MaXoE > RAMA > News > Livres / BD > Lyonesse – Intégrale de Jack Vance (Mnémos)
Livres / BD
Lyonesse – Intégrale de Jack Vance (Mnémos)

Nous retournons du côté de la fantasy dans cette Présentation Livre du jour avec Lyonesse de Jack Vance qui sort ce mois-ci chez Mnémos.

Après Tschaï de Raphaël Albert, Étienne Barillier, Jeanne-A Debats et Adrien Tomas sorti l’année dernière et inspiré par les romans de Jack Vance (lire notre présentation), Mnémos réunit pour la première fois dans une édition intégrale les trois tomes de la création magique de l’auteur : Lyonesse, l’une des oeuvres magistrales de la fantasy.

A propos de l’ouvrage

Il y a bien longtemps, sur des îles aujourd’hui englouties sous les flots de l’océan Atlantique, s’étendait une contrée où le royaume de Faërie vivait en harmonie avec celui de la chevalerie, un monde de magnificence, d’aventure et de sombre magie. De ces Isles Anciennes, jadis, les ancêtres d’Arthur Pendragon s’étaient élancés pour atteindre les côtes de l’Angleterre…

Là vivait Suldrun, une princesse dont la beauté mélancolique déchaînait toutes les convoitises et pouvait servir l’ambition sans limites de son puissant et malfaisant géniteur, le roi Casmir de Lyonesse. Là vivait Suldrun qui, un beau jour, vit surgir des eaux déchaînées le corps presque sans vie du prince Aillas de Troicinet…

Les mots de l’éditeur : Lyonesse est peut-être le chef-d’oeuvre le plus attachant de Jack Vance, une saga poétique et profonde, un conte de fées cruel et merveilleux, une histoire passionnante aux mille personnages et rebondissements.

Jack Vance (1916-2013) a révolutionné la littérature imaginaire du xxe siècle. Avec plus de 60 oeuvres, dont le fameux cycle de Tschaï, il nous emmène dans des contrées exotiques vivre des aventures rocambolesques au sein de civilisations inconnues.

Cette intégrale regroupe :

Le Jardin de Suldrun
La Perle verte
Madouc (Prix World Fantasy 1990)

Informations pratiques

ISBN : 978-2-35408-609-1 / avril 2018 / grand format cartonné, 944 pages / 35€ / Illustration de Sébastien Hue

Traduit de l’américain par Arlette Rosenblum et E.C.L. Meistermann

Traduction revue et complétée par Pierre-Paul Durastanti