MaXoE > RAMA > News > Cinéma / DVD > Reprise de la 58e Semaine de la Critique à La Cinémathèque française
Cinéma / DVD
Reprise de la 58e Semaine de la Critique à La Cinémathèque française

Le 72ème édition du Festival de Cannes s’est achevée le mois dernier, mais il est toujours possible de voir les films qui ont été présentés lors de l’événement.

La semaine dernière nous vous indiquions que les films de la Quinzaine des Réalisateurs 2019 étaient projetés au Forum des images ; depuis hier, la 58e Semaine de la Critique s’est installée à La Cinémathèque française.

La Semaine de la Critique renouvelle sa collaboration avec La Cinémathèque française et propose au public de découvrir en exclusivité les films de la 58e édition du 5 au 12 juin. Avec une sélection de 15 courts métrages et 11 premiers et seconds longs métrages, cette 58e Semaine de la Critique affirme son appétit de découverte avec 8 premiers films.

Venus d’Amérique du Nord, d’Amérique Latine, d’Afrique du Nord, d’Asie ou d’Europe, le cru 2019 de la Semaine de la Critique offre cette année encore une diversité étonnante de films qui s’écartent des chemins habituels du cinéma pour nous emmener ailleurs. Au cœur d’un quotidien familier dans Litigante de Franco Lilli, en Bosnie, avec le déroutant Les héros ne meurent jamais d’Aude Léa Rapin, au Guatemala à la recherche des disparus de la dictature militaire avec Nuestras Madres (Our Mothers) de César Díaz (Caméra d’or), dans de grands espaces désertiques en quête d’un terroriste dans Abou Leila de Amin Sidi-Boumédiène et aussi au Maroc dans Le Miracle du Saint Inconnu de Alaa Eddine Aljem qui montre autrement la réalité profonde d’un pays, au Costa Rica avec la jeune héroïne de Ceniza Negra (Cendre noire) de Sofía Quirós Ubeda.

Au programme également : science fiction (Vivarium de Lorcan Finnegan), thriller haletant (A White, White Day de Hlynur Pálmason), une magistrale saga familiale (Dwelling in the Fuchun Mountains de Gu Xiaogang), les vibrations de l’amour et ses aléas avec Tu mérites un amour de l’actrice Hafsia Herzi, réalité impossible et poésie dans J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin (Grand Prix Nespresso)15 courts métrages seront également présentés, dont 2 séances spéciales hors compétition. La première, signée Brandon Cronenberg, Moin Hussain et Pia Borg, complète la compétition d’une patte rétro. Dans la seconde séance spéciale, deux regards venus de la marge, ceux de Katsuya Tomita et Cristèle Alves Meira.

Vous pouvez retrouver toute la programmation sur le site de la Cinémathèque.