MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > La Playlist : Doctor L, Ez3kiel, ZZ Top
Musique
La Playlist : Doctor L, Ez3kiel, ZZ Top

 
Après deux semaines passées sous le signe des zombies, nous voilà de retour pour nos explorations musicales …
 

We Got Lost
 
Artiste : Docteur L 

Genre : pop/électro

Label : comete records

Date de sortie : novembre 2012

Web : http://afrocomet.blogspot.fr

Notre avis : Doctor L est un bien curieux personnage. Il fait partie de ces explorateurs de sons, d’influences, de racines diverses. Il en fait une sorte de mélange savoureux, une osmose tellement difficile à obtenir que n’importe quel autre construirait un album sans queue ni tête, sans âme, sans liant. Il est vrai que la galette nous offre des horizons tellement différents qu’on pourrait, à la première écoute, croire au melting pot sans intérêt. Il  n’en est rien car il existe un fil conducteur à tout cela, une forme de ligne artistique, une patte presque imperceptible qui fait que l’on écoute chaque morceau religieusement. Les premières pistes font la part belle à des guitares retenues appuyées par des basses bien profondes. Les voix se perdent dans les tréfonds de la soul américaine et l’orchestration fait des yeux doux aux sonorités anciennes. On aime beaucoup. Alors qu’on l’on avait l’impression d’être sur un rocking-chair, sous la véranda, voilà que no more prison nous assène une retentissante gifle : la basse se la joue électronique, la rythmique est terriblement syncopée, tout cela nous emmène sur une autoroute du son. L’artiste se permet aussi des incartades acid-jazz voire jazz tout court pour mieux nous dérouter, nous surprendre. La recette est efficace, elle pourrait ne pas plaire à tout le monde mais elle ne peut laisser indifférent.

Appréciation :  4

 

 

The Naphtaline Orchestra
 
Artiste : EZ3kiel

Genre : pop/classique

Label : Kika

Date de sortie : 8 octobre 2012

Web : http://www.ez3kiel.com

Notre avis : Ez3kiel est un groupe à part depuis sa création. Leur créneau ? De la pop sombre, parfois lente, parfois rythmée mais toujours exploratrice de sons et d’ambiances. Alors que leurs premières oeuvres s’inspirait largement de l’électro, le groupe a pris, petit à petit, un virage rock bien prononcé avec les albums Naphtaline et Battlefield. C’est toujours dans cette quête de nouvelles expériences que le projet Naphtaline Orchestra est né. L’idée est de reprendre des morceaux, essentiellement de l’album Naphtaline, avec une formation classique du conservatoire de Grenoble. Bien sûr, cela s’est déjà vu, cela s’est déjà fait mais le tour de force du groupe, c’est de produire une musique toujours fidèle à ses origines. La formation classique ne travestit pas la vérité et c’est tant mieux. Il suffit d’écouter Adamantium pour s’en convaincre. L’énergie est palpable, sans concessions, sans compromis, brute. Ainsi, cet album (constitué d’un live de la formation en CD et DVD) est une petite perle. Et puis alors que le groupe sait manier la rudesse, il montre aussi que les orchestrations plus fines, les balades le long d’une corde seule sont aussi dans le champ des possibles. L’harmonie a lieu entre la formation initiale et cette bande de musiciens classiques, on y prend beaucoup de plaisir, vraiment …  

Appréciation :  4

 

 

Video de la semaine 

ZZ top a sorti un nouvel album. Ben oui, les vieux sont encore là. Nous en ferons une chronique assez rapidement. En attendant, séquence souvenirs …