MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > The Last Guardian : mon meilleur ami

The Last Guardian : mon meilleur ami
Poétique et grandiose

NOTE DE MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Dire qu'on l'a attendu est un doux euphémisme. Ce titre a été repoussé maintes fois et il a même changé de console en passant de la PS3 à la PS4. Il s'est montré ici ou là dans les conférences mais on ne savait pas grand chose sur lui à part qu'il impliquait une sorte de grosse bestiole fantastique. Allez, venez, on vous explique tout.

Un petit garçon et une bête

L’histoire ? Il n’y en a pas vraiment. Vous incarnez un jeune garçon qui se réveille aux côtés d’une créature incroyable mélange de canidé, d’aigle (qui a dit de poule ?) et de je-ne-sais-quoi-encore. Et là vous comprenez que votre première mission consiste à donner à manger à la créature mais aussi à le délivrer de la chaîne qui le maintient prisonnier. Et là on découvre tout au fur et à mesure. Le garçon se déplace librement et peut s’accrocher à des rebords et escalader des obstacles pas trop élevés. Il peut porter des objets légers, actionner des leviers et tirer sur des chaînes et … c’est tout ! 

C’est vraiment simple non ? Oui mais vous oubliez un détail, il y a Trico, la créature en question. Notre garçon va interagir avec lui. Vous pourrez ainsi l’appeler pour qu’il vous suive ou qu’il se positionne à un endroit donné. Pour quoi faire ? Tout simplement pour monter sur lui afin d’atteindre des zones élevées ou pour s’en servir de monture. 

Et il va falloir l’utiliser pour avancer car ce jeu vous propose une suite de zones à traverser. Ici il faudra monter au bon endroit pour activer un levier ouvrant une porte pour Trico, là il faudra courir à toute vitesse alors que le monde s’écroule autour de vous, là encore vous devrez défier le vide pour détruire un objet qui effraie la grosse bête. 

Une amitié ça se construit

Et puis, au fur et à mesure vous allez apprendre à vous connaître tous les deux. Et petit à petit, les interactions seront plus évoluées. Vous pourrez ainsi lui donner quelques ordres : aller dans telle ou telle direction, sauter, enfoncer quelque chose … Bon la bête est parfois longue à la détente mais cela ne fait qu’amplifier l’immersion. 

Et c’est là que le jeu prend toute son envergure. On finit par ne plus penser que pour deux, on est dans la même galère, on s’entre-aide, on se soutient. Les zones se succèdent sans lassitude (il y a juste le début du jeu qui est un peu poussif mais c’est vite oublié), on apprécie de voir Trico changer petit à petit, évoluer, allez vers quelque chose d’autre. Mais bon on ne va pas tout vous révéler ici quand même ! 

Ce qui fait le sel du jeu, c’est aussi l’ambiance. Les décors sont magnifiques et ils nous plongent surtout dans un univers de civilisation perdue, on ne sait pas trop qui est passé par là, qui a construit les bâtiments. Bref, il y a du mystère. Pour tout vous dire, parfois ces environnements vides de vie le sont un peu trop mais c’est le voeu des développeurs. Ceux qui aiment l’agitation et les titres nerveux peuvent passer leur chemin. Car oui ce titre est reposant, il est apaisant aussi. On avance tranquillement sans stress (à part celui des seuls ennemis du jeu, des sortes d’armures antiques dont on ne sait rien), tout en douceur. 

Et dans cette progression douce, vous prendrez le temps de caresser Trico, de prendre soin de lui en soignant ses blessures, de lui donner à manger. L’amitié virtuelle ! 

Beau mais …

Le frame-rate n’est pas irréprochable, ce qui est un comble pour un jeu normalement prévu pour la génération précédente. Mais cela ne gâche pas le plaisir des yeux. Tout est féérique, apaisant. Les lumières sont magnifiques et les décors somptueux. Mais le clou du spectacle, ce sont bien les personnages. Trico a un plumage fantastique et le garçon est très bien modélisé. Ce qui impressionne le plus ce sont les animations. Jetez un oeil au garçon quand il grimpe sur le dos de la bête. On le voit galérer, se cramponner, glisser alors que notre gardien bouge. Respect messieurs les développeurs. Du côté des textures ce n’est pas la même musique. On sent un développement commencé sur une autre génération. Mais c’est vite oublié grâce à la direction artistique. 

Enfin, les bruitages sont corrects et les airs musicaux son très plaisants mais très discrets aussi. 

Autre défaut, parfois la maniabilité est un peu énervante. On rage contre des choses qui ne se déclenchent pas comme elle devrait et contre un jeune garçon qui n’obéit pas toujours parfaitement à nos sollicitations. Enfin, la caméra n’est pas toujours habile, ce qui énerve aussi à la longue. 

NOTE MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Oui c'est une très belle expérience. C'est la preuve que le jeu vidéo peut être autre chose qu'une histoire de chargeur à vider. Ici on prend le temps d'explorer, de faire connaissance avec notre compagnon. On observe aussi, beaucoup. Alors oui les fans d'action exacerbée en seront pour leurs frais. Non, ici on cherche à apaiser le joueur, à le laisser prendre son temps et on adore ça. Alors oui, ce n'est pas non plus la claque vidéo-ludique que l'on attendait, c'est simplement un très bon jeu et c'est déjà pas mal non ?
ON A AIMÉ !
- Un couple attachant
- L'impression véritable d'un être vivant dans la console
- L'évolution de la relation entre l'enfant et la créature
- La direction artistique
ON A MOINS AIMÉ...
- Une caméra parfois maladroite
- La créature qui n'obéit pas toujours très bien
- Quelques approximations dans les manipulations
The Last Guardian : mon meilleur ami
The Last Guardian
Editeur : Sony
Développeur : Team Ico
Genre : Aventure
Support(s) : PS4
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 07/12/2016

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...