons déjà parlé en chroniquant Batman Saga (on retrouve d’ailleurs certaines planches publiées en presse). Mais l’essentiel de l’album se concentre sur la lutte de notre héros avec une bande de dérangés du ciboulot : la république de demain. C’est une organisation visant à supprimer les justiciers en place : Batman, Robin, Nightwing.

nightwingT2-planches

Notre avis : voilà un comics bien classique. Attention ce n’est pas forcément un défaut. On nous sert ainsi ici les ingrédients qui font d’une BD de super-héros une chose si savoureuse. Les méchants sont un peu déjantés, le héros doute mais ne plie pas et la ville de Gotham est toujours aussi mystérieuse. Que cela soit sur la partie des hiboux ou sur la république de demain, le rythme ne faiblit pas et Dick est toujours aussi attachant. Le big boss de la république de demain aurait pu être exploité encore plus car il ne manque pas de sel. Dommage ainsi que l’histoire soit un peu courte. 

Le thème principal est habituel : la vue que chacun a de la justice. On a décidément un faible pour lui. Il est vrai qu’il n’est pas toujours agréable d’avoir 2 récits dans un même album mais il y a une forme de continuité donc on oublie vite cet écueil. En bref, c’est classique mais c’est bien comme cela ! 

Appréciation :  5