MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Polar(s) de la Semaine : Sales Blancs de Stephen Hunter

Polar(s) de la Semaine : Sales Blancs de Stephen Hunter

Chaque Lundi, Mister Blue partage avec vous ses envies de lecture en vous présentant un ou deux polars qui ont retenu son attention.

L’histoire

Lamar Pye est un criminel endurci qui purge une peine de perpétuité au pénitencier de McAlester, dans l’Oklahoma. Détenu extrêmement violent, il est le prince du gang des Dirty White Boys (les sales blancs du titre français). Il purge notamment sa peine avec son cousin Odell, un véritable colosse attardé mental qui lui obéit au doigt et à l’œil, et Richard Peed, un jeune artiste fragile incarcéré pour avoir crevé les yeux de sa mère, que Lamar a pris sous son aile.
Suite à un problème avec les Dirty White Boys qui complique sérieusement la vie de Lamar au sein de la prison, les trois hommes vont s’évader et entamer une cavale à travers le Texas, multipliant les braquages et les meurtres.
Ils seront traqués par le sergent Bud Pewtie, un flic sans pitié qui tentera de mettre fin à leurs agissements.

 Pourquoi on a envie de le (re)lire

Stephen Hunter est, comme beaucoup d’écrivains de romans policiers, un ancien journaliste.
Il travailla notamment au Baltimore Sun et au Washington Post, où il remportera, pour ses critiques de cinéma, un prix Pulitzer de la critique.
Il est l’auteur de nombreux romans au style d’ailleurs assez cinématographique, ce qui n’est sans doute pas un hasard.
Fan d’armes à feu, son personnage récurrent, et le plus célèbre, est Bob Lee Swager, un tireur d’élite vétéran du Vietnam. Il a aussi mis en scène son père Earl Swagger dans plusieurs romans.
Les romans de Stephen Hunter se passent généralement dans le sud des Etats Unis, dans ce Dirty South qui est un terreau fertile pour les romans policiers.
Ce sont des livres très violents, tout comme les personnages qui les peuplent.
Avec un roman de Stephen Hunter, attendez vous à des personnages bien construits, à la psychologie travaillée, mais surtout à une bonne dose d’action et de violence, avec des fusillades épiques qu’on croirait sorties d’un film de Sam Peckinpah.
Bref, du polar avant tout divertissant, tout en restant intelligent, ce qui est somme toute assez rare.
Sales Blancs est de cet acabit.

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...