MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Visa Transit de Nicolas de Crécy (Gallimard BD)

La BD du jour : Visa Transit de Nicolas de Crécy (Gallimard BD)

Les voyages forment la jeunesse, dit le dicton. Pour Nicolas de Crécy, partir sur les routes vers le sud de l’Europe et de l’Europe de l’Est s’est imposé comme un défi à relever lorsque sa tante lui demande d’enlever de son jardin la vieille Visa qui rouille patiemment au grès des pluies et des vents. Avec son cousin, le dessinateur relève le challenge, direction l’Italie et plus loin encore !

Au départ un pari un peu fou, partir le plus loin possible avec ce qu’il reste d’une vieille visa laissée comme cadeau par une tante qui souhaitait s’en débarrasser. La voiture n’a pas le lustre de ses débuts. C’est peu de le dire : « Moteur déficient, rouillé aux flancs, véritable poubelle… Il lui manquait deux roues. Elle avait roulé fidèlement 170 000 km. » Et pourtant c’est avec cette voiture en fin de vie que Nicolas de Crécy et son cousin s’embarquent avec pour objectif l’Europe Orientale en passant par l’Italie. Sur les sièges arrière et une partie du coffre trône une bibliothèque improbable composée d’écrits divers et notamment la poésie d’Henri Michaud qui fleurit au fil des pages. Ce road-trip initiatique, à l’image de ceux que tout jeune homme de bonne famille accomplissait au dix-neuvième siècle et même plus tôt pour goûter la vie et gagner en expérience avant de se fixer, revêt des accents improbables voire surréalistes.

Une station-service dénichée juste avant l’assèchement du réservoir de la Visa que les deux hommes ne parviennent pas à retrouver sur le chemin du retour d’un périple non souhaité, les passagers d’une camionnette qui déroulent fièrement leurs tapis à vendre presque en plein désert au réveil d’une nuit passée sur le toit de leur voiture ou encore la Visa dont le moteur fumant semble définitivement rendre l’âme avant de redémarrer au premier tour de clés. Les voyages possèdent leur part de mystères qu’il est impossible de rationnaliser, même plusieurs années plus tard. Pour Nicolas de Crécy, ce projet le rapproche du réel. Un réel qu’il évite souvent mais qui devient essentiel ici. D’abord car ce périple est un défi de mémoire. Se rappeler d’un temps passé et tenter d’en restituer la saveur et la fraicheur. Ensuite car il oblige à éviter le piège du basique récit de voyage sous forme de carte postale. A ce petit jeu, le dessinateur excelle par son trait fragile et expressif, par le rendu des expressions et la panoplie des portraits des personnes rencontrées en cours de route, par aussi des flashbacks fort à propos qui recontextualisent le rapport entre Nicolas et son cousin. La Visa, voiture improbable, devient le troisième personnage de ce récit qui parvient ici au terme de sa première partie. A suivre !

Nicolas de Crécy – Visa Transit – Gallimard BD


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...