MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Walking Dead T33 (Delcourt), DCeased (Urban Comics)

Comics en Vrac : Walking Dead T33 (Delcourt), DCeased (Urban Comics)

Un Comics en Vrac spécial Zombies. On vous propose la fin magistrale de la série Walking Dead. Et puis il y a ce monde DC qui bascule dans la folie.

Walking Dead T33, épilogue

5

Il a fallu 193 épisodes à Robert Kirkman pour clôturer sa saga. Je parle ici des épisodes façon US, vous savez, là-bas les BD se dévorent plus régulièrement mais à petites doses. Oui la série a commencé en 2003 chez Image Comics. Et nous vous en parlons depuis longtemps dans cette rubrique, ainsi voici la chronique du tome 31. Oui je vous vois venir, non je n’ai pas fait de chronique sur le tome 32, c’est comme ça. Mais bon je vous livre ce qui s’est passé : Rick a été tué par Sebastian Milton, le fils de Paméla qui dirige la communauté. Carl, le fils de Rick, le découvre mort mais pire que cela, le héros s’est transformé en rôdeur. Carl se voit contraint de l’abattre. Ce dernier volume met en avant, entre autres, la culpabilité d’un fils qui a éliminé son père, même s’il n’avait pas le choix. 

Le monde a changé, les rôdeurs se font de plus en plus rares. Cependant l’un d’entre eux s’aventure sur le terrain de Carl qui s’empresse de l’abattre. Ce rôdeur était la propriété d’un camelot qui les montre comme des animaux de foire. Notre ami Carl est, du coup, trainé devant les tribunaux. Ne vous y trompez pas, ce n’est pas une histoire de rebondissements en tout genre. Non, ici, Robert Kirkman fait ce qu’il sait faire de mieux : nous livrer une histoire humaine, qui pose un regard un rien amer sur le genre humain. Il y a aussi une jolie leçon sur le devoir de mémoire, pour ne pas recommencer les mêmes erreurs. Et quelle fin, mais quelle fin ! Et puis on ne l’attendait pas forcément ce dernier tome, il est arrivé brusquement et c’est idéal comme manière de finir. 

Dernière chose, le trait d’Adlard est toujours aussi percutant. On quitte ces dernières pages avec un rien de nostalgie mais aussi avec une certitude : Robert Kirkman est un scénariste de très grande envergure.

Scénario : Robert Kirkman – Dessins : Charlie Adlard – Delcourt – Contrebande – 96 pages – janvier 2020 – prix 13,50 €

 

DCeased

4

Darkseid est vaincu. La Ligue de Justice l’a maîtrisé et elle lui intime l’ordre de quitter la Terre immédiatement. De retour sur Apokolips, il rejoint son complice, Desaad, qui tient Cyborg prisonnier. Car oui il ne cherchait pas à envahir la Terre mais bien à récupérer notre héros qui semble être la partie manquante pour son équation d’anti-vie qui pourrait lui donner le pouvoir absolu. Pour éviter que Cyborg ne meure dans l’opération de fusion pour créer cette équation d’anti-vie, il va chercher la mort elle-même afin de mieux la contrôler. Mais rien ne va plus, le mélange hasardeux des éléments s’empare de Darkseid qui devient une sorte de zombie. Devenu complètement fou, il plonge dans le noyau d’Apokolips. Il y explose provoquant ainsi la disparition de l’astre. Cyborg est renvoyé sur Terre, infecté. Et comme il est constamment connecté, le virus se propage via les équipements électroniques, transformant les usagers en monstres assoiffés de sang. Et les super-héros ne sont pas immunisés.

Vous connaissiez la série Marvel Zombies et bien voilà son équivalent chez DC et c’est plutôt réussi. La recette est un peu la même, ce genre de scénario permet d’exploser les frontières du convenu, de jouer totalement avec l’univers DC. C’est bien fait et le dessin de Trevor Hairsine est parfait. Je dois tout de même dire que le fait de passer par les terminaux électroniques me semblait un peu bizarre au début de la lecture mais on pourrait y voir une forme de critique de notre société submergée par l’informatique. Ne sommes-nous pas parfois des zombies avec tout cela ? Quelle que soit votre interprétation de cette BD, c’est un moment débridé et jubilatoire pour tous ceux qui aiment cet univers.

Contenu vo : DCeased #1-6, DCeased: A Good Day To Die #1

Scénario : Tom Taylor – Dessins : Trevor Hairsine – Urban Comics – DC Deluxe – 240 pages – février 2020 – prix 22,5 €


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...