Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Quand la BD revisite le sport (1ère partie)
Livres / BD / Sports /
Quand la BD revisite le sport (1ère partie)

La BD a toujours puisé dans le sport pour alimenter ses scénarii. Le rugby et son esprit champêtre en est le meilleur exemple autour d’une série phare comme Les Rugbymen. Deux albums nous sont proposés en ce mois de mai finissant autour du tennis et du football. A lire pour se donner l’envie de tâter la balle ou le ballon !

 match_planche04

match_couvertureNous voilà arrivés dans cette période de l’année propice aux grands évènements sportifs, qui, de la fin de la saison footballistique en passant par les phases finales héroïques du championnat de France de rugby, nous dirige vers ces images toujours plus fortes de l’énergie déployées par des hommes et des femmes luttant contre les éléments sur une terre battue chaude. Roland Garros reste peut-être le tournoi mythique par excellence. Peut-être parce qu’il est le plus compliqué à remporter car il suppose un physique hors norme. La faute justement à cette terre battue qui fait de lui le tournoi majeur où les balles sont les plus lentes. L’adversaire peut ainsi, mieux qu’ailleurs, retourner plus souvent la balle. Les aces ne s’enchaînent pas façon mitraillette comme sur le gazon de Wimbledon, les accélérations de coup droit ravageuses n’ont pas le même impact qu’à l’US Open ou même qu’à l’Open d’Australie. Bref Roland Garros reste un mythe, une montagne que seuls les plus grands sont parvenus à franchir et encore pas tous puisque McEnroe s’y est cassé les dents tout comme les autres joueurs d’attaque tels le Suédois Stefan Edberg, l’Allemand Boris Becker ou le Français Henri Leconte.

Pour cette raison retrouver Coste sur le Central de ce tournoi face au redoutable Jones mérite une attention de chaque instant. Coste c’est un peu la force tranquille. Un physique d’ours polaire dont on se demande comment il peut lui permettre de se mouvoir sur une surface aussi exigeante que celle de la Porte d’Auteuil. Il a pour lui la force de ses kilos et peut-être l’envie de casser les pronostics. Face à lui Jones, affuté comme un gros matou, semble prêt à relever le défi, et même plus, à humilier son adversaire en ne lui laissant pas la chance de s’exprimer. Le match parait déséquilibré au possible et l’issue ne fait aucun doute, pourtant et malgré les évidences, un match dure bien trois sets et les retournements peuvent toujours survenir…

Match est un défi pur comme aime à les relever Grégory Panaccione. L’album sur près de 300 pages retranscrit en effet l’intégralité d’un match point par point avec, au milieu, les doutes, les pensées fugaces et les espoirs retrouvés du héros de cet opus. Ceux qui ont déjà pratiqué ce sport reconnaitront les tics et mimiques propres à ses adeptes. Le tirage au sort à la raquette avec le W de Wilson, la banane déposée sur la chaise pour apporter son supplément d’énergie, les coups de raquettes sur la tranche des baskets pour laisser retomber le surplus de terre qui aurait trouvé refuge dans les interstices de chaque semelle. L’esprit de Coste passe aussi par plusieurs phases, du doute profond aux pensées noires, en passant par les rêves de victoire. L’obstacle parait pourtant infranchissable, car Jones n’est pas là par hasard et il ne saurait trop le faire rappeler lorsque les points et les jeux défilent. 1 jeu à zéro, puis 2-0, 3-0, 4-0, 5-0 et jusqu’à l’effroyable et humiliante roue de bicyclette. Coste vivra cette solitude du joueur impuissant face à un véritable roc. Lorsqu’il lève les bras au ciel croyant enfin avoir mis hors d’atteinte son adversaire, il voit pourtant la balle revenir « comme à l’entrainement » dans un passing shot trop facilement exécuté. Panaccione arrive à faire vivre son personnage en quelques traits sans dialogue, dans l’intimité de sa solitude sur le central de ce grand tournoi. Les 300 pages se lisent sans longueurs. On souffre avec Coste, on ressent aussi la chaleur du court martelé par un soleil de plomb, et on se dit que finalement, dans un match de tennis qui pourrait paraitre ordinaire, il peut se passer bien des choses. Panaccione livre-là un opus à lire de toute urgence pour apprécier encore mieux la saveur de ces duels retranscrits en ce moment même sur notre petit écran…

Panaccione – Match – Delcourt/Shampooing – 2014 – 11,50 euros

 

TataneLe foot reste l’un des sports les plus populaires. Peut-être parce qu’il se vit comme un langage universel. Tous les gamins en âge de marcher sur les cinq continents ont un jour tapé dans une balle, une boite de conserve, ou tout autre objet dans le but de défier d’autres adversaires en culottes courtes et marquer un but dans des cages symbolisées par des vestes ou des sacs posés sur le sol. Puis viennent les images de matches homériques qui restent en tête, pour les quadra la coupe du monde 82 en Espagne avec cet attentat sur Battiston, ces buts venus d’ailleurs de Marius Trésor ou du joueur de poche Alain Giresse. Pour les plus jeunes 1998 et la victoire de l’équipe de France chez elle face à l’ogre brésilien et ses joueurs fabuleux à la technique et au sens du jeu innés.

Le foot laisse beaucoup d’images en tête. Essentiellement car il reste un sport aux règles vite assimilables par la plupart d’entre nous. Tatane, dans cet esprit, est là pour redonner du plaisir aux amoureux du foot qui pratiquent ce sport en instaurant des variantes qui amèneront un surplus de magie à des parties disputées entre amis. Le principe est simple : 1) Choisir au hasard une page des règles « Tatane », 2) Lire la règle à voix haute, 3) Echanger avec les joueuses et joueurs de son équipe à propos des avantages et des inconvénients de la règle. 4) Commencer le match… et marquer des buts autrement, 5) A répéter sans fin, partout, dès que possible. Ainsi et pour vous donner quelques exemples concrets de ces variantes, vous trouverez au détour de cet album, La Barça qui se définit ainsi : Dans le cours du jeu, huit passes consécutives valent aussi un but. Les une-deux ne peuvent pas être inclus dans le décompte. Sinon, vous pouvez aussi dribbler toute l’équipe comme Lionet Messi mais c’est plus difficile ou encore La Pieds carrés dans laquelle les joueurs inversent leurs chaussures pied gauche, pied droit, La Éric Cantona qui dit qu’une réclamation faite avec talent et poésie peut faire annuler un but encaissé. Au total cinquante règles alternatives sont proposées aux amateurs de foot qui pratiquent ce sport. Même si nous ne les avons pas encore testées ces règles, à leur simple lecture, laissent présager des parties sympas et détendues.

D’un point de vue formel cet album de 120 pages se compose d’une partie texte à gauche qui explique la règle et d’une partie dessin à droite qui donne à voir une illustration ou réinterprétation de celle-ci par des auteurs talentueux : Pénélope Bagieu, Charles Berberian, Bouzard et Jul. Un album original pour les amoureux de foot à mettre en pratique avant ou après la coupe du monde !

Collectif – Tatane, pour un football durable et joyeux – Gallimard – 2014 – 14 euros