Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > La Playlist de MaXoE : Axel and The Farmers, Tété, Catherine Major
Musique /
La Playlist de MaXoE : Axel and The Farmers, Tété, Catherine Major


Trois artistes. Tous les styles, les horizons, sans les ficelles, ni les compromissions, au son de ce rendez-vous éclectiquement électrique. L’actualité du disque, mise en mots et en musique. Branchez vos casques.

Tété – Le Premier Clair de l’Aube – Jive/Epic (22 Fevrier 2010)

Tété tatonne ? Ce trotteur du globe, que l’on avait découvert un peu par hasard avec un premier album soyeux, L’air de rien, dix ans déjà, pompe encore de l’air. Rassurez-vous. Les poumons pleins, l’artiste se penche cette fois sur une Amérique qu’il connait, et qui hélas se meurt de solitude dans son Blues pas fort à l’expat’. Portland, point de chute. Sur sa route, Tété a croisé des gueules, bu et pris des coups, dans des bars au ciel de cendres (« Une nouvelle réalité » pour lui). Tenant soin sur scène, Ad libitum, de désaccorder sa guitare pour mieux s’accorder avec lui-même. Lui, ce song-folker, bercé par les grands jazzmen et les dodelines des Beatles, dont il tire ce penchant immodéré pour les arrangements chargés. Forget, forgot, forgotten.

Lui, revenu au point zéro de sa création, qui se dénude, se dépouille, éclaircit son timbre sur douze titres totalement investis. De lui-même, on l’aura compris. Son Premier Clair de l’Aube ? Jolies romances parfois (1770, Le Bal des maudits), single rondelet (L’Envie et le Dédain), refrains pressés souvent, par des dissonances country (Bye bye), ou à d’autres étages (Maudit Blues). On pardonnera à l’homme ses courbes manuscrites, au propos quelque peu diffus (il confesse : « En France, pays de lettres et de sciences, le public veut toujours comprendre les paroles »). Sic. Peut-être par souci de déplaire à la facilité. Alors là, on approuve. L’artiste.

Appréciation :

Catherine Major – Rose Sang – L’autre (25 janvier 2010)

Vous connaissiez La Grande Sophie. Éreintante. Découvrez la petite Catherine. Même timbre fluet, aucune rêverie dans la pratique musicale et des compos lourdes de suffisance. C’est assez pour résumer un deuxième album, Rouge Sang, qui parle avec des syllabes aux lectrices de Elle, de leur gris quotidien, entre pleurnicheries de nunuches trompées, et grosse sature de la vie, qui tournent en boucle, on parie fort, sur France Inter.

Catherine Major cite majuscule Gainsbourg, Ferré, de la francophonie pas conne qu’elle, québécoise, déforme dans un accent, un excès de féminisme las. « Dans l’au-delà, on s’ennuie ferme » minaude-t-elle dès les premiers coups d’un piano saoulé de noires. On s’ennuie ferme, sur terre aussi, en l’écoutant. C’est ainsi. Catherine Major, une découverte minor.

Appréciation :

Axel and The Farmers – Dance Hall – BleepMachine (18 janvier 2010)

Revoilà Axel et ses fermiers. Pas franchement fan de leur première ébauche discographique (lire notre critique), c’est avec une moue plus que dubitative que nous accueillons le Maxi Dance Hall, prélude d’un album à paraitre cette année. A dire vrai, on n’est pas vraiment pressé.

Dance Hall, c’est cinq redites du même titre, une pop élastique et dansante qui tire vers l’électro, tantôt remixée (intérêt proche du néant), tantôt jouée sereine en Live (copie carbone du produit studio, mais bon…). Coincé entre des rééditions poisseuses, le très zen Bottle of Rain, ses percussions synthétiques et sa métrique planplan, ferait presque office de réussite. Bref, un disque qui se perd et que l’on ne s’empresse pas de retrouver. Bis.

Appréciation :

En Bonus dans la Playlist…

Et puis comment passer à côté de Band of Skulls (« Baby Darling Doll Face Honey »), dont les gros riffs b(l)ueseux et ces psalmodies bavasses font revivre l’esprit seventies, Chris Garneau (« El Radio »), garnement folk un rien grincheux de la vie, artiste fétiche comme la mer à sa barque. Deux découvertes. Et puis passons à côté d’Erin mcKeown, madame et sept albums au compteur. Le huitième, « Hundreds of Lions », entre jazz (en restant poli) et pop, sent le fauve. Fatigué.


Initialement publié le 07.04.2010