Festival Cinéma Espagnol et Latino-Américain 2019
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour au féminin : Dakota T1 de Dufaux et Adamov
Livres / BD /
La BD du jour au féminin : Dakota T1 de Dufaux et Adamov

A notre grand regret la femme n’est pas toujours présente en bonne place dans les récits de bande dessinée. Cantonné à des rôles de faire-valoir sa présence revêt bien souvent un caractère anecdotique. Le phénomène s’inverse fort heureusement ces dernières années et les séries ou one-shots dédiés au beau sexe alimentent de plus en plus les présentoirs de nos librairies. C’est pour cette raison que nous avons décidé de consacrer sur les prochains jours notre rubrique La BD du jour à la femme. Des récits bien différents, des profils tout aussi divers mais ce point commun de placer l’héroïne au cœur de l’action. Jeunes filles fragiles, femmes au caractère bien trempé, femmes du monde qui ont changé le cours de l’histoire, femme fortes et fatales, toutes ô combien attachantes. Elles vous accompagnerons lors de cette semaine et même plus pour vous donner à voir un autre visage de la BD !

 

 

Quelque part dans une société futuriste idéale les hommes et femmes vivent en parfaite harmonie. Pas de violence, de pauvreté, de laideur, d’infirmité, de dérèglements quelconque qui viendraient entraver ce beau fonctionnement. Mais tout n’est pourtant pas aussi rose qu’il n’y paraît. Sous la surface des choses se cachent en effet des faits moins avouables. Cette belle société ressemble bien plus à celle de Bienvenue à Gattaca. Elle divise en effet les gens en deux catégories distinctes. D’une part les super héros, qui dominent tout par leurs pouvoirs, leur invincibilité et leur immortalité, de l’autre les collapses, des hommes faibles, sans pouvoir, qui sont utilisés pour des tâches « subalternes » dans un univers sans pitié. Lorsque Gordon Ox pénètre dans un restaurant interdit, comprenez interdit pour lui simple collapse, un incident éclate. Au milieu des tables occupées par les super hommes et super femmes il tousse en crachant du sang… Le signal est donné. Puisque la race supérieure des héros ne peuvent souffrir d’aucune maladie, il apparaît évident qu’il s’est introduit à l’insu de la vigilance des personnes assurant le filtre à l’entrée. Une erreur aux conséquences semblent-elles gravissimes… Gordon Ox prendra la fuite pour échapper au sort qu’il devine sans mal…

Dakota, jeune femme super héro est une agent très spéciale qui aura la tache de retrouver ce collapse provocateur. Mais tout n’est pas aussi simple car Flaming Lips, une jeune femme super héro déviante entre en scène sauvant le collapse d’une mort certaine. La course poursuite qui verra Dakota arpenter la ville et les lieux les plus retirés de ce monde va être l’occasion de découvrir des personnages qui auront un rôle majeur dans cette série, comme Dragman, super héro lui aussi déviant mis en quarantaine, le professeur Alban, Gabriel Garden, collapse aux talents cachés qui suivra Dakota dans ses recherches ou le mortuaire Doc Bismark revenu tout droit des enfers…

Le scénario se tisse autour de la recherche de Gordon Ox mais ne se focalise pas uniquement sur cette quête. Des trames parallèles viennent enrichir et densifier l’histoire pour lui donner une consistance. Le récit sous forme de polar futuriste, mêle intrigue, super héros, sombre machination, vilains sournois et fidèles à leur réputation, érotisme soft, aventures…  Il pose aussi un nombre essentiel de questions sur l’eugénisme, le rapport fort/faible, le totalitarisme, l’effacement progressif des mémoires collectives de tout humanisme devenu archaïque… Ces questions ne sont pas forcément nouvelles, elles ont déjà été traitées fort bien par ailleurs. Pour autant le récit autour de la froide Dakota, que réchauffe sa relation avec Gabriel, possède une force d’attraction suffisante pour satisfaire amplement notre plaisir. Dans ce contexte le dessin d’Adamov trouve un territoire d’expression idéal et il s’en débrouille très bien. Le début d’une série phare ?

Dufaux et Adamov – Dakota T1 – Glénat – 2012 – 13,90 euros

Spécial « La femme en BD »

Déjà chroniqués :

La Balade de Yaya de Omont et Zhao (FEI)
La mémoire de l’eau, tome 2 de Mathieu Reynès et Valérie Vernay (Dupuis)
Chimères T2 de Christophe Pelinq, Melanÿn et Vincent (Glénat)
END de Canepa & Merli (Soleil/Métamorphose)
–  Blanche Neige de Maxe L’Hermenier & Looky (Ankama)
Les reines de sang, Tome 1 : Aliénor, la légende noire d’Arnaud Delalande, Simona Mogavino, Carlos Gomez et Erwan Le Saëc (Delcourt)

Les prochaines chroniques :

– Nous Anastasia R de Cothias, Ordas et Berr (Bamboo/Grand Angle)
– Justine : D’après le marquis de Sade de Guido Crepax et Dominique Grange (Delcourt)
– Burlesque girrrl de François Amoretti (Ankama)