Nous avons décidé sur MaXoE de vous proposer une série de dossiers sur DC Rebirth. Cet univers a débarqué en librairie et en kiosque, et il est parfois difficile pour les lecteurs de s’y retrouver. C’est une spécialité des comics de super-héros, Marvel arrive très bien aussi à brouiller les pistes pour le commun des mortels.  Un peu d’explications peut-être. L’idée avec Rebirth, c’est de donner un nouveau départ à toutes les séries de ... En savoir plus !
Plongée en univers féérique…

Elfes, fées et sorcières. Tout un monde mythologique qui a déployé ses légendes à travers les âges et les cultures pour nous parvenir fort de ses histoires locales, ses divergences et ses croyances sans cesse renouvelées. Katherine Quenot explore les trois sujets avec rigueur mais non sans pédagogie, sans ce souhait de se rendre accessible au plus grand nombre pour partager un savoir hérité de lectures, de l’analyse de toute une iconographie riche et plurielle. Bref plongeons sans retenue dans cet univers féérique et mystérieux des fées, des sorcières et des Elfes !
 
 
 
ElfesElfes, fées, sorcières. Toutes ces entités qui appellent au merveilleux existent bel et bien, dans la richesse de la nature que nous n’observons plus comme il se devrait, ou dans nos imaginaires individuels ou collectifs. Tout n’est qu’un angle de vue et si nous devons en croire les textes qui nous sont parvenus depuis la plus haute antiquité, ces êtres peupleraient massivement nos vertes prairies, les bordures de lacs ou d’étangs ou encore les forêts mystérieuses qui regorgent d’évènements troubles compilés au fil des ans.
 
Katherine Quenot nous offre en cette fin d’année trois opus qui entendent, si ce n’est faire toute la lumière sur les Elfes, les fées et les sorcières, nous apporter des éléments de réponse à nos questions éparses en la matière. Nous avons tous entendu parler de ces êtres fantastiques au travers des légendes, contes ou la parole d’anciens qui la tenait eux-mêmes d’aïeux plus ou moins lointains. En grande érudite en la matière Katherine Quenot endosse le rôle de vulgarisatrice pour dresser un panorama quasi exhaustif, même si le but affiché n’est pas de fouiller chaque sujet de manière encyclopédique mais plutôt de nous y intéresser.
 
Très richement illustré, Le livre secret des Elfes nous propose une véritable plongée dans un monde qui pourrait nous sembler connu mais qui révèle bien des zones d’ombres. Katherine Quenot se fait donc pédagogue, sans dresser un tableau complet de son sujet, qui pourrait devenir un brin hermétique pour le lecteur, elle revient aux bases : Les Elfes appartiennent à l’espèce des Elémentaires, Les Elfes sont apparus sur Terre pour aider à sa formation, Les Elfes ont néanmoins un corps (qui peut devenir) visible, Les Elfes ressemblent à des copies miniatures de l’espèce humaine. Telles sont les mini-articles qui composent la première section généraliste de cet ouvrage. On y creuse ensuite certaines problématiques sur ces êtres singuliers (Morale des Elfes, pouvoir, sexualité…). La seconde partie présente quant à ellesorcières les différentes espèces d’Elfes (Elfes des bois, des eaux, des montagnes, des haies, des sables, des bois mutant, des marais…). La troisième partie aborde les aspects psychologiques chez les Elfes avant que ne soit présenté un focus sur l’organisation de la société elfique… Bref au fil des pages nous devenons familiers de ces êtres étranges. Une réussite qui doit aussi au dessin proposé par Civiello : pleines pages, doubles-pages, cabochons, crayonnés… Le tout composé avec une fantastique utilisation de la couleur qui nous immerge véritablement dans cet univers si peu connu de nous et qui devient pourtant plus familier après la lecture de cet ouvrage indispensable !
 
Avec Le livre des apprenties sorcières Katherine Quenot aborde de façon ludique un autre sujet tout aussi peu connu de nous au regard de la richesse de ses thématiques rattachées, de l’historique de la pratique et de ses sombres secrets développés sur tous les continents. Bref encore un sujet qui méritait un développement, Katherine Quenot nous le propose sous la forme d’un manuel scolaire destiné aux sorcières en herbe de niveau 1 ! d’un point de vue formel chaque section de ce manuel se décompose en études de textes, leçon proprement dite avec des petits encarts « Je m’exerce à penser », « Vocabulaire », « J’en sais plus », « Observez ». La leçon numéro 1 est dédiée à la fameuse question généraliste « Qu’est-ce que la sorcellerie ? », la seconde à « Découvrir l’histoire de la magie et de la sorcellerie ». Sont présentés ensuite Les grimoires et les envoûtements. C’est richement détaillé et là encore soutenu par une iconographie composée par Civiello qui ajoute l’image au texte en renforçant l’effet voulu. C’est efficace, abordé sans prétention tout en restant précis. Un bel ouvrage.
 
Le vrai visage des féesLe vrai visage des fées demeure peut-être la plus ambitieuse des trois références. Dans cet épais recueil, Katherine Quenot aborde un thème lui aussi assez obscur dès lors que l’on décide de s’y plonger de façon sérieuse. Les connaissances de l’auteure, qui compile depuis des années tout ce qui touche de près ou de loin à la thématique, dans toutes les cultures, principalement européennes, sont précieusement compilées et restituées ici. Comme elle le dit dans son introduction, « Nous ne pouvons avoir une bonne vision des fées car nous les voyons avec nos yeux d’humains. Les fées, elles, peuvent voir le monde avec des yeux d’humains, mais aussi avec des yeux de grenouilles, ou la sensibilité d’une plante, ou même à travers le ressenti d’une pierre. Elles peuvent voir le monde de tous les points de vue à la fois, mais il s’agit toujours d’un point de vue immédiat et sensoriel. Leur connaissance vient de l’instant, vibrant et vivant, au contraire de nous, qui passons sans cesse notre vécu à travers le tamis de nos pensées et de nos souvenirs. C’est ça, être une fée ». Katherine Quenot nous présente ainsi toutes les sortes de fées issues principalement des cultures bretonne (Sènes) et irlandaise (Fairies) mais aussi indienne (Apsaras), perse, serbe, scandinave, écossaise… Des fées dont elle décortique les apparences physique et comportementale, les mœurs, leur mode de vie et leur rapport au monde réel mais aussi les accusations dont elles ont été la cible… Un ouvrage qui puise dans une iconographie essentiellement du XIXème siècle qui lui donne une patine et laisse entrevoir l’intérêt ancien pour le sujet. Une petite référence en la matière qui a pris le soin de revenir aux sources et là n’est pas la moindre de ses qualités !
 
Katherine Quenot – Le livre secret des Elfes – Glénat – 2013 – 25,50 euros
Katherine Quenot – Le livre d’école des apprenties sorcières – Glénat – 2013 – 30 euros
Katherine Quenot – Le vrai visage des fées – Hugo et Cie – 2013 – 14, 95 euros