MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Le Jardin de Daubigny de Bruno de Roover et Luc Cromheecke (Ansp…

La BD du jour : Le Jardin de Daubigny de Bruno de Roover et Luc Cromheecke (Anspach)

Peintre méconnu, Daubigny a inspiré nombre d’artistes de son époque, Van Gogh et Sisley entre autres, excusez du peu. L’homme a mené sa existence durant une vie où les plaisirs de peindre (la nature) et de vivre (insouciant et épicurien) l’ont peut-être éloigné d’une plus grande renommée. Découverte d’un maître.

Il partait peindre sur son rafiot, pour ne pas s’infliger les longueurs et la monotonie du travail en atelier, pour se rapprocher au plus près de cette nature qu’il peignait sans jamais s’en lasser. La mémoire collective n’a pas forcément retenu le nom de Charles-François Daubigny comme le peintre majeur qu’il fut pourtant. Influence de Vincent Van Gogh ou d’Alfred Sisley, il devait aussi et surtout prendre part au développement de l’impressionnisme qui allait marquer une époque. Pour retracer la vie de ce peintre de l’ombre, Bruno de Roover et Luc Cromheecke peignent neuf tableaux, ou brefs chapitres précédés d’une ouverture et d’un dossier documentaire réalisé par Agnès Saulnier, responsable du musée Daubigny à Auvers-sur-Oise, où le peintre a séjourné régulièrement à partir du début des années 1860.

Neuf tableaux qui mettent en scène les grandes étapes de sa carrière : du voyage en Italie (1835-36) en passant par ses séjours à Fontainebleau et son installation à Auvers-sur-Oise où il construira une maison-atelier pour laquelle il fera appel à ses amis Corot, Daumier et Oudinot. Le récit fluide permet une immersion dans l’univers du peintre, avec légèreté mais aussi beaucoup de sensibilité. Il révèle un peintre épicurien, amoureux des bonnes choses et d’une nature qu’il n’a cessé de mettre en scène dans ses tableaux. A l’heure où les projets éditoriaux font la part belle à la biographie des grands peintres de notre patrimoine, Le Jardin de Daubigny qui tire son nom du tableau éponyme de Vincent Van Gogh peint en 1890, s’inscrit dans les bonnes références, sans prétention mais avec beaucoup d’humanité. Un projet qui donne l’envie de vagabonder sur les terres qui ont inspirées le peintre !

Bruno de Roover et Luc Cromheecke – Le Jardin de Daubigny – Anspach


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...