MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Le vagabond des étoiles de Riff Reb’s (Soleil)

La BD du jour : Le vagabond des étoiles de Riff Reb’s (Soleil)

Lorsqu’il décide de travailler à une adaptation littéraire Riff Reb’s pense souvent aux grands auteurs classiques baignés d’aventure. London revient inévitablement. Par sa capacité à construire des personnages durs ou endurcis. Dans Le vagabond des étoiles publié un an avant la disparition de London, le héros flirte avec la mort, physique et psychique, avant de trouver une lucarne de lumière qui va lui faire supporter l’improbable…  

Darrel Standing n’aurait jamais dû finir sa vie en prison dans l’attente d’une exécution à venir. Brillant ingénieur agronome, professeur à l’école d’agriculture en Californie, il tue pourtant, pour des raisons qui échappent à tous, lui compris, un de ses collègues. La descente aux enfers débute pour le jeune professeur, enfermé dans la prison de San Quentin. Un enfer qui n’allait que s’accroître après qu’il fut mêlé à une tentative d’évasion. Mis en isolement dans une partie de la prison baptisée « couloir des morts-vivants » dans une cellule d’à peine 3 mètres carrés et demi, il subira le supplice de la camisole de force dont ses geôliers se feront le plaisir de serrer toujours plus fort les lacets. Pour adoucir cette torture physique et psychologique, Darrel Standing va tenter l’expérience de l’autohypnose, une pratique qui lui permet de fuir au loin, de vagabonder dans les lieux et les époques…

Avant sa mort, Jack London s’attèle à l’écriture de The Star Rover (Le vagabond des étoiles). Il y dévoile ce qu’est l’univers carcéral aux Etats-Unis et notamment les souffrances infligées aux prisonniers. Si ce texte lui tient à cœur, c’est que lui-même a connu l’enfer de l’enfermement. Ce qu’il raconte n’en devient que plus réaliste dans les détails même insignifiants. Riff Reb’s aime se frotter à l’exercice de l’adaptation littéraire. S’il adapte London qu’il a déjà revisité de façon magistrale sur Le Loup des mers (2012) dont vous pouvez lire notre chronique accompagnée d’une interview vidéo de l’auteur, c’est d’abord qu’il aime se plonger dans les classiques de la littérature, mais aussi car il avoue un penchant pour l’œuvre de London et au-delà pour l’homme. Un homme de conviction qui exécrait l’injustice. Pour construire son récit, Riff Reb’s opte pour une division en chapitre et un traitement des couleurs qui épouse parfaitement la trame. Il donne surtout une dimension à son personnage dont il restitue la souffrance, la défiance et l’espérance. Une adaptation magistrale qui dénonce, à l’image de l’écrit de London, les violences de l’enfermement mais aussi la capacité de l’homme à s’évader par l’imaginaire. Un imaginaire qui peut n’avoir aucune limite…

Riff Reb’s – Le vagabond des étoiles (d’après Jack London) – Soleil – 2019    


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...