Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Châteaux Bordeaux T4 : Les millésimes de Corbeyran & Espé
Livres / BD / /
La BD du jour : Châteaux Bordeaux T4 : Les millésimes de Corbeyran & Espé

Focus spécial BD et vin ou Vin et BD peu importe le sens, le plaisir est là ! Du 11 au 21 septembre, le temps d’amorcer les premières vendanges de l’année, nous vous accompagnerons dans la découverte des nouveaux opus de quelques séries anciennes et dans le lancement de nouveaux projets. Aujourd’hui la suite de la saga Châteaux Bordeaux qui tisse encore plus sa toile et nous rappelle s’il le fallait encore que travailler la vigne s’apparente parfois (et souvent) à un véritable jeu d’équilibriste…

 CB1

CBNous voilà plongé en plein cœur de l’hiver sur les terres viticoles du bordelais. Le Chêne Courbe dont Alexandra essaye, à la suite du décès de son père, de relever le niveau qualitatif des vins ne vit pas ses plus grandes heures. Et pourtant les deux frères de la jeune femme, spécialistes émérites, avaient choisis malgré des réticences affichées de participer à la restructuration de la propriété. De son côté Alexandra se devait de mieux connaitre les vins, leur spécificité et les moyens de parvenir au goût tant recherché par un travail d’assemblage précis ne négligeant pas la prise de risque. La neige envahit maintenant les champs et la vigne se doit de résister dans l’attente d’un printemps revigorant. Les spécialistes engagés pour livrer un audit de la propriété rendent leur copie et le verdict est sans appel. Pour améliorer la qualité des vins il devient vital de laisser reposer la vigne. Les terres ont trop longtemps été exploitées de manière intensive et le retour à une agriculture raisonnée laissant aux terres le soin de se refaire une santé s’impose. Qui dit mettre en repos certaines parcelles, dit aussi production moindre. Lorsque l’on sait que Le Chêne Courbe frôle le dépôt de bilan opérer ce choix devient un vrai challenge, mais peut-être bien le seul. Reculer pour mieux rebondir, telle devra être le choix d’Alexandra. Alors que les options d’exploitation se définissent, plusieurs éléments marquants vont redistribuer les cartes. Côté négatif, Claire, la femme-peste de François, l’un des deux frères d’Alexandra, demande le divorce à son époux, espérant récupérer des subsides plutôt ronds. A cela s’ajoute la défection d’un propriétaire terrien, bailleur de terres pour le compte de la SCEA Baudricourt, qui entend récupérer ses 15 hectares pour les exploiter à son compte. Coup dur assurément. Côté positif, Alexandra commence à s’entourer de spécialistes compétents qui semblent capables d’inverser la spirale négative du Chêne Courbe, devenu, à l’entrée du nouveau millénaire, l’ombre de lui-même. Et puis… un petit coup de pouce du destin en la personne d’un vieil ami de la famille dont Alexandra découvre qu’il entretien à la demande de son défunt grand-père des terres sur l’île de la propriété… permettant de mettre à disposition une parcelle inexploitée de laquelle Alexandra entend bien  tirer une cuvée spéciale…

Avec ce nouvel opus de cette saga familiale dans le milieu du Bordelais Corbeyran et Espé nous livrent une copie des plus aboutie. Dans la façon de tisser l’intrigue tout d’abord en dosant avec subtilité les évènements force et les rebondissements. Dans cette faculté à se servir de la trame scénaristique pour proposer de glisser çà et là des éléments « techniques » de la vigne sans que cela ne s’apparente à un cours magistral, dans la construction des personnages que l’on semble connaitre maintenant depuis toujours. Cerise sur le gâteau les deux auteurs suivent le rythme des saisons et nous offrent donc avec ce volet placé au creux de l’hiver, des paysages sublimes dans lesquels le talent d’Espé fait mouche. Le jeune dessinateur a étudié avec minutie le jeu de lumière, le paysage graphique des terres viticoles saison par saison et parvient donc à offrir ce dessin réaliste qui sied parfaitement à cette série qui prend véritablement le temps, à l’image du vin qui s’élève patiemment en barriques. Au-delà des grandes familles Baudricourt ou Dorgemont et des personnages qui évoluent dans ce récit, le terroir s’affirme comme un personnage à part entière qui se couvre d’un duveteux manteau blanc dans la saison froide avant qu’il ne s’épanouisse aux premières raies de lumière chaude du printemps et qu’il affirme enfin le potentiel que l’on attend de lui. Une franche réussite !

Corbeyran & Espé – Châteaux Bordeaux T4 – Glénat – 2013 – 13, 90 euros