MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac Spécial Batman : Gotham Central T1, Batman No Man’s Land T1
Livres / BD / / / /
Comics en Vrac Spécial Batman : Gotham Central T1, Batman No Man’s Land T1

Encore un Comics en Vrac pour notre focus Batman. Cette fois il s’agit de deux titres inédits dans nos colonnes. L’un nous dévoile la vie difficile de la police de Gotham et l’autre nous projette dans un monde apocalyptique.  

NoMansLandT1-haut 

 

GothamCentral-couvGotham Central T1

5

 

Gotham, la ville aux mille dangers. On a l’habitude de la voir d’en haut, sous l’oeil protecteur de Batman. Mais cette fois, on nous propose de suivre le travail quotidien des policiers de la brigade des crimes majeurs. Deux équipes, deux chefs et une volonté commune d’élucider tous les crimes de la ville. Le volume nous offre plusieurs affaires.

La première met en scène notre ami Freeze. Pour survivre, notre ami a besoin de diamants, ils alimentent sa combinaison cryogénique. Simple hors d’oeuvre, cette histoire met surtout en avant l’inspecteur driver qui vit assez mal la présence de Batman à Gotham. Il lui reproche de faire de l’ombre à la police. Cette approche est assez intéressante. Mais le plaisir commence à vraiment venir avec la deuxième histoire. 

Une simple histoire d’enlèvement, de rançon et de corps retrouvé. Mais l’histoire est plus complexe que cela. Les pièces du puzzle ne sont pas cohérentes, il y a un mystère caché derrière tout cela. Cela a peut-être un rapport avec le retour de Firebug en ville. Batman est à peine plus présent mais, une fois encore, il n’est pas là pour résoudre les affaires. On commence à mieux connaître la brigade et ses policiers, c’est plaisant. 

GothamCentral-planches

Enfin, pour le dernier récit, nous allons suivre le binôme Crispus Allen et Renée Montoya. Cette dernière est suivie par un détective privé, jusque là rien de dramatique. Mais celui-ci est retrouvé assassiné et on découvre que son employeur n’est autre qu’un malfrat qui avait été arrêtée par la belle. La machination est en route. Cela nous tient en haleine sur presque la moitié de l’album. C’est bien construit, c’est bien rythmé et la noirceur est omniprésente.  

C’est une bien belle surprise. Voir Gotham au travers du prisme de la police locale est un vrai plaisir. Les auteurs savent mettre ces personnages en avant, chacun avec son caractère. Le principe de mettre Batman en retrait est une très bonne idée. Finalement on se retrouve face à des thrillers bien sentis, bien orchestrés, aptes à plaire à tous les aficionados des histoires noires. Pas de thème majeur, à part celui du mal qui agit à chaque coin de rue. 

Le trait de Michael Lark n’est pas sans nous rappeler celui de Tim Sale. Autant vous dire que cela nous a touché. Le dessin insiste sur les contrastes, sur les zones d’ombre. Il y a un petit quelque chose d’oldie et on adore ça. 

La montée en puissance de la première à la dernière laisse augurer le meilleur pour le tome 2. 

Contient les épisodes US : Gotham Central #1-10.  

Scénario : Ed Brubaker, Greg Rucka – Dessins : Michael Lark – Gotham Central T1 – Urban Comics – DC Classiques – 256 pages – avril 2014 – prix 22,50 €

 

 

NoMansLandT1-couvBatman No Man’s Land T1

5

 

Gotham est sinistrée. Un terrible séisme l’a rendue totalement inhabitable (retrouvez la chronique de Batman Cataclysme). C’est même devenue une zone interdite, l’état filtre les entrées, personne ne doit y pénétrer ni en sortir. A l’intérieur, il reste pourtant des survivants, ceux qui ont osé rester dans les murs. Bien sûr, c’est la loi du plus fort qui opère. C’est donc la guerre des clans, le pingouin tient une zone de contrebande, le ventriloque détient tout un stock de munitions, et puis Double-Face et puis Ivy, … Bref, c’est le chaos. Heureusement, des policiers essaient de maintenir un semblant d’ordre. L’indéboulonnable Gordon est de la partie évidemment et il essaie de monter une armée de fidèles à la cause juste. Tout cela est d’autant plus difficile que Batman a disparu, plus personne n’a de nouvelles de lui. Est-ce que Bruce a fini par abandonner ? 

Cet album présente, sous différents aspects, la nouvelle vie au sein de Gotham. Sous des aspects assez convenus d’histoire post-apocalyptique, on peut y déceler pas mal de choses intéressantes. Je pense notamment à James Gordon. Privé de Batman, privé d’un véritable support légal, il doit franchir la ligne jaune, enfin au moins la piétiner. Cela pose évidemment la question classique de nos principes. Sont-ils assez solides pour résister à un contexte de guerre. Que ferions-nous dans ces circonstances ? 

NoMansLandT1-planches

Les habitués du monde DC seront ravis de retrouver les habituels méchants dans cette nouvelle configuration. Et puis, vous vous en doutez, Batman n’est finalement pas si loin que ça. Ses doutes, ses peurs, ses remords sont des choses précieuses dans ce récit. Comme un recommencement, un rappel que rien n’est jamais acquis. Tout y passe le racket, les manipulations, tout ce que l’homme est capable de faire. Au milieu de tout cela, il y a aussi l’espoir, imperceptible mais bien présent. 

Tout n’est pas du même niveau dans ce volume. Certaines histoires manquent de profondeur, d’autres sont bien plus intéressantes. Les dessins suivent le même schéma. On accroche plus ou moins en fonction de l’artiste.

Le fil conducteur, c’est cette ville dévastée qui souffre et ces multiples éclairages nous renvoient une image de fin du monde qui ne laisse pas indifférent. Et pour cela, l’album vaut le détour, à n’en pas douter. 

 

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, c’est un cross-over qui a permis d’inonder toutes les revues du père Batman. 

Contient les épisodes US : No Man’s Land #1, Shadow of the Bat #83, Batman#563, Detective Comics#730, Azrael#52, Legends of the Dark Knight#116, Shadow of the Bat #84, Batman#564, Detective Comics#731, Legends of the Dark Knight #117, Shadow of the Bat #85, Batman#565, Detective Comics#732, Batman Chronicles#16.

Scénario : collectif – Dessins :  collectif – Batman No Man’s Land T1 – Urban Comics – DC Classiques – 352 pages – avril 2014 – prix 28 €