MaXoE Festival 2019MaXoE Festival 2019 MaXoE Festival 2019
Le premier concours du MaXoE Festival 2019 concerne un jeu de foot, alors que nous sommes actuellement en pleine Coupe du monde féminine de football 2019. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain, vendredi 21 juin 2019 à minuit, nous vous proposons de gagner un code PS4 pour l’excellent PES 2019 ! Le jeu, dont vous pouvez lire notre test ici, fait bien-sûr parti de la Sélection Jeux Vidéo du Festival et vous pouvez tenter votre chance de gagner votre code ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > L’écorce des choses, l’interview de Cécile Bidault
Livres / BD / /
L’écorce des choses, l’interview de Cécile Bidault

Nous vous avions présenté cet album très touchant d’une petite fille sourde dans la France des années 70. Ces années où la langage des signes ne pouvait pas être enseigné. Nous remettons cet album en avant en vous proposant l’interview de l’auteure !

Jeune illustratrice, Cécile Bidault a travaillé L’écorce des choses pour son projet de fin d’étude. Pour cet album elle se place dans la situation de la petite fille coupée des sons du monde extérieur pour tenter de percevoir et de faire prendre conscience du handicap qui la frappe. Pour cela, et hormis quelques mots qui posent le contexte en début d’album, elle propose un récit entièrement muet. Dans ce contexte le récit aurait très vite pu virer au pathos. Pourtant c’est exactement l’inverse. Car la jeune fille va très vite s’approprier l’espace qui l’entoure, un environnement fait des merveilles d’une nature protégée. Elle fera aussi la rencontre d’un jeune garçon de son âge avec qui elle déambulera sur les chemins et dans la forêt en quêtes de mirifiques aventures. Un équilibre délicat va pourtant s’installer dans cette famille venue pour se rapprocher. Les disputes entre les deux parents se font de plus en plus violentes. Même si la jeune fille perçoit les changements dans l’attitude de sa mère, elle ne mesure pas ce qui se joue réellement sous ses yeux. Un récit qui se veut positif sur le handicap mais qui ne l’occulte pas. Le dessin proposé, d’une poésie virant parfois à l’onirisme capte la magie d’instants fragiles. Il laisse voir, par moments, des pleines ou doubles planches d’une densité remarquable, qui ne virent jamais dans la démonstration mais donne sens à une histoire attachante et poignante d’une petite fille qui n’a pas perdu cette faculté à s’émerveiller. A noter, en fin d’album un petit historique présentant la langue des signes et la difficulté à la faire passer dans la loi comme langue à part entière pouvant être enseignée aux enfants sourds. Un travail remarquable pour un premier projet.

Cécile Bidault – L’écorce des choses – Warum

L’interview