MaXoE > KISSA > Critiques > Anime > Brave 10, entre histoire et fiction
Anime / Manga
Brave 10, entre histoire et fiction

Appréciation de MaXoE
5 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Un an avant la bataille de Sekigahara qui a fini à la période Sengoku, le ninja Saizou Kirigakure rencontre la prêtresse Nami Isa qui est attaquée par des assassins. Sa chapelle a été détruite par Tokugawa Ieyasu pour la capturer, ou obtenir quelque chose qu’elle possède. Au même moment, Yukimura Sanada cherche à réunir dix guerriers connus sous le nom de Brave 10. Ensemble ils peuvent changer l’histoire, mais alors qu'ils se réunissent un par un le mystérieux pouvoir de Isanami se réveille.

Bonjour à tous, et bienvenue dans notre rendez-vous KISSA. Cela fait bien longtemps que je n’ai plus pu vous offrir les nouveautés et en voici une toute fraîche de cette année. Cette semaine nous prendrons la direction de « l’ancien Japon »,  avec un fort intérêt pour les samouraïs et les ninjas. Il s’agit bien évidemment d’un animé shônen, j’ai nommé Brave 10.

 

Commençons par l’histoire

Tout d’abord Brave 10 (ブレイブ・テン BRAVE10), est à la base un manga écrit par Kairi Shimotsuki (cet auteur a d’ailleurs écrit principalement des Yaoi ou des Shonen Ai), qui a été publié dans le Media Factory’s Comic Flapper de 2007 à 2010 (il remettra une couche avec Brave 10 S en 2011 dans le Monthly Comic Gene). L’animé quant à lui contient douze épisodes et a été diffusé pour la première fois le 8 janvier 2012 au Japon.

L’histoire commence assez étrangement. Une petite fille passant par la forêt avec sa mère lui demande qui est le monsieur allongé dans l’herbe, et la mère sans réellement répondre prend sa fille par la main et part. Dans cette forêt où notre héros ninja Saizou Kirigakure récupère son énergie allongé dans l’herbe, tout semble paisible, mais c’est alors qu’Isanami va venir perturber sa vie en lui demandant de l’aide contre des assassins ninjas qui la poursuivent. Il va dans un premier temps refuser, mais il sera déjà trop tard pour prendre cette décision. Il les affronte et les bat, c’est alors que la prêtresse lui demande maintenant de l’accompagner jusqu’à Sanada Yukimura qui est un chef possédant des terres. Grâce à la persévérance d’Isanami, il craque et décide de l’y emmener, ils ne le savent pas encore mais leur rencontre va changer leur vie.

 

Soupçons fondés ou infondés ?

L’histoire de la série est basée sur le légendaire groupe appelé les Dix braves de Sanada. Ce groupe de ninjas a assisté le seigneur Sanada Yukimura pendant la période Sengoku au Japon.

L’anime dont nous parlons déborde de références, notamment en ce qui concerne les ninjas et les samouraïs. Pour planter le décor, il est important de connaître ce qui les oppose, ce qu’ils représentent historiquement via la modélisation de leur philosophie laissée par l’histoire. Les ninjas ou shinobi s’opposent aux samouraïs (ou bushi) par leur inféodalisation mais aussi et surtout par le fait qu’ils n’étaient pas soumis au code d’honneur des samouraïs : le bushido. Alors que les samouraïs étaient très liés au seigneur qu’ils servaient, les ninjas pouvaient aussi être engagés par un seigneur, mais ils étaient bien plus des mercenaires que des attendris.

C’est à ce moment précis que la contradiction ce fait dans ce manga. L’auteur nous le fait bien sentir ce décalage dont il veut faire prendre conscience au lecteur en confrontant l’histoire que l’on nous montre et ce qu’il en est réellement. De nombreux mangas traitent de la morale rationnelle des samouraïs dû au bushido, mais nombreux sont les mangas qui arrivent aussi à rappeler que ce ne sont que des hommes et qu’ils possèdent une morale du sentiment ce qui nous fait dire que cela devait vraiment être des hommes étranges, vu de notre époque. L’auteur a fait tout simplement la même chose avec des ninjas, c’est-à-dire qu’il a inséré une morale du sentiment dans une image qui ne semble pas être la représentation que nous avons eu le plus souvent l’habitude de voir ; aussi bien dans les films, les livres que dans les mangas. Ce cliché, d’ailleurs le plus souvent exagéré était dû à leur liberté, leur indépendance et a eu pour vocation d’alimenter négativement l’opinion que l’on a pu en avoir au cours des quarante dernières années. Malgré tout, cela fait maintenant environ dix ans que certains jeux vidéo nous proposent d’incarner des ninjas ou encore par exemple le manga Naruto qui met au centre de ses priorités le concept de ninja et d’une manière très positive. Brave 10 est tout simplement ce genre de manga qui est là pour « redorer » le blason et met par la même occasion pour notre plus grand bonheur, une égalité entre les samouraïs et les ninjas.

 

Et sinon ?

Pour avoir lu le manga et avoir regardé l’animé, je dois dire que la réalisation du papier est d’excellente qualité, les dessins sont propres et fins, les dialogues sont loin d’être trop bateau comme dans tous les mangas shônen, les textboxes ne surchargent pas trop les cellules (ce qui est souvent le cas dans les moments d’explication ou de discussion dans le genre) et le scénario est bien ficelé mais du début à la fin on ne comprend pas trop l’histoire personnelle de chaque personnage, ce qui pourrait en frustrer plus d’un.

Pour ce qui est de l’animé, je dois dire que j’ai été agréablement surpris. Ce n’est plus une nouveauté pour personne, de manière générale le manga est toujours bien meilleur, pour de nombreuses raisons dont on ne fera pas état ici car ce n’est pas le but. L’animation est vraiment très appréciable car la réalisation a réussi à capturer le style de dessins et cela rend les phases de combats très captivantes pour le spectateur. Les musiques sont très belles et donnent un plus indéniable pendant les moments où il y a de l’action mais aussi lorsque les personnages discutent.  Quant au scénario, l’animé reste très fidèle, mais comme dans toute animation, certains passages ont été supprimés. Encore une fois, cela ne perturbera en rien de spectateur car les réalisateurs ont vraiment fait attention que cela n’entache pas le plaisir, ni la compréhension.

 

Les personnages

Ces personnages existent réellement dans l’histoire japonaise et je vous invite à faire des recherches ne serait-ce que sur Wikipedia pour prendre connaissance de toutes les références faites dans les jeux vidéo, mangas, animés et à la télévision si cela vous intéresse.

Saizou Kirigakure ( ou Kirigakure Saizō / 霧隠才蔵) : Le personnage est représenté comme jeune, un peu féminin mais sans trop en faire, c’est un grincheux, sûr de lui et il ne cache pas le fait qu’il pense être supérieur. C’est un ninja qui aime être seul, qui aime sa liberté mais dont la vie va prendre un sens inattendu.

Isanami (伊佐那海) : C’est la fille qui rencontre Saizou dans la forêt, c’est une prêtresse jalouse et plus ou moins amoureuse de notre héros même si ce n’est pas toujours évident. C’est une fille serviable, drôle et parfois déprimée par la mort des gens de sa chapelle.

Sarutobi Sasuke (猿飛佐助) :  Il est représenté dans le manga comme un grand amoureux de la nature et des animaux. Sa technique est égale à celle de Saizou ainsi que sa combativité. C’est un ninja plus calme, plus discipliné, plus « agréable » que son homologue du départ de notre liste.

Yukimura Sanada (真田幸村) : Il s’agit du seigneur que les ninjas servent. C’est un homme étrange, difficile à cerner mais qui possède une grande connaissance pour la tactique, de la négociation et du savoir vivre. C’est un personnage drôle et plaisant à écouter.

Nous arrêterons la liste là, nous vous laissons découvrir les autres braves qui vont se regrouper autour de Sanada vous-même en lisant ou en regardant la série.

 

Conclusion

L’essentiel vous a été dit, sur le manga, sur l’animé, sur les personnages, sur l’histoire et sur le replacement historique. Désormais il ne vous reste plus qu’à aller lire les huit volumes, ou tout simplement regarder les mangas de cette série très divertissante. Le manga Brave 10 est toujours en cours de parution dans le Monthly Comic Gene puisqu’un seul volume a été publié pour le moment.

Je me permets par la même occasion d’expliquer pourquoi nous avons catégorisé ce manga dans les shônens. C’est en fait un manga du genre histoire/action comme le disent la grande majorité des sites internet, cela dit pour généraliser ce genre, le nom utilisé est shônen. Tous les mangas avec de nombreuses phases d’action/combats sont considérés comme tels chez nos confrères nippons.

Appréciation de MaXoE
5 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Nous vous recommandons fortement ce manga. Avec son animation de qualité, cette série devient accessible à tous. Jeunes ou grands seront comblés par l'humour et les phases de combats que l'on peut y retrouver, sans oublier certaines phases "philosophiques" illustrant bien le côté shônen de la chose.
ON A AIMÉ !
- Les combats
- L'humour
- L'histoire
- Pas trop long
- Dessins de qualité
- Animation réussie
ON A MOINS AIMÉ...
- Passé des personnages peu explicite
Brave 10
Support(s) : Anime, Manga